Publié le 16 mai 2018

ÉNERGIE

Statoil ne veut plus "pétrole" dans son nom et se rebaptise Equinor

À l’occasion de sa dernière Assemblée générale, le pétrolier Statoil a officialisé son changement de nom en Equinor. En éliminant "Oil" (pétrole en anglais) de son nom, la major, qui extrait plus de deux millions de barils par jour, veut souligner les efforts de l’entreprise pour se diversifier vers des énergies alternatives.

Statoil change de nom pour montrer sa volonté de développer les énergies renouvelables.
@Statoil

La plus grosse compagnie pétrolière norvégienne Statoil est officiellement devenue Equinor mercredi 16 mai, un changement de nom censé refléter sa diversification dans les énergies renouvelables. Dans une vidéo postée sur Twitter, le pétrolier fait une ode au changement.

Proposé en mars et adopté mardi 15 mai lors de l'Assemblée générale des actionnaires, le changement permet au groupe d'estomper, au moins dans son appellation, sa dépendance à l'État norvégien (Stat) qui le détient à 67 % et au pétrole (oil).

 

Accélérer dans les renouvelables

Le nouveau nom est censé combiner l'idée d'équité et d'équilibre ("equi") et l'origine géographique ("nor" pour Norvège). Fondée en 1972 pour exploiter les importants gisements pétroliers de la Norvège, l'entreprise cotée à Oslo et New York est désormais présente dans les énergies renouvelables avec notamment des champs d'éoliennes en mer au large du Royaume-Uni.

Elle compte consacrer d'ici 2030 entre 15 et 20 % de ses investissements aux "nouvelles solutions énergétiques". Mais cette mutation a laissé de glace les défenseurs de l'environnement, qui accusent le groupe d'"éco-blanchiment".

"Le changement de nom de Statoil pour attirer de nouveaux talents ne sera pas suffisant aussi longtemps que #Equinor explorera des zones vulnérables telles que l'Arctique et la Grande Baie australienne", a tweeté le chef de Greenpeace Norvège, Truls Gulowsen.

Dans la foulée du fonds Norvégien

Dans ses résultats 2017, le pétrolier norvégien se réjouissait d’une hausse de production à 2,134 millions de barils équivalent pétrole par jour, contre 2,095 millions en 2016. Par ailleurs, son bilan affichait l’accomplissement de 28 explorations, qui ont conduit à 14 découvertes exploitables.

Fin 2017, c’était le Fonds Norvégien, le plus grand fonds souverain de la planète, qui annonçait sa volonté de prendre un peu de recul vis-à-vis de l’or noir... sur lequel il a pourtant bâti sa richesse. Dans une lettre au gouvernement, la banque centrale fait valoir qu'un désengagement du fonds du secteur pétro-gazier permettrait à la Norvège, principal producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, de réduire sa vulnérabilité face à une chute du cours du baril.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le fonds souverain norvégien, bâti sur les hydrocarbures, pourrait renoncer au pétrole et au gaz

C’est un signal majeur. Le fonds souverain norvégien, qui a bâti sa richesse sur l’exploitation pétrolière, pourrait bien renoncer aux hydrocarbures. Loin de toute considération environnementale, c’est une recommandation purement économique qui émane de la Banque de Norvège. Cela réduira...

[Décryptage] Les risques financiers qui pèsent sur le pétrole et le gaz s’étendent aux indices boursiers

Le gouvernement norvégien va devoir décider s’il exclut de son fonds souverain l’investissement dans les grandes compagnies pétrolières. Cela suppose aussi de modifier les indices boursiers qui lui serve à mesurer sa performance financière. Un signal adressé au monde de la finance qui...

BP prévoit la fin de la suprématie du pétrole pour 2040

En 2040, il n’y aura plus d’énergie dominante dans le monde comme le sont aujourd’hui le pétrole et le charbon. À cette date, renouvelables, gaz, pétrole et charbon représenteront chacun un quart de la production d’énergie primaire.

Le chiffre d’affaires de Total progresse à 172 milliards de dollars en 2017, porté par un baril orienté à la hausse

Après deux ans et demi de prudence avec un prix du baril très bas, le secteur pétrolier se réveille alors que les cours sont passés durablement au-dessus des 50 dollars et flirtent même parfois avec les 70 dollars. Le géant pétrolier Total a su capter cette croissance avec un bénéfice en...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

LNG Boat Shell

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la...

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

L’Europe va rapidement devoir se sevrer du pétrole (et pas seulement pour des raisons climatiques)

Une nouvelle étude du Shift Project alerte sur le manque de pétrole qui pourrait frapper l'Union européenne d'ici 2030. Le think tank recommande d'accélérer la sortie des énergies fossiles et la transition énergétique, au risque sinon d'être rattrapé par une autre crise, non plus climatique mais...

Pipeline BP en Azerbadjian

BP déprécie 17,5 milliards de dollars d’actifs afin de refléter la réalité du marché pétrolier

Le pétrole cher ne reviendra pas, la demande pétrolière va se réduire et la taxe carbone va peser lourd sur les prix. Voici ce qu’il faut comprendre de la dernière annonce du pétrolier BP qui revoit la valeur de son portefeuille d’actifs pour l’aligner sur l’état du marché pétrolier durement touché...

Forage petrolier BP en Egypte sur le champs de Maersk

Face aux difficultés du secteur pétrolier, le géant BP annonce la suppression de 10 000 emplois

Au premier trimestre, le pétrolier BP a perdu plus de quatre milliards de dollars. L’effondrement de la demande pendant la crise sanitaire et l’effondrement des cours a mis à mal tout le secteur. Chez le pétrolier BP, c’est un plan drastique qui a été annoncé. L’entreprise va se séparer de 10 000 de...