Publié le 31 août 2017

ÉNERGIE

Tempête Harvey : les explosions dans l’usine d’Arkema illustrent la vulnérabilité du secteur pétrolier au changement climatique

L’usine texane du chimiste français Arkema a été durement touchée par la tempête Harvey. Deux explosions y ont lieu après la perte d’alimentation des systèmes de refroidissement de l’installation. Cet accident met en lumière ce qu’est le risque climat pour les entreprises pétrolières et pétrochimiques… qui portent leur part de responsabilité dans le réchauffement. 

@Nasa
La tempête Harvey lors de son passage au-dessus du Texas

Depuis plusieurs jours, le chimiste français Arkema alertait sur la situation de son usine texane de Crosby. Suite aux intempéries inédites qui ont noyé le site sous 1,8 mètre d’eau, l’installation industrielle a perdu son alimentation en électricité et donc sa capacité à refroidir certains produits très inflammable. Jeudi 31 août, à deux heures du matin, le Harris County Emergency Operations Center (EOC) a prévenu que deux explosions avaient eu lieu suivi d’une émanation de fumée noire. Heureusement, depuis mardi, les autorités, avait fait évacuer les populations sur un périmètre de 1,5 mile (2,4 km).

Dans un communiqué, l’entreprise explique que : "Des inondations sans précédent ont submergé notre source d’alimentation primaire et nos deux sources alimentation d'urgence. En conséquence, nous avons perdu la réfrigération des produits sur place. Certains peroxydes organiques brûlent s’ils ne sont pas stockés à basse température". Et le risque n’est pas terminé, de l’aveu même d’Arkema : "le produit est stocké dans plusieurs endroits sur le site et une menace d'explosion supplémentaire demeure".

Vulnérabilité du secteur pétrolier

C’est pour l’instant l’accident industriel le plus spectaculaire des suites de la gigantesque tempête, la plus puissante depuis Katrina en 2005. Elle met en exergue la vulnérabilité de la région sud-est des États-Unis et du Golfe du Mexique qui regroupe environ 30% des capacités de raffinage du pays et 20 % de ses moyens de productions. La quasi-totalité des raffinerie du Texas a été mises à l’arrêt par sécurité ou suite à des dégâts, soit la disparition de 2,6 millions de barils de pétrole raffiné par jour.

Les pipelines reliant les bassins texans de gaz et huiles de schistes aux raffineries côtières ont été fermés en raison des inévitables dommages subis. Des entrepôts de stockage de Phillips 66 et d’Exxon ont été endommagés et ont relâché des hydrocarbures dans la nature. Et d’autres dégâts devraient être découverts dans les jours à venir à la faveur du déplacement de Harvey vers la Louisiane.

Après cet événement, une prise de conscience est attendue sur l’impact du changement climatique et le risque qu’il fait peser sur ces entreprises qui en sont, en partie, responsables. Interrogé par le New-York Times, Harald Jordan, vice-président de la société d’exploration pétrolière Peak Energy l’illustre : "J’ignore si nous allons voir un exode massif de la périphérie de Houston. Mais d’un point de vue stratégique, n’importe quelle entreprise qui est impliquée dans une région si exposée voudra repenser la concentration d’actifs et de personnels sur place".

Ludovic Dupin @ludovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Arctic LNG2 Total projet gazier arctique Novatek RU

La France ne soutient pas le projet gazier TotalEnergies en Arctique

C'est une victoire en demi-teinte. La France a finalement décidé de ne pas soutenir le projet gazier de TotalEnergies en Arctique, de même qu'aucune banque française. Mais l'énergéticien vient d'annoncer avoir quand même bouclé son tour de table. Le projet est situé dans une région déjà largement...

IStock kruwt centrale charbon RWE allemagne

L'Allemagne va sortir du charbon d'ici 2030

L'Allemagne accélère sa transition. Le pays, premier émetteur de CO2 en Europe, très dépendant du charbon, va sortir, "dans l'idéal" de ce combustible fossile d'ici 2030. C'est ce qu'a annoncé la nouvelle coalition gouvernementale mercredi 24 novembre. Une mesure arrachée par les Verts, ce qui...

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...