Publié le 13 octobre 2017

ÉNERGIE

Floatgen : la première éolienne en mer inaugurée en France

La France inaugure sa première éolienne flottante, baptisée Floatgen. Début 2018, elle sera installée à 22 kilomètres au large du Croisic (Loire-Atlantique). Cette technologie permet de mieux exploiter les ressources éoliennes au large des côtés, à des coûts moindres que les machines posées sur le plancher marin.

Olienne floatgen Ideol

Avec un retard conséquent sur les autres pays d'Europe, la France a inauguré vendredi sa première éolienne en mer, au port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) où elle a été assemblée, pour être ensuite remorquée en vue d'une mise en service au large du Croisic début 2018.

Baptisée Floatgen, cette première éolienne offshore, équipée d'une turbine de deux mégawatts et de pales d'un diamètre de 80 mètres, est de taille modeste par rapport à celles qui seront amenées à lui succéder. Mais elle a surtout la particularité d'être flottante : une technologie encore émergente, puisqu'il n'existe aujourd'hui que six démonstrateurs à travers le monde, notamment au Japon, contre plus de 3 600 éoliennes dites "posées".

Floatgen repose sur un flotteur carré, de couleur jaune, qui sera ancré au plancher marin par six câbles en nylon, une fibre synthétique élastique et non corrosive, contrairement aux chaînes habituelles. "Les éoliennes flottantes ont pour premier avantage sur les éoliennes posées de pouvoir être montées à terre, plutôt qu'en pleine mer, ce qui limite à la fois les risques et les coûts", a expliqué Paul de la Guérivière, PDG d'Ideol, coordinateur de ce projet de 25 millions d'euros, porté par un consortium de sept partenaires européens.

Capable d’alimenter 5 000 habitants

"Elles sont par ailleurs libérées des contraintes de profondeur, là où les éoliennes classiques doivent fonctionner dans des eaux relativement peu profondes, de l'ordre de 40 mètres, mais suffisamment loin des côtes, ce qui ne se trouve quasiment qu'en mer du Nord", a-t-il ajouté. "Les éoliennes flottantes peuvent être installées dans des zones où les vents sont plus forts et réguliers."

Floatgen sera remorquée début 2018, en fonction des conditions météorologiques, à 22 kilomètres au large du Croisic, sur un site d'expérimentation d'un kilomètre carré exploité par l'Ecole centrale de Nantes. Une fois raccordée au réseau électrique par un câble haute tension, déjà en place, elle sera testée en conditions réelles pendant deux ans. À terme, elle devrait produire l'équivalent de la consommation électrique annuelle de 5 000 habitants. Posée sur un flotteur en béton, matériau plus léger que l'acier utilisé dans des projets concurrents, elle doit être capable de résister aux tempêtes et à des vagues de 16 mètres.

Quatre projets de parcs pilotes

Cette éolienne, dont la construction a débuté en juin 2016 après trois années d'études, "n'est qu'un point de départ, pas une finalité", précise Nicolas Jestin, directeur commercial de Bouygues Travaux Publics, soulignant que ce prototype innovant "préfigure ce que l'on espère devenir une filière."

Très en retard sur le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark, locomotives européennes de l'éolien offshore, la France compte en effet sur le flottant pour exploiter ses gisements de vent les plus importants, en Bretagne et en Méditerranée. Quatre projets de parcs pilotes ont déjà été retenus, au large de l'île de Groix (Morbihan), de Gruissan et Leucate (Aude) et de Faraman (Bouches-du-Rhône).

Des procédures opaques

"Nous sommes en retard, c'est une évidence. Parmi tous les obstacles rencontrés, il y a le problème d'acceptabilité des projets par les riverains, les militants, les syndicats", a déclaré Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. "Nos procédures sont trop longues, nos règles trop opaques", a également admis le ministre, qui a appelé à une "simplification" et à une "meilleure concertation en amont".

L'État, qui a contribué à Floatgen à hauteur de 9 millions d'euros dans le cadre de son programme d'investissements d'avenir, doit lancer un nouvel appel à projets pour des éoliennes flottantes, "avenir de l'éolien en mer", selon les différents acteurs de cette première française.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Barrage de Genissiat Ain deuxieme centrale hydroelectrique francaise construite sur le Rhone Leemage

[Édito Vidéo] En privatisant ses barrages hydroélectriques, la France prend un énorme risque

Mise sous pression par Bruxelles, la France est mise en demeure d’ouvrir une partie de ses barrages hydroélectriques en concurrence. Aujourd’hui, ils sont exploités par EDF et Engie. Pour plusieurs députés et élus locaux, cette privatisation risque de rendre le système électrique national moins...

Centrale solaire Nanao de Total au Japon

[Édito Vidéo] Les pétroliers, ces champions des renouvelables

Bon gré mal gré, les pétroliers investissent de plus en plus dans les énergies renouvelables. Et leur puissance financière fait qu’à terme, ce sont eux qui vont capter l’essentiel de la croissance de ce secteur des nouvelles énergies. C’est d’ailleurs pour cela que le fonds souverain norvégien,...

Energie citoyenne campagne 2018 energie partagee

Énergie Partagée : près de 17 millions d’euros investis par des citoyens dans les énergies renouvelables

À l’occasion de la semaine de la Finance solidaire qui se déroule jusqu’au 12 novembre, focus sur Énergie Partagée, un outil d’investissement citoyen dans les énergies renouvelables. Créé en 2010, il a réussi à mobiliser plus de 5 200 actionnaires citoyens qui ont investi 16,6 millions d’euros dans...

Toits de paris Pxhere

EnerCit’IF, la coopérative d’énergie citoyenne qui veut recouvrir les toits de Paris de panneaux solaires

C’est une première à Paris. Alors que les projets citoyens d’énergie renouvelable fleurissent un peu partout en France, la région Ile-de-France manquait pour l'instant à l’appel. Ce ne sera désormais plus le cas grâce à EnerCit’IF, une coopérative de citoyens qui souhaite recouvrir les toits de la...