Publié le 04 février 2011

ÉNERGIE

Energie verte : l'UE tiendra-t-elle ses engagements ?

Alors que se déroule le 4 février un sommet des chefs d'états européens consacré en partie à la politique énergétique de l'UE, le WWF a publié un nouveau rapport sur le recours aux énergies renouvelables à l'horizon 2050.

132764_GF.jpg

Réalisé par le bureau d'études Ecofys, le « Rapport Energie » publié le 3 février 2011 formule scénarios et recommandations* pour parvenir, en 2050, à une couverture des besoins énergétiques mondiaux par les différentes sources d'énergies renouvelables. Ces recommandations, qui excluent le recours au nucléaire, s'appliquent à l'ensemble des secteurs - transports, électricité, industrie, agriculture, etc. Selon le rapport, cette transition est non seulement possible mais elle représenterait un gain de 4000 milliards d'euros d'économies d'énergie par an d'ici 2050. La réduction voire l'élimination des subventions étatiques aux secteurs du pétrole, du gaz et du charbon pourrait rapporter entre 500 et 800 milliards de dollars par an, selon le WWF, qui cite les chiffres de l'Agence internationale de l'énergie notamment. Le scénario d'Ecofys table également sur une réduction de la demande de 15%.Pour parvenir au scénario du WWF, il serait nécessaire que 95% des investissements énergétiques soient dirigés vers des énergies vertes, et non plus vers le pétrole, le charbon et le gaz. Le rapport chiffre le montant des investissements nécessaires entre 1 et 3,5 milliards d'euros par an pendant 25 ans.

Des objectifs encore loin de l'énergie verte

Or actuellement, environ 80% de l'énergie utilisée dans le monde est produite à partir de combustibles fossiles, même si les investissements dans les énergies dites "propres" ont atteint 110 milliards d'euros en 2009. Un chiffre qui pourrait certes être démultiplié si l'on en croit les annonces faites par la Chine début 2011...En effet, le pays, via une subvention de 300 milliards d'euros, accélère son passage à l'énergie solaire. Par ailleurs, le marché du photovoltaïque domestique a augmenté de 50 % en 2008.
La part du renouvelable dans le mix énergétique chinois devrait ainsi passer de 7% à 15% d'ici 2020, l'objectif final se situant autour de 40 % d'énergie renouvelable produite en Chine d'ici 2040. Mais pour l'heure, le charbon, particulièrement polluant, constitue toujours 70% du mix énergétique chinois.

Au sein de l'Union européenne, les mesures mises en œuvre ne présentent qu'un tiers seulement des actions nécessaires pour parvenir à une économie faible en carbone d'ici 2050, selon un autre rapport publié par le WWF et Ecofys en novembre 2010, intitulé « Climate Policy Tracker for the European Union ». Basée sur 85 indicateurs, l'étude évalue l'impact et l'efficacité des politiques climatiques de chaque Etat membre dans tous les secteurs concernés. Les résultats s'affichent sur une échelle de A (excellent) à G (faible), montrant que les pays les « mieux » notés doivent eux aussi faire davantage d'efforts. De fait les 4 pays (Allemagne, Irlande, Suède et Danemark) les mieux notés ont obtenu la note « D », une majorité étant classés « E » -la France, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. L'Allemagne obtient la meilleure note concernant l'approvisionnement en énergies renouvelables, le soutien aux ENR dans les bâtiments et les transports. L'Irlande et le Royaume-Uni arrivent en tête pour la stratégie sur le climat à long terme (« B » contre « F » pour l'UE à 27). La France obtient une seule meilleure note, pour l'efficacité énergétique des transports (« C » contre « F » pour l'UE à 27). Le bonus/malus automobile lui permet en effet d'afficher des émissions de CO2 parmi les plus basses d'Europe pour les nouvelles voitures (131 gCO2/km). Le pays est également salué pour sa bonne gestion des forêts, mais très critiqué pour « les incitations à l'utilisation des énergies renouvelables ou à l'efficacité énergétique dans le secteur industriel qui sont très limitées ». Les baisses successives de tarif d'achat pour l'énergie solaire en 2010, suivi par le moratoire en décembre sur la filière photovoltaïque et la volonté politique de conserver une part prépondérante du nucléaire (80 % de l'électricité produite) achèvent le tableau.

Energies « décarbonées » versus énergies renouvelables

S'agissant du nucléaire, la France a d'ailleurs, avec la République Tchèque, fait une tentative pour que soit inscrites les « énergies faiblement carbonées » - donc le nucléaire- aux côtés des « énergies renouvelables » dans les investissements à promouvoir au niveau européen. Elle a rappelé que Bruxelles a récemment « indiqué qu'une proportion de 2/3 pour la production d'électricité faiblement carbonée devrait être atteinte d'ici 2020 ». Pour le Réseau Action Climat, « il s'agirait de substituer le quota de 20 % d'énergies renouvelables en Europe en 2020 par un quota d'électricité "décarbonée", dans le futur texte » qui doit être adopté par les chefs d'Etats. Le RAC dénonce l'électricité "décarbonée" comme « dernière trouvaille de l'industrie atomique pour faire passer l'énergie nucléaire pour une énergie vertueuse, « sans CO2 » ». Il rappelle que les énergies renouvelables connaissent une croissance inédite en Europe, représentant près de 40 % des nouveaux outils de production électrique en 2010. Or, « l'adoption d'un objectif d'électricité "décarbonée" détournerait les subventions déjà insuffisantes destinées aux énergies renouvelables des 27 pays de l'Union Européenne vers le nucléaire, qui lui, bénéficie de subsides massifs. Tandis que l'objectif actuel de 20 % de renouvelables pour 2020 concerne tous les usages énergétiques (transport, chauffage, climatisation...), le quota d'électricité "décarbonée" restreindrait l'effort à la seule énergie électrique ».
Pour autant, la 31 janvier dernier, la Commission a invité très clairement les 27 « à multiplier par deux les investissements annuels en capital dans les énergies renouvelables, afin qu'ils passent de 35 milliards d'euros par an à 70 milliards d'euros par an. » Par ailleurs, la Commission est optimiste sur l'objectif européen des 20% qui devrait être atteint, voir dépassé par certains membres, en 2020. Elle l'est moins sur l'objectif de l'efficacité énergétique inclus dans le « Paquet Climat » européen : « l'Union Européenne n'est pas en voie de remplir son objectif d'accroître de 20% son efficacité énergétique d'ici 2020 », a indiqué le président de la Commission, Miguel Barroso, le 5 janvier dernier. « Nous n'arriverons qu'à 10 % pour l'efficacité énergétique si nous restons sur la base actuelle » et l'Union européenne « n'a pas réalisé suffisamment de progrès dans le domaine de l'efficacité énergétique » alors qu'il existe des gisements considérables d'économies d'énergie dans les secteurs des transports et des bâtiments, a-t-il ajouté.


* Ces recommandations sont formulées en 10 thèmes : Energie propres, réseaux, accès, argent, nourriture, matériaux, transport,technologie, soutenabilité , accords

Véronique Smée
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Panneaux solaires eoliennes europe pixabay

Les renouvelables deviennent la première source d’électricité en Europe, devant les énergies fossiles

Les énergies renouvelables ont produit plus d'électricité que les énergies fossiles au premier semestre 2020 au sein de l'Union européenne. Une première historique qui envoie un bon signal pour le développement d'une énergie verte. Bien que la baisse de la demande, due au confinement, explique en...

Panneaux solaires covid 19

Énergies renouvelables : pour la première fois en 20 ans, la croissance des installations va ralentir

L'Agence internationale de l'énergie confirme un ralentissement de la croissance de la production d'énergies renouvelables de 13 % cette année en raison de la crise du Covid-19. Celle-ci a entraîné une paralysie de l'économie, mais aussi des blocages financiers avec une baisse des investissements....

Laurent Vincenti Total

[Certifié sans Coronavirus] Total lance le plus grand site de stockage électrique par batterie de France

Total a annoncé mi-mars la construction à Dunkerque d'un site de stockage d'électricité par batterie, le plus grand du pays selon le géant pétrolier qui veut affirmer ses ambitions dans les renouvelables. Un investissement de 15 millions d’euros sur le territoire.

Gemo trignac autoconsommation ombriere panneaux solaires gemo

Les entreprises françaises de plus en plus nombreuses à se brancher sur les énergies renouvelables

Deux tendances se dégagent nettement sur le marché des énergies renouvelables : l’autoconsommation individuelle et les PPA (Power Purchase Agreement), des contrats d’approvisionnement de gré à gré entre le client et le fournisseur d’énergie. Les deux dispositifs sont de plus en plus plébiscités par...