Publié le 13 juillet 2018

ÉNERGIE

Fournir du pétrole toxique en Afrique de l’Ouest, une pratique légale qui ne passe plus

C’est un pétrole qui ne pourrait jamais être vendu en Europe mais que certains négociants et pétroliers n’hésitent pas à exporter en Afrique de l’Ouest, profitant de la faiblesse des standards environnementaux sur place. C’est ce que révèle un rapport de la police de l’environnement néerlandaise. Des entreprises pourraient être attaquées pour violation des droits humains.

La pollution de l'air est un problème majeur dans les villes africaines.
Issouf Sanogo / AFP

Un pétrole de moindre qualité, mélangé à des substances chimiques dangereuses, envoyé en Afrique de l’Ouest par des négociants et pétroliers européens. C'est la pratique qu'a mis au jour un très sérieux rapport de l’Inspection pour l’environnement humain et les transports des Pays-Bas. Publié lundi 9 juillet et remis au Parlement, il accuse les négociants d’abuser de la faiblesse des standards environnementaux en vigueur sur place, pour y réaliser des profits substantiels au détriment de la santé de millions d’Africains.

Le contrôle a porté sur 44 tankers pétroliers en route pour l’Afrique de l’Ouest. Il apparaît que la teneur en soufre présente dans le diesel dit de "qualité africaine" atteint jusqu’à 300 fois la limite fixée en Europe. Or le soufre constitue une cause majeure de la pollution de l’air aux particules fines. Dans l’essence, des ingrédients cancérogènes comme le benzène ou l’isoprène ont également été décelés en plus du soufre, ainsi que du manganèse, à hauteur de 30 fois la limite maximale prévalant sur le Vieux Continent.

Scandale environnemental et de santé publique

"La livraison de carburants toxiques à l’Afrique de l’Ouest n’est rien de moins qu’un scandale environnemental et de santé publique, déplore Erik Solheim, à la tête du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). L’idée que certaines parties du monde ne méritent pas la même protection sanitaire que les autres est tout simplement choquante." 

Le rapport d’enquête hollandais pointe une dizaine de géants du courtage pétrolier tels que les suisses Vitol et Gunvor, l’anglo-suisse Glencore ou encore Trafigura, ainsi que leurs filiales chargées des activités aval (raffinage, distribution, commerce). Mais de grandes compagnies pétrolières sont également citées parmi les principaux acteurs de la chaîne comme Total, Shell, BP ou encore ExxonMobil.

"En publiant cette enquête fouillée, les Pays-Bas assument leur responsabilité en tant que centre de production et d’exportation de carburants nocifs. En parallèle, le Point de contact national examine, sur instruction ministérielle, si les firmes impliquées violent les lignes directrices de l’OCDE en matière de respect des droits humains et de l’environnement" réagit Public Eye.

Violation des droits humains 

En septembre 2016, cette ONG avait donné l’alerte avec une enquête menée pendant trois ans sur le rôle de négociants suisses dans la production et l’approvisionnement de carburants toxiques sur le marché ouest-africain. "Si le commerce des carburants toxiques est légal, cette pratique est toutefois illégitime et constitue une violation des droits humains. Les négociants suisses font des profits au détriment de millions de personnes en Afrique, dont le droit à la santé est bafoué" expliquait l’ONG.

La pollution de l’air est déjà un problème majeur dans les villes africaines. Elles figurent parmi les plus polluées au monde, devant l’Asie. Si aucune mesure n’est prise pour réduire la haute teneur en soufre des carburants, la pollution de l’air liée au trafic routier causera, durant l’année 2030, la mort prématurée de 31 000 personnes en Afrique, soit trois fois plus qu’en Europe, aux Etats-Unis et au Japon réunis. Et le nombre de personnes souffrant de maladies cardiovasculaires et de cancers pourrait exploser.  

Les choses commencent toutefois à bouger. La plupart des États d’Afrique de l’Ouest, incités par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), se sont engagés à réduire drastiquement la teneur en soufre autorisée dans le diesel et appliquent peu à peu des standards internationaux.      

Concepcion Alvarez @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Scandale du "diesel sale" en Afrique : "un commerce illégitime"

"Diesel sale". C’est le nom de l’enquête publiée la semaine dernière par Public Eye (ex Déclaration de Berne). Ce travail minutieux, long de 3 ans, a permis de mettre en lumière la nature toxique de l’essence et du gazole vendus dans 8 pays d’Afrique (Zambie, Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire,...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Charbon vs eolien solaire istock

[Bonne Nouvelle] Engie se fixe un calendrier pour sortir du charbon d’ici 2027

Engie veut se débarrasser de ses dernières centrales à charbon. À l’occasion de la présentation de ses résultats annuels, Catherine MacGregor, directrice générale, a affirmé que le groupe sortirait totalement du charbon d’ici 2025 en Europe et 2027 dans le reste du monde. Entre reconversion de...

IStock kruwt centrale charbon RWE allemagne

Une pétition appelle l’Europe à sortir du Traité sur la charte de l’énergie qui "protège les pollueurs"

Plusieurs organisations lancent une pétition pour demander la sortie collective de l'Union européenne du Traité de la Charte Energie (TCE). Un traité peu connu, qui pour les ONG et la nouvelle enquête publiée par le collectif de journaliste Investigate Europe freine la transition énergétique en...

2021 : difficile clap de fin pour le charbon en France

Conformément à la promesse de campagne d'Emmanuel Macron, les quatre dernières centrales à charbon françaises doivent fermer leurs portes d’ici la fin de l’année, sur fond d’exception à Cordemais et de projets de transition contestés ailleurs. En outre, le gestionnaire du réseau électrique RTE a...

080 HL FVANNIER AFP

Raffinage : la transformation verte de Grandpuits ne plaît ni aux salariés, ni aux écologistes

Raffineurs, syndicats et ONG se sont mobilisés contre le projet de Total de reconvertir la raffinerie de Grandpuits, en Ile-de-France, en plateforme "zéro pétrole". Du greenwashing pour les écologistes. Le manque de compétitivité et les impératifs de réduction de gaz à effet de serre dressent...