Publié le 26 avril 2018

ÉNERGIE

Un collectif d’étudiants de Sciences Po demande la fin du partenariat entre Total et l’école

Alors que le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles a pris racine dans les universités américaines, puis s'est propagé aux universités anglaises, la mobilisation des étudiants de Science Po constitue une première en France. Ils appellent à cesser le partenariat financier qui lie Total avec l'école depuis 2011.

Total verserait chaque année 200 000 euros à Science Po Paris via sa fondation.
@Science Po Paris

C’est un mariage un peu particulier qui a été simulé dans l’enceinte de l’école de la rue Saint-Guillaume fin mars par le collectif Sciences Po Zéro Fossile, celui de Sciences Po et Total. "Une union ratée et vouée à l’échec", selon les étudiants. Ils appellent la direction de l’école à cesser son partenariat avec le pétrolier et à refuser tout lien financier avec l’industrie fossile.

Une campagne qui s’inscrit dans le mouvement mondial Zéro Fossile qui a pris racine dans les universités américaines puis anglaises mais qui peine à prendre sur les campus français. L’action des étudiants de Sciences Po constitue une première en France.

"Soutenir l’industrie fossile apparaît comme une claire contradiction avec les missions de l’école. Sciences Po n’accepte plus les partenariats avec l’industrie des armes et du tabac. Pourquoi alors légitimer les choix industriels et l’influence politique destructrice de Total en acceptant un partenariat stratégique?", dénonce l’association.

Plus de 6 000 milliards de dollars d'actifs

Selon le collectif Sciences Po Zéro Fossile, l’influence de la société pétrolière et gazière se manifeste dans le contenu des cours, le choix des intervenants et dans les offres de stage ou d’emploi. Les étudiants dénoncent aussi une faible part des enseignements dévolus aux énergies renouvelables, ce que conteste la direction. Un "comité des dons", destiné à évaluer de manière indépendante les partenariats de l’école, va toutefois être mis en place.

Le mouvement international de désinvestissement de l’argent placé dans les compagnies minières, pétrolières et gazières s’inspire de celui mené dans les années 80 par des étudiants pour lutter contre l’apartheid. 852 institutions y adhèrent désormais. Elles représentent plus de 6 000 milliards de dollars d’actifs.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Stratégie de sortie du charbon des acteurs financiers : Reclaim Finance fait le compte

Le 2 juillet 2019, les acteurs financiers français se sont engagés à annoncer des stratégies d’exclusion du charbon. Reclaim Finance a mis en place un outil permettant de suivre toutes les politiques annoncées par les banques, assurances et sociétés de gestion françaises, mais aussi de les évaluer...

Charbon vs eolien solaire istock

BNP Paribas renforce ses engagements de sortie du financement du charbon

La banque a décidé de revoir ses ambitions à la hausse. BNP Paribas accélère son plan d’exclusion de ses portefeuilles des producteurs d’électricité à partir de charbon pour les pays de l’OCDE. Elle prévoit par ailleurs de ne plus financer les nouveaux clients dont plus de 25 % du chiffre d’affaires...

En pleine tourmente due au Coronavirus, le pétrolier Total s’engage à devenir neutre en carbone en 2050

Après BP et Shell, c’est au tour de Total d’annoncer un engagement de neutralité carbone en 2050. Cela concernera ses propres activités, ainsi que l’utilisation des produits énergétiques par ses clients. L’entreprise s’est alignée sur la vision de ses actionnaires, persuadés que cette stratégie est...

Crise petroliere 1973 01

[À l’origine] Le jour où le pétrole a changé la face du monde en atteignant le prix "inabordable" de 12 dollars par baril

Pendant des décennies, le pétrole a soutenu l’économie mondiale grâce à son faible coût et son abondance. Le monde, devenu accro à l’or noir, subira un terrible contre-coup en octobre 1973, alors que les cours vont tripler en pleine guerre du Kippour entre une coalition de pays arabes et Israël....