Publié le 24 août 2019

ÉNERGIE

[Science] Utiliser les sables bitumineux pour produire de l’hydrogène propre

Des scientifiques canadiens ont mis au point une technique pour extraire à grande échelle et à bas coût de l'hydrogène à partir de sables bitumeux et des champs pétrolifères, affirme la société canadienne qui développe ce processus. Aujourd’hui, l’hydrogène est principalement produit via l’extraction matières fossiles.

Csm sables bitumineux greenpeace Jiri Rezac 21d38dd365
@Greenpeace
Le Canada est le principal pays exploitant des sables bitumineux dans le monde.

"Des scientifiques ont développé une méthode économique et à grande échelle pour extraire de l'hydrogène de sables bitumeux et de champs pétrolifères", selon un communiqué de Proton Technologies. Cet hydrogène "peut être utilisé pour des véhicules fonctionnant à l'hydrogène", affirme le texte publié à l'occasion de la conférence Goldschmidt qui réunit 4 000 scientifiques à Barcelone.

L'hydrogène peut jouer un rôle clé dans la transition énergétique, à condition d'augmenter les usages et réduire ses coûts de production, indiquait en juin l'Agence internationale de l'énergie (AIE). "Les champs pétrolifères, même ceux n'étant plus exploités, contiennent toujours des quantités significatives de pétrole", argumente Grant Strem, PDG de Proton Technologies.

"Les chercheurs ont trouvé qu'injecter de l'oxygène dans ces champs augmente la température et libère l'hydrogène, qui peut être séparé d'autres gaz à travers des filtres spécifiques. L'hydrogène ne préexiste pas dans les réservoirs, mais injecter de l'oxygène permet à la réaction chimique qui aboutit à la formation d'hydrogène d'avoir lieu", affirme-t-il.

Baisse des coûts

Si cette technologie parvient à être mise en place à une échelle industrielle, il évalue les coûts de production entre 10 et 15 centimes de dollar par kilogramme, contre deux dollars actuellement. Elle permettrait d'"extraire d'importantes quantités d'hydrogène en laissant le carbone sous terre", assure Proton Technologies.

Actuellement, l'hydrogène est presque intégralement produit à partir de gaz et de charbon, ce qui entraîne l'émission de 830 millions de tonnes de CO2 par an, soit l'équivalent des émissions cumulées du Royaume-Uni et de l'Indonésie.

Il serait possible d'arriver aux niveaux de prix annoncés mais avec des moyens techniques qui ne sont  pour l'instant pas à l'échelle industrielle et sachant que le niveau de pureté de l'hydrogène produit n'est pas précisé, nuance Olivier Joubert, directeur d'un groupement de recherche du CNRS sur l'hydrogène, interrogé par l'AFP.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

La fin des centrales à charbon en France, c'est pour 2022...ou presque

Promesse hautement symbolique de campagne, la fermeture des quatre dernières centrales à charbon françaises prévues pour 2022 ne sera pas complètement tenue. À Cordemais, en Loire-Atlantique, la production devrait tourner au ralenti jusqu’encore 2024 ou 2026 afin d’assurer la sécurité de...

Equinor Sleipner Field

[Bonne Nouvelle] Equinor, le pétrolier norvégien, annonce une stratégie de réduction de ses émissions

La major pétrolière veut atteindre la quasi neutralité carbone de ses opérations en Norvège d’ici 2050. Elle prévoit d’investir près de cinq milliards d’euros d’ici 2030 pour réduire les émissions de ses sites en mer et à terre, mais se contente d’agir sur ses propres émissions, omettant celles des...

Forage petrolier BP en Egypte sur le champs de Maersk

Seuls 1 % des investissements des pétroliers vont vers d’autres énergies que les fossiles

Les grands pétroliers ont entamé un virage vers des énergies alternatives aux fossiles, mais bien trop timidement assure l’Agence Internationale de l’énergie. Pour ces experts, les entreprises privées et publiques doivent aller beaucoup plus vite. Pour l’heure, les investissements hors cœur de...

Manifestations Siemens Adani JulianStratenschulte DPA AFP

Le PDG de Siemens confirme "à regret" sa participation à la mine de charbon d’Adani en Australie

Au moment où l’Australie est en feu, Siemens a signé un contrat pour équiper l’une des plus grandes mines de charbon dans le pays, celle de Carmichael développé par l’indien Adani. Mis sous pression par la jeunesse écologiste allemande pour quitter le projet, le PDG Joe Kaeser assure qu’il n’a...