Publié le 26 octobre 2018

ÉNERGIE

Selon l’Agence Internationale de l’Énergie, les émissions du secteur de l'énergie devraient encore croître en 2018

Les émissions de gaz à effet de serre du secteur de l'énergie devraient encore croître en 2018, pour la deuxième année consécutive, une "très mauvaise nouvelle" pour le climat, a indiqué le directeur de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) Fatih Birol.

En 2018, comme en 2017, les émissions de gaz à effet de serre du secteur énergétique vont croître.
@Kodda

"Je suis désolé, j'ai une très mauvaise nouvelle," a lancé Fatih Birol, Directeur de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), lors d'un débat sur la lutte contre le réchauffement climatique organisé à l'ambassade de Pologne de Paris, pays hôte de la COP24 prévue en décembre à Katowice.

Au vu des chiffres des neufs premiers mois de l’année, "les émissions cette année vont croître une fois encore, et nous allons avoir une COP au moment où les émissions mondiales atteindront un record", a-t-il ajouté.

En 2017, les émissions de CO2 liées à la combustion des énergies fossiles (gaz, charbon, pétrole) - qui représentant plus des trois quarts des émissions globales - étaient reparties à la hausse après trois années de stagnation. Elles avaient cru de 1,4 %, à 32,5 gigatonnes, en particulier en raison d'une "robuste" croissance économique mondiale (+3,7 %), de prix bas pour les combustibles fossiles et de moindre efforts réalisés en matière d'efficacité énergétique.

Agir tout de suite

Or pour rester sous 1,5°C de réchauffement, déjà source de forts impacts, il faudrait que les émissions de CO2 déclinent bien avant 2030 et fortement (-45 % d'ici 2030 par rapport à leur niveau de 2010), relevaient le rapport des experts climat de l'ONU (Giec) début octobre.

En réponse, Laurent Fabius, président de la COP21 en 2015, a appelé à agir "d'ici 2020". "J'insiste sur ces deux prochaines années, les pays doivent revoir leurs engagements", a-t-il appelé, lors de ce débat, au côté du président de la COP24, le secrétaire d'État polonais Michal Kurtika. "Quand vous regardez les conséquences tragiques du changement climatique, c'est aujourd'hui, et pas dans 50 ans", a insisté l'ancien ministre français.

La communauté internationale s'est engagée à la COP21 de Paris en 2015 à agir pour réduire les émissions afin de limiter le réchauffement à 2°C voire 1,5°C par rapport au niveau de la Révolution industrielle. L'accord incite les pays à revoir à la hausse leurs engagements, qui à ce stade conduisent le monde bien au-delà de 3°C.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Livraison fioul KNeville

Convention citoyenne pour le climat : la filière fioul pense pouvoir échapper à l’interdiction de ses chaudières en 2022

C’est l’une des mesures les plus emblématiques de la Convention citoyenne pour le climat adoptée par le gouvernement. Il s’agit de l’interdiction des chaudières au fioul à partir du 1er janvier 2022. Mais la filière tempère. Rappelant que la loi indiquera une limitation des émissions de CO2, elle...

Mizuho banque japon centrale NoCoalJapan

[Bonne Nouvelle] Le Japon envisage d'arrêter 100 vieilles centrales à charbon d'ici 2030

Le gouvernement japonais s'est engagé début juillet à étudier des mesures concrètes pour réduire sa dépendance énergétique au charbon d'ici 2030, alors que des médias ont annoncé qu'il prévoyait d'arrêter 100 vieilles centrales à charbon d'ici cette date.

Dakota Access Pipeline Sioux Transferenergy Greenpeace

[Bonne Nouvelle] La justice américaine stoppe le projet de l'oléoduc Dakota Access Pipeline, contesté par les Sioux

Un tribunal américain a ordonné lundi 6 juillet la fermeture temporaire du Dakota Access Pipeline, un oléoduc dont le tracé est contesté depuis des années par des tribus amérindiennes et des associations de protection de l'environnement. Deux autres oléoducs ont été mis à l'arrêt au même moment.

LNG Boat Shell

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la...