Publié le 30 juin 2020

ÉNERGIE

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la demande mondiale, tandis qu’une surproduction a fait baisser les prix. Un contexte qui pousse les pétroliers à changer de modèle.

 

 

LNG Boat Shell
Transport de gaz naturel liquéfié par Shell.
@Shell

Le géant pétrolier Royal Dutch Shell a massivement dévalué la valeur de ses actifs à cause de l'impact du coronavirus sur la demande et des changements durables du marché, deux semaines après une mesure similaire de son rival BP. Il va passer une charge de dépréciation d'actifs de 15 à 22 milliards de dollars dans ses comptes du deuxième trimestre. Le but de l'opération : refléter les perspectives nettement plus sombres qu'auparavant des prix du pétrole et de ses marges de production à cause de "l'impact de la pandémie de Covid-19", souligne-t-il dans un communiqué.

Le virus a forcé les gouvernements du monde entier à mettre leur économie sous cloche, faisant fondre la demande d'énergie. Il faut y ajouter une surproduction chronique et les mesures de lutte contre le changement climatique qui pèsent sur la demande à long terme et, par ricochet, sur les cours de l'or noir. Alors que le prix du brut avait démarré 2020 autour de 60 dollars, le groupe table désormais sur un baril en moyenne à 35 dollars sur l'année.

Suffisamment pessimiste

D'après David Madden, analyste de CMC Markets interrogé par l'AFP, ces dépréciations augurent d'une "énorme perte" au deuxième trimestre. Au premier trimestre, Shell était déjà tombé dans le rouge à cause du plongeon des cours du brut en mars, ce qui l'avait conduit à réduire son dividende pour la première fois depuis les années 1940. Pour Nicholas Hyett, analyste chez Hargreaves Lansdown, la question est à présent de savoir si "Shell est suffisamment pessimiste".

Il y a deux semaines, le rival de Shell, BP, avait déjà annoncé des dépréciations de 13 à 17,5 milliards de dollars pour les mêmes raisons. Il avait auparavant dévoilé un plan de suppression de 10 000 emplois dans le monde pour réduire son périmètre et s'adapter à un environnement moins favorable au brut, d'autant qu'il s'est engagé à atteindre la neutralité carbone en 2050, sans avoir pour l'instant expliqué comment y parvenir.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

Le parapétrolier Schlumberger acte la fin de l’âge d’or du pétrole de schiste en Amérique du Nord

Le pétrole de schiste américain n’est pas mort, loin s’en faut. Mais il n’est plus la machine à cash qu’il fût. Les faillites à répétition, accentuées par la crise du Covid-19, le prouvent. On voit aussi désormais les parapétroliers tourner le dos à la fracturation hydraulique en Amérique du Nord....

Natural gas pixabay anita starzycka

L'empoisonnement de Alexeï Navalny pourrait être fatal au gazoduc russe Nord Stream 2

Déjà fragilisé par des sanctions américaines, le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Europe se retrouve face à un avenir incertain après l'empoisonnement d'Alexeï Navalny. Son principal promoteur, l'Allemagne, n'exclut plus de lui retirer son soutien en raison du refus de Moscou de...

Ours Blanc CC0

Feu vert pour des forages pétroliers dans une zone naturelle protégée en Alaska

Le gouvernement de Donald Trump a approuvé lundi 18 août un programme ouvrant la voie à des forages pétroliers et gaziers dans la plus grande zone naturelle protégée du pays, en Alaska, où vivent des ours polaires.