Publié le 28 juillet 2015

ÉNERGIE

Ugo Bardi : "Argent et énergie sont gaspillés pour extraire des ressources fossiles au lieu d’investir dans les renouvelables"

Quarante ans après le rapport retentissant du Club de Rome sur "Les limites à la croissance économique", mettant en évidence les ressources finies de la planète, Ugo Bardi, professeur de chimie, tire à nouveau la sonnette d’alarme. Dans un rapport publié récemment en français, "Le Grand pillage"1,  il s’inquiète du déclin des ressources minérales que la Terre a mis des centaines de millions d’années à former. Entretien.

Ugo Bardi
DR

Novethic : Dans votre livre, vous annoncez la disparition de l’extraction minière telle qu’on la pratique aujourd’hui, notamment en ce qui concerne le pétrole, le gaz et le charbon. "Nous menons une guerre contre la planète que nous allons forcément perdre", dites-vous. À quoi va ressembler la société vers laquelle nous pourrions nous acheminer ?

Ugo Bardi : Si nous sommes capables de maintenir des sources d’énergie élémentaires pour produire de l’électricité, en investissant massivement et rapidement dans les énergies renouvelables, nous pouvons espérer reconstruire une société fondée sur certaines ressources qui sont abondantes dans la croûte terrestre tels que l’aluminium, le fer, le silicium...

Nous devrons forcément faire quelques sacrifices, comme par exemple arrêter de prendre l’avion ou de faire de longs déplacements en voitures individuelles. Mais nous pourrions continuer à avoir accès à Internet, aux ordinateurs, à la robotique. Nous aurions des maisons confortables et de quoi nous nourrir. Le monde serait très différent de celui que nous connaissons.

Il faudrait nous adapter, faire attention au gaspillage et ne pas avoir beaucoup de nécessités. Mais il vaut mieux ça à un retour à une société complètement agraire ! Cela nous permettrait de renouer avec de nouvelles valeurs intéressantes telles que la lenteur, la conservation, la mesure, l’équilibre…

Novethic : Est-il encore temps d’agir ? Et si oui, comment changer la donne ?

Ugo Bardi : Oui, mais il faut agir maintenant pour éviter la catastrophe climatique. Et pour l’instant, il est très difficile de convaincre car il n’y a que le profit immédiat qui compte, le long terme n’intéresse pas. Nous assistons à une lutte où chacun prend ce qu’il y a encore à prendre. Il faudrait des investissements lourds dans les énergies renouvelables, dix fois le niveau de dépenses actuel ! Or aujourd’hui, ce n’est pas ce vers quoi on tend.

Novethic : Certains industriels défendent l’idée qu’il faut continuer à extraire des énergies fossiles tout en développant les énergies renouvelables pour faciliter la transition énergétique, qu’en pensez-vous ?

Ugo Bardi : Il est possible de continuer à extraire un peu de pétrole mais uniquement en attendant de trouver un substitut à certains usages qui n’en ont pas à l’heure actuelle. Mais ce n’est pas du tout le choix qui a été fait ces dernières années. Au contraire, la fracturation hydraulique pour aller chercher des hydrocarbures non conventionnels s’est beaucoup développée, au détriment de l’environnement.

On dépense beaucoup d’argent et on gaspille de l’énergie pour gagner un peu de temps. Mais il faut bien comprendre que nous n’arriverons jamais à extraire toutes les ressources enfouies, car cela va coûter très cher et demander beaucoup trop d’énergie [actuellement, 10% de l’énergie produite au niveau mondial sert à extraire des ressources, NDLR]. Je propose qu’on garde cette énergie pour construire la société dont je parlais plus haut, en maintenant un faible niveau d’extraction et de technologies. Et qu’on investisse cet argent dans le développement des énergies renouvelables.

Novethic : Comment les entreprises peuvent-elles agir pour freiner le déclin des ressources minérales et lutter plus globalement contre le changement climatique ?

Ugo Bardi : Les êtres humains ne sont pas les seuls à puiser dans les ressources de la planète. Les plantes le font elles aussi depuis plusieurs centaines de millions d’années, sans jamais les épuiser, car elles recyclent. Il faut suivre ce modèle en s’appuyant sur l’économie circulaire. Certaines entreprises commencent à s’y mettre, en concevant des produits pensés pour le recyclage. Les voitures par exemple sont mieux éco-conçues, car on peut les démonter pour réparer certaines pièces ou en recycler d’autres.

Novethic : Il y a une ressource dont on parle peu mais qui est pourtant indispensable : le phosphate, dont le manque risque d’impacter toute l’agriculture. "C’est le talon d’Achille de notre société", dites-vous. Comment réagir ?

Ugo Bardi : Pour conserver le niveau de production avec une agriculture telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, il faut beaucoup de phosphate. Or c’est une ressource qui est très limitée. On ne va donc pas pouvoir continuer longtemps comme ça. Il va falloir revenir à une agriculture plus locale, plus simple et moins performante, qui permettra de recycler le phosphate présent dans les sols. On en parle peu, mais il faut vraiment commencer à y penser.

Novethic : Vous comparez la réaction de la société face au changement climatique à un deuil. Nous ne sommes pour l’instant qu’à la première phase, celle du déni. La dernière phase est celle de l’acceptation. Pensez-vous que la COP 21, qui se tiendra à Paris en décembre, peut accélérer la prise de conscience ?

Ugo Bardi : Nous n’arrivons pas à mettre la question climatique au centre des débats. En 1972, la publication du Club de Rome avait eu beaucoup de visibilité, ce fut un best-seller, trois présidents américains l’ont cité dans leur discours, mais quel impact aura-t-il eu finalement ? J’ai donc très peu d’espoirs quant à la COP 21.

Jusqu’à ce jour, rien n’est jamais sorti de ces conférences. Pour une augmentation de la température globale de 2 degrés d’ici 2100, il faudrait réduire les énergies fossiles à presque zéro d’ici à 2050. C’est impossible. Si les énergies renouvelables étaient moins chères que le pétrole, nous n’aurions pas besoin de la COP 21, les gens iraient d’eux-mêmes vers le renouvelable. On parle beaucoup mais on n’agit pas.

 

[1] "Le Grand Pillage – Comment nous épuisons les ressources de la planète", Ugo Bardi, Edition Les Petits Matins avec l’institut Veblen, avril 2015, 320 pages.

Concepcion Alvarez
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

G7 : L’Allemagne veut une assurance-climat pour les pays émergents

Comment soutenir les pays émergents dans leurs nécessaires adaptations au changement climatique ? Par la création d’une assurance-climat, répond l’Allemagne, qui vient de débloquer 150 millions d’euros à cet effet. L’initiative de Berlin figurera en tête des priorités lors du prochain...

Conférence climat : les initiatives se multiplient pour mobiliser les citoyens

Qu’est-ce que la COP 21 ? Quels enjeux brasse-t-elle ? Quelles décisions doivent être prises ? Pour avoir une idée de la conscience environnementale des citoyens, une consultation planétaire est lancée le 6 juin, pendant 24h, des îles Fidji à la côte ouest des États-Unis. Plus de 10 000...

Climat : l’OCDE plaide pour plus de cohérence dans les politiques publiques

Alors que l’attention se focalise sur le prix du carbone pour orienter les financements vers une économie bas carbone, il ne faut pas envoyer de signaux contradictoires par le biais de réglementations ou de politiques fiscales pouvant favoriser les émissions de gaz à effet de serre. C’est...

Nicolas Hulot : "le désinvestissement des actifs carbonés est absolument indispensable"

Pour réussir l’accord sur le climat, attendu à Paris en 2015, Nicolas Hulot, insiste sur l’importance de la capacité des États développés à tenir les promesses envers les pays en développement. L'envoyé spécial du président de la République pour la préservation de la planète rappelle aussi...

Le charbon a bénéficié de 73 milliards de dollars de financements publics entre 2007 et 2014

Alors que les négociateurs sont réunis à Bonn pour travailler sur le texte de l’accord de la COP21, un rapport dévoile l’ampleur du financement public encore alloué au charbon. Entre 2007 et 2014, 73 milliards de dollars ont été versés par les gouvernements et les institutions...

Climat : qu’attendre de la nouvelle session de négociations de Bonn ?

Du 1er au 11 juin, les négociateurs climatiques se réunissent une nouvelle fois à Bonn, en Allemagne, pour tenter d’avancer sur l’accord international sur le climat attendu à Paris, lors de la COP 21 qui aura lieu en décembre. Plusieurs points de crispation restent à lever sur le partage...

Risque climatique : la stratégie a minima de Total

Total a refermé, ce vendredi 29 mai, la marche des assemblées générales des majors du pétrole et du gaz. Contrairement à ceux de BP, Shell, Exxon et Chevron, les actionnaires de la société française n’ont pas eu à se prononcer sur une résolution concernant la prise en compte du risque...

Exxon et Chevron refusent d’avoir un expert climat dans leur conseil d’administration

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock kruwt centrale charbon RWE allemagne

L'Allemagne va sortir du charbon d'ici 2030

L'Allemagne accélère sa transition. Le pays, premier émetteur de CO2 en Europe, très dépendant du charbon, va sortir, "dans l'idéal" de ce combustible fossile d'ici 2030. C'est ce qu'a annoncé la nouvelle coalition gouvernementale mercredi 24 novembre. Une mesure arrachée par les Verts, ce qui...

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...