Publié le 05 septembre 2019

ÉNERGIE

Mine de charbon près de la grande barrière de corail : AIG, l’un des derniers assureurs en course, est mis sous pression

Les ONG australiennes mettent la pression sur l’assureur américain AIG afin qu’il refuse de soutenir le complexe minier dans le Queensland porté par l’entreprise indienne Adani. Les activistes ont organisé fin août des manifestations dans les bureaux australiens de l’assureur. Une quinzaine de compagnies mondiales ont déjà déclaré publiquement qu’elles n’assureraient pas ce projet, jugé néfaste pour le climat.

Les activistes du climat font pression sur les assureurs et investisseurs pour qu'ils ne financent pas le projet minier porté par l'entreprise indienne Adani.
@Flickr

Les bureaux de Sydney d’AIG ont reçu une visite particulière fin août. Des activistes du climat, emmenés par l’organisation SumOfUs, ont pénétré dans le hall du siège australien de l’assureur américain le jeudi 27 août pour protester contre l’énorme projet de mine de charbon Carmichael, dans le Queensland. Ils lui ont présenté une pétition de près de 110 000 signatures pour lui demander de ne pas assurer le projet porté par l’entreprise indienne Adani. Une manifestation similaire menée par l’organisation Market Forces se tenait, au même moment, dans les locaux de Brisbane de l’assureur.

AIG fait partie des derniers assureurs en piste pour soutenir la mine Carmichael, jugée dévastatrice pour l’environnement par les ONG. Situé au Nord-Est de l’Australie, proche de la barrière de corail, le projet minier prévoit de fournir jusqu’à 60 millions de tonnes de charbon thermique par an, de quoi émettre à lui seul plus de CO2 que la Norvège, la Suède, la Grèce et le Chili, selon SumOfUs. Constitué de plusieurs mines sous-terraines et à ciel ouvert, le complexe risquerait de peser sur les capacités en eau de la région, et les besoins de transport par bateau du charbon pourraient abîmer la barrière de corail.

Porter un coup dur au projet

La défection de l’américain AIG porterait un nouveau coup dur à la "méga mine", l’entreprise indienne pouvant difficilement se passer des immenses capacités financières de grands assureurs mondiaux pour porter le projet. "Ils disent avoir déjà leur assurance en place. Nous pensons que cela ne concerne que leur niveau très limité d’opération existant, déclare Pablo Brait, chargé de campagne chez Market Forces. S’ils veulent se lancer dans la construction à grande échelle, ils ont toujours besoin de nouveaux contrats d’assurance, et nous avons l’intention d’empêcher ces contrats."

Sous la pression des ONG et des citoyens, 14 grands assureurs et réassureurs mondiaux comme Axa, Allianz, Scor, ou Munich Re, mais aussi tous les assureurs australiens (QBE, Suncorp, etc.), ont déjà annoncé publiquement leur décision de ne pas participer complexe minier Carmichael. Même chose du côté des banques et des investisseurs qui se sont, un à un, désengagé du projet, poussant Adani à choisir l’option de l’autofinancement. 

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Ultime feu vert du gouvernement australien pour le projet de mine de charbon près de la Grande barrière de corail

Les autorités fédérales australiennes ont accordé une ultime autorisation au méga-projet de mine de charbon en Australie, tout près de la Grande barrière du corail qui subit déjà fortement les impacts du changement climatique. Mais le projet, plusieurs fois repoussé, pourrait encore être...

Charbon : le groupe indien Adani désormais seul pour développer son projet minier géant près de la grande barrière de Corail

Après avoir officiellement  lancé  la mine Carmichael, située près de la Grande Barrière de corail en Australie en juin 2017, le géant Indien Adani doit revoir son montage économique. Ce projet charbonnier, qui doit devenir l’un des plus gros sites de production au monde, est si...

L’Australie peine à trouver sa voie entre charbon et lutte contre le changement climatique

L’Australie est régulièrement frappée par des sécheresses extrêmes, des pics de chaleurs, des feux de forêts, des inondations… Malgré cette matérialisation concrète du changement climatique, le pays refuse de se débarrasser du charbon, véritable manne financière qui lui vaut le titre de...

Le climat invoqué par un tribunal australien pour rejeter un projet minier

C’est une décision potentiellement lourde de conséquences pour l'industrie minière, que vient de rendre un tribunal australien. Pour rejeter un projet de mine de charbon, celui-ci a en effet invoqué le changement climatique et l'Accord de Paris.

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Dakota Access Pipeline Sioux Transferenergy Greenpeace

[Bonne Nouvelle] La justice américaine stoppe le projet de l'oléoduc Dakota Access Pipeline, contesté par les Sioux

Un tribunal américain a ordonné lundi 6 juillet la fermeture temporaire du Dakota Access Pipeline, un oléoduc dont le tracé est contesté depuis des années par des tribus amérindiennes et des associations de protection de l'environnement. Deux autres oléoducs ont été mis à l'arrêt au même moment.

LNG Boat Shell

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la...

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

L’Europe va rapidement devoir se sevrer du pétrole (et pas seulement pour des raisons climatiques)

Une nouvelle étude du Shift Project alerte sur le manque de pétrole qui pourrait frapper l'Union européenne d'ici 2030. Le think tank recommande d'accélérer la sortie des énergies fossiles et la transition énergétique, au risque sinon d'être rattrapé par une autre crise, non plus climatique mais...

Pipeline BP en Azerbadjian

BP déprécie 17,5 milliards de dollars d’actifs afin de refléter la réalité du marché pétrolier

Le pétrole cher ne reviendra pas, la demande pétrolière va se réduire et la taxe carbone va peser lourd sur les prix. Voici ce qu’il faut comprendre de la dernière annonce du pétrolier BP qui revoit la valeur de son portefeuille d’actifs pour l’aligner sur l’état du marché pétrolier durement touché...