Publié le 21 octobre 2016

ÉNERGIE

Windlab : une offre sur mesure pour les industriels de l'éolien

Alors que l’éolien emploie 12 500 personnes dans l’Hexagone, 100 000 emplois supplémentaires devraient être créés à l’horizon 2020. Les métiers de la maintenance représentent un vivier d’emplois non délocalisables. Pour anticiper leurs besoins, des industriels comme Enercon ou Nordex n’hésitent pas à s’allier aux collectivités pour mettre en place des formations spécifiques. C’est le cas à Amiens, où le centre de formation spécialisé Windlab a vu le jour en 2013. Depuis, 84 techniciens de maintenance dans l’éolien ont été formés. 83% d’entre eux ont déjà été embauchés en CDI. Reportage.

Pour les apprentis techniciens de maintenance dans l'éolien, "le meilleur moment de la journée, c’est le déjeuner en terrasse, tout en haut du mât, avec la vue imprenable sur le paysage et le calme."
LL28 / iStock

Ce lundi matin, en plein cœur d’Amiens, les 12 apprentis de Windlab sont ultra-motivés. Ils viennent de terminer leur stage d’été et reprennent le chemin des cours avec, pour deux tiers d’entre eux, une promesse d’embauche en poche.

Mais avant de penser à leur avenir, ils doivent se concentrer sur leur examen et peaufiner leurs dernières révisions. Au programme du jour : des réparations dans l’une des trois nacelles de l’atelier et un exercice d’évacuation d’urgence dans le mât de 30 mètres, installé spécialement sur le site pour les entraîner à travailler en conditions réelles. 

La région Hauts de France (Picardie et Nord-Pas-de-Calais) est la 2ème dans l’Hexagone en termes de capacités éoliennes installées, avec 2 500 mégawatts (MW). 2 100 MW supplémentaires sont en projet, ce qui représente d’intéressantes perspectives d’embauches. D’ici 2020, il faudra ainsi pourvoir 400 postes dans la région, notamment dans la maintenance des parcs, puisqu’il faut compter 1 technicien pour 10 à 12 MW installés.

Afin d’anticiper leurs futurs besoins de recrutement et répondre à leurs demandes actuelles, les industriels implantés dans la région ont été à l’initiative du lancement, il y a trois ans, de Windlab, un centre de formation spécialisé et labellisé BZEE (qualification reconnue dans la profession), entièrement financé par la région Picardie.

 

Industriels et formateurs, main dans la main 

 

"En 2009, plusieurs entreprises sont venues frapper à la porte de la Région pour faire part de leurs difficultés à recruter des techniciens de maintenance pour leurs parcs éoliens. Sur la table, elles mettaient 15 promesses d’embauche. Après deux échecs, la Région a décidé de lancer son propre projet, Windlab, sous forme de SIEG (service d’intérêt économique général) et y a investi 1,8 million d’euros", raconte Virginie Renault, responsable de Windlab et porteuse du projet depuis le début. "Chaque année, nous mettons entre 35 et 40 personnes sur le marché de l’emploi." 

La particularité de Windlab et ce qui fait son succès ? C’est qu’il s’est créé en complète coopération avec les industriels. Ceux-ci ont ainsi été associés à la construction de l’offre de formation pour coller au mieux à leurs attentes. Ils participent également aux entretiens de motivation avant l’entrée en formation et à la sélection des candidats. Puis ils accueillent les apprentis en stage avant de les intégrer, dans la majorité des cas, en CDI.

Aujourd’hui, 32 entreprises - constructeurs, développeurs, exploitants, spécialistes de la maintenance ou fabricants de composants - se sont inscrites dans cette démarche. "En 2010, nous embauchions une dizaine de techniciens de maintenance par mois, mais nous avions du mal à recruter. C’est pourquoi nous avons soutenu le développement d’une formation. Certains formateurs internes à l’entreprise sont même venus rencontrer ceux de de Windlab", se souvient Cécile Maisonneuve, responsable du développement chez Enercon, l’un des principaux partenaires du centre de formation. L’industriel a notamment offert une nacelle afin que les apprentis puissent s’initier à leur technologie, différente de celle de leurs confrères. 

Depuis 2013, l’Allemand Enercon, très implanté en Hauts de France avec 360 emplois directs, a accueilli 26 stagiaires et en a embauché 7 en CDI. "Nous essayons de repérer d’éventuelles recrues dès l’étape de sélection. Nous participons également aux conseils d’orientation stratégique afin de maintenir ce lien entre les professionnels et le Windlab. C’est un partenariat gagnant-gagnant" explique Cécile Maisonneuve. 

 

"Déjeuner en terrasse"

 

Steeve Boudal fait partie des heureux apprentis qui peuvent espérer être embauchés chez le constructeur Nordex à l’issue de leur formation. À 40 ans, cet ancien salarié de Goodyear Amiens, licencié en 2014, a enfin retrouvé le sourire. "Windlab est une grande passerelle qui va certainement me permettre de retrouver une place. Et puis c’est valorisant de travailler dans les énergies renouvelables. Je contribue au bien de ma planète." 

Outre l’aspect environnemental, Steeve, tout comme ses camarades, avoue que ce qui le fascine le plus reste le travail en hauteur. "Le meilleur moment de la journée, c’est le déjeuner en terrasse, tout en haut du mât, avec la vue imprenable sur le paysage et le calme." 

Comme lui, des centaines de techniciens de maintenance devront être formés dans les années à venir, si on en croit les objectifs de la loi de transition énergétique. "C’est un marché porteur, confirme Damien Mathon, délégué général au Syndicat des énergies renouvelables (SER). Pour 500 éoliennes installées, il faut compter une centaine de techniciens embauchés par an. Le besoin va donc croître dans les 5 à 8 années à venir."

Attention tout de même à ne pas saturer la profession, prévient Virginie Renault : "On s’adaptera aux demandes des professionnels. L’idée n’est pas de donner de faux espoirs, qui risqueraient d’entacher la bonne image de l’éolien qui recrute"

Il existe en France quatre autres formations de techniciens de maintenance dans l’éolien de type BZEE, à Charleville-Mézières, au Mans, à Nîmes et à Montmorillon, dans la Vienne.

 

Concepcion Alvarez
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Énergies renouvelables : les capacités de l’éolien pourraient quintupler d’ici 2030

D’ici 2030, l’éolien pourrait voir ses capacités multipliées par 5 et représenter 20% de la production électrique mondiale, contre 4% actuellement, selon un nouveau rapport du Global Wind Energy Council, publié ce mardi. Une croissance tirée principalement par la Chine et soutenue par...

La concertation, clé de voûte de l’acceptabilité de l’éolien

Si l’éolien est la première énergie renouvelable d’Europe, la France accuse un certain retard en la matière, malgré la multiplication des projets. Le problème ? La difficile acceptation par les riverains des champs d’éoliennes. Les collectivités territoriales et les grands groupes français...

Comment la transition énergétique va booster l’économie

Après avoir  démontré en 2015 qu’un mix électrique "100% renouvelable" en 2050 était possible pour un coût comparable à celui d’un mix conservant 50% de nucléaire, l’Ademe a cette fois évalué les impacts macro-économiques d’un tel scénario dans une étude publiée le 30 juin. Il apparaît...

Windustry France : vers une filière éolienne 100% française ?

25% de la valeur des éoliennes installées aujourd'hui dans l’Hexagone sont "made in France". Le reste est principalement importé d’Europe. Windustry France, un programme mis en place par le Syndicat des énergies renouvelables, a identifié 150 entreprises françaises potentiellement capables...

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Laurent Vincenti Total

En Corée du Sud, Total accélère sur l’éolien offshore

Le pétrolier français veut se renforcer dans la production d’électricité bas carbone. Cet objectif passe par la Corée du Sud où l’entreprise va déployer 2GW d’éolien offshore. Ce projet s’inscrit dans l’objectif de neutralité carbone en 2050.

Panneaux solaires eoliennes europe pixabay

Les renouvelables deviennent la première source d’électricité en Europe, devant les énergies fossiles

Les énergies renouvelables ont produit plus d'électricité que les énergies fossiles au premier semestre 2020 au sein de l'Union européenne. Une première historique qui envoie un bon signal pour le développement d'une énergie verte. Bien que la baisse de la demande, due au confinement, explique en...

Panneaux solaires covid 19

Énergies renouvelables : pour la première fois en 20 ans, la croissance des installations va ralentir

L'Agence internationale de l'énergie confirme un ralentissement de la croissance de la production d'énergies renouvelables de 13 % cette année en raison de la crise du Covid-19. Celle-ci a entraîné une paralysie de l'économie, mais aussi des blocages financiers avec une baisse des investissements....

Laurent Vincenti Total

[Certifié sans Coronavirus] Total lance le plus grand site de stockage électrique par batterie de France

Total a annoncé mi-mars la construction à Dunkerque d'un site de stockage d'électricité par batterie, le plus grand du pays selon le géant pétrolier qui veut affirmer ses ambitions dans les renouvelables. Un investissement de 15 millions d’euros sur le territoire.