Publié le 11 juillet 2017

ÉNERGIE

Utiliser le gaz comme énergie de transition est incompatible avec un scénario 2°C

Un rapport publié par le Climate Action Tracker (CAT) juge que l’avenir du gaz naturel dans le système énergétique mondial est limité, même comme énergie de transition. En cause : la concurrence croissante des énergies renouvelables. Selon les experts, des investissements massifs dans le gaz risquent d'être dévalorisés, tout en créant un obstacle à l'atteinte des objectifs de l’Accord de Paris.

Gaz Installation gaziere iStock

iStock

"L'idée que le gaz naturel peut constituer une énergie de transition va virer court, estime Jonathan Gaventa, directeur au sein du think tank E3G. L'analyse exhaustive du Climate Action Tracker (1) montre que nous ne pouvons pas décarboner notre économie en brûlant toujours plus de gaz. La construction de gazoducs supplémentaires et de terminaux GNL en Europe ne fera que nous éloigner davantage de nos objectifs climatiques. Au lieu de cela, l'Union européenne devrait mettre l'accent sur la production renouvelable, l'efficacité énergétique et les réseaux intelligents pour rendre le système énergétique véritablement propre."

Le Climate Action Tracker (CAT) a publié fin juin un rapport qui alerte sur la construction de nouvelles infrastructures gazières nocives pour le climat et risquées financièrement. La part du gaz a augmenté dans la production d’électricité mondiale, passant de 15 % en 1990 à 22 % en 2014. Il est même devenu la première source aux États-Unis devant le charbon avec un bond de 54 % sur la dernière décennie. Et selon les projections, d’ici à 2025, il devrait augmenter de 105 % en Chine, de 90 % en Inde et de 31 % en Afrique.

Une fausse bonne idée

Mais cette montée en puissance du gaz n’est pas compatible avec l’objectif de décarboner totalement le secteur de l’électricité d’ici 2050 afin de limiter le réchauffement climatique à 2 °C d’ici 2100, expliquent les chercheurs du CAT. "Le gaz naturel est souvent perçu comme une source d'énergie ‘propre’ qui viendrait compléter les énergies renouvelables intermittentes. Mais les émissions fugitives lors de l'extraction et du transport de gaz (estimées entre 0,8 % et 5,5%, NDLR) montrent que ce n’est pas une énergie aussi 'propre' que prévu", explique Bill Hare, de Climate Analytics.

Le gaz émettrait entre 410 et 650 grammes de CO2/kWh pour les centrales à cycle combiné, en-dessous des centrales à charbon (710 à 950 g de CO2/kWh) mais largement au-dessus renouvelables (2 à 180 g de CO2), notent les auteurs. "Remplacer le charbon par le gaz, tel que proposé par certains, n'est manifestement pas une option, écrit le CAT. Cela réduirait le réchauffement de seulement 0,1°C environ".

Des actifs dévalorisés

Les chercheurs alertent aussi sur les risques financiers liés aux investissements dans de nouvelles infrastructures gazières, qui pourraient, en cas de sous-utilisation dans un scénario 2°C, devenir des stranded-assets (des actifs dévalorisés). C'est d'autant plus vrai si elles sont liées à du gaz non-conventionnel, dont le coût de production serait élevé. Ils rappellent que les taux d'utilisation des infrastructures de gaz naturel ne sont que de 54% aux États-Unis et de 25% en Europe.

Au-delà du seul gaz, un autre rapport (2) publié par Carbon Tracker et les PRI (Principles for Responsible Investment) estime que 30 % des investissements programmés d’ici 2025 par les 69 plus grandes compagnies pétrolières et gazières pourraient être perdues dans un scénario 2°C. Cela représente 2 300 milliards de dollars. Tous les investissements dans les sables bitumineux et l’offshore profond sont concernés ainsi que deux tiers des projets gaziers en Amérique du Nord.

Exxon est l’une des entreprises les plus exposées avec un risque de perte de 40 à 50%. Le 30 mai dernier, lors de l’Assemblée générale du groupe, ses actionnaires avaient frappé un grand coup en adoptant massivement une résolution imposant plus de transparence sur la stratégie 2°C de la société, en dépit de l’opposition de la direction.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Foot off the gas: increased reliance on natural gas in the power sector risks an emissions lock-in

(2) 2 Degrees of Separation - Transition risk for oil and gas in a low carbon world


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Garanties à l’export : le gouvernement annonce l’arrêt du soutien public pour les projets de pétrole et de gaz

À partir de 2025, la France n’apportera plus aucune garantie publique pour les projets pétroliers portés à l’étranger par des entreprises tricolores. Ce sera 2035 pour le gaz. Pour Bruno Le Maire, c’est une avancée majeure pour faire du pays la première grande économie décarbonée. En revanche, les...

Mine machine vide pixabay

[Bonne nouvelle] La Pologne fermera ses dernières mines de charbon en 2049

La Pologne fait un pas de plus vers la neutralité carbone. Seul état membre de l'Union européenne à ne pas avoir endossé cet objectif, Varsovie multiplie les signaux positifs. Face aux pertes colossales subies par l'industrie du charbon, le gouvernement a annoncé la fin des mines de charbon pour...

Installation solaire de Total au Chili Total

Pour la première fois, Total ne mise plus tout son avenir sur le pétrole

La croissance de Total ne se fera plus dans la production pétrolière, mais dans l’exploitation du gaz et celle des énergies renouvelables. Ce n’est pas l’opinion d’un analyste ou d’un expert, mais la stratégie affichée par le PDG de l’entreprise, Patrick Pouyanné. Une vraie remise en cause du...

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.