Publié le 28 septembre 2017

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[VIDEO] Gaz de mine, le seul hydrocarbure non-conventionnel autorisé en France

Dans l'ancien bassin minier des Hauts-de-France, du grisou s'échappe encore des 100 000 kilomètres de galeries souterraines. Composé essentiellement de méthane, il contribue fortement au réchauffement climatique. La Française de l'Énergie le récupère donc pour le convertir en électricité et en gaz de ville. C'est pour cette raison qu'il a une place à part dans le projet de loi d'interdiction d'exploitation des hydrocarbures en France, voulu par Nicolas Hulot. 


Marina Fabre

Le pays est plat. Les Hauts-de-France, région agricole, se dessinent par ses champs de betteraves, de pommes de terre et de céréales. Le sous-sol, lui, est "comme du gruyère", assure une octogénaire née dans la région. Plus de 100 000 kilomètres de galeries minières parcourent le nord. Cet ancien bassin minier a depuis longtemps abandonné l'exploitation du charbon.

Mais les galeries, elles, "respirent" encore. En témoignent les évents par lesquels s'échappe du grisou. Composé essentiellement de méthane, c'est un gaz à effet de serre très puissant qui participe fortement au réchauffement s'il est relâché dans l'atmosphère. 

250 000 tonnes d'émissions de CO2 évitées annuellement

C'est ici qu'entre en jeu la société Gazonor, rachetée par la Française de l'Énergie en juin 2016. Sur son site d'Avion, situé à quelques minutes de Lens (Pas-de-Calais), l'entreprise s'est lancée dans la valorisation de ces rejets naturels. Il les transforme en gaz de ville et en électricité. "On a tout intérêt à le récupérer ! C'est un gaz déchet qui participe au réchauffement climatique", explique Yann Fouant, chef de projet. L'équivalent de plus de 250 000 tonnes d'émissions de CO2 est ainsi évité chaque année.

Aucun forage n'est nécessaire pour son exploitation. "On vient pomper à plusieurs centaines de mètres de profondeur le gaz de mine accumulé dans la partie creuse des anciennes galeries", indique Yann Fouant. Deux énormes tuyaux remontent le gaz dont une partie va être acheminée dans la salle des machines, un monstre très bruyant de vieilles tuyauteries.

Yann Fouant, équipé de protections auditives, y vérifie les pressions. Grâce à un jeu de compression et d'assèchement, le grisou est purifié en gaz de ville, odorisé et directement injecté dans le réseau. La production du site permet ainsi de répondre à la consommation de 40 000 habitants.

Du méthane à l'électron

À côté des vieilles machines, sont installés des containers bleus abritant des moteurs nouvelle génération dédiés à la conversion du grisou en électricité verte. "Un moteur équivaut à la production de trois éoliennes", commente le chef de projet, ancien ingénieur de Total. Là aussi, l'électricité produite sur le site peut alimenter l'équivalent d'une ville de 40 000 habitants.

Et la valorisation du gaz de mine fait consensus. Même les opposants aux hydrocarbures y sont favorables, tant le grisou est néfaste pour l'environnement et présente des risques d'explosion. En revanche, reste un sujet qui divise : le gaz de charbon. Gazonor détient deux permis exclusifs de recherche sur le site d'Avion notamment.

Le gaz de couche cristallise les tensions

Ce gaz sommeille à plus de 1000 mètres de profondeur. Contrairement au gaz de mine, il ne fuit pas. Son exploitation ne nécessite pas de fracturation hydraulique (une technique interdite en France qui consiste à injecter de l'eau sous haute pression dans le sous-sol pour fracturer le réservoir) mais un forage traditionnel. Mais les opposants comme le collectif "Houille ouille ouille" craignent quand même des risques de pollution des nappes phréatiques, de séismes ou d'affaissements de terrain. 

Le nouveau projet de loi de Nicolas Hulot sur les hydrocarbures interdit l'exploitation du gaz de couche en production non-conventionnel, c'est-à-dire en employant la fracturation hydraulique. "Mais nous, on fait du conventionnel", réagit Antoine Forcinal. Le directeur général du groupe dénonce "une opposition de principe, dogmatique" des opposants. "Je ne suis pas là pour polluer. Quant au code minier, je suis content qu'il y en est un, cela va faciliter mes échanges avec les parties prenantes. Mais pour l'instant ce n'est qu'un projet de loi et surtout un effet d'annonce. On sait que tout peut changer".

Marina Fabre @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Groenland petrole Tina Rolf on Unsplash

Climat : le Groenland met fin à l’exploration pétrolière sur son territoire

Le gouvernement écologiste du Groenland a annoncé interdire l'exploration pétrolière sur son territoire, marquant un tournant dans la politique économique et climatique du pays. Un projet de loi interdisant l'extraction de l'uranium est également en réflexion. Deux décisions qui sont notamment...

Prix Nobel NobelFoundation

Les prix Nobel ne seront plus financés par le pétrole

La Fondation Nobel qui gère un portefeuille de 500 millions d’euros a décidé de verdir un peu son portefeuille. Alors qu’elle s’était déjà désengagée du charbon, celle-ci retire ses billes du pétrole et du gaz. Il s’agit d’agir "avec sagesse" sur les marchés et que les lauréats sachent d’où vient...

bruxelles tce @Friendsofearth

L'Europe est embourbée dans le Traité sur la charte de l’énergie, un frein à la transition énergétique

Le Traité sur la Charte de l'énergie (TCE), signé à la sortie de la guerre froide, est une épine dans le pied de Bruxelles. Le texte, qui permet à des investisseurs de l'énergie, y compris dans les secteurs les plus polluants, d'attaquer un État pour sa politique climatique, doit être modernisé....

Foule rejette keystone LNG Pipeline Petrole Canada Coast to Coast

Le projet controversé d'oléoduc Keystone XL, rejeté par Joe Biden, est abandonné par ses promoteurs

C’est un immense pipeline de plusieurs milliers de kilomètres, capable de transporter 800 000 barils de pétrole par jour entre l’ouest canadien et côtes étasuniennes du Golfe du Mexique. Après de nombreuses péripéties et un violent rejet d’associations écologiste, le Keystone XL a été annulé par son...