Publié le 28 juin 2019

ÉNERGIE

Loi énergie et climat : feu vert pour la fermeture des dernières centrales à charbon en France

Les députés ont donné leur feu vert pour la fermeture des quatre dernières centrales à charbon que compte la métropole d'ici 2022. Un décret plafonnera les émissions de gaz à effet de serre émises par les installations de production d'électricité à partir de combustibles fossiles, une façon de se laisser une marge de manoeuvre pour sauver la centrale EDF de Cordemais qui souhaite se convertir à la biomasse.

La centrale EDF de Cordemais fait l'objet de travaux pour démontrer la faisabilité technique et la qualité environnementale de son projet Écocombust, qui fonctionnerait avec 80 % de biomasse et 20 % de charbon.
@CC0

L'Assemblée nationale a donné son feu vert jeudi 27 juin pour permettre au gouvernement de procéder à la fermeture des quatre dernières centrales à charbon d'ici 2022, lors de l'examen du projet de loi énergie et climat. La mesure, adoptée par 48 voix et 5 abstentions, prévoit qu'un décret plafonnera les émissions de gaz à effet de serre émises par les installations de production d'électricité à partir de combustibles fossiles situées en métropole "et émettant plus de 0,550 tonne d'équivalents CO2 par heure". Cela "conduira les exploitants des centrales à cesser l'exploitation des tranches fonctionnant au charbon".

Un accompagnement spécifique pour les salariés des centrales concernées et leurs sous-traitants est également prévu. Ils représentent environ 670 emplois directs et 740 indirects selon l'étude d'impact accompagnant le texte. "C'est un choix important en matière énergétique de tourner une page (...) et c'est concrètement la transition énergétique", a affirmé le ministre de la Transition écologique François de Rugy. Il a ajouté que sur "beaucoup de ces territoires, d'autres activités de production énergétique, d'énergies renouvelables ou d'activité industrielle liées aux énergies renouvelables vont prendre le relais". 

Quid de la centrale de Cordemais

Le charbon représente 1,8 % de la part de production d'électricité, "mais c'est 35% des émissions que nous allons réduire", a souligné Célia de Lavergne, responsable du texte pour LREM, en se félicitant d'accomplir "un grand pas vers la neutralité carbone en 2050". Laure de la Raudière (UDI-Indépendants) a loué "une décision courageuse" puis l'ancien marcheur Matthieu Orphelin (non inscrit), proche de Nicolas Hulot, a salué "une avancée majeure". Julien Aubert (LR) a approuvé une mesure "qui va dans la bonne direction" tout en appelant l'exécutif à "ne pas négliger les réalités sociales". Hubert Wulfranc (PCF) s'est abstenu, estimant que "l'avenir immédiat des salariés" n'était "pas totalement sécurisé".

Deux des quatre centrales à charbon vouées à la fermeture appartiennent à EDF et sont situées à Cordemais (Loire-Atlantique) et au Havre (Seine-Maritime). Les deux autres, propriétés de l'Allemand Uniper, se trouvent à Gardanne (Bouches-du-Rhône) et Saint-Avold (Moselle). Le groupe EDF a annoncé début juin qu'il fermera celle du Havre au printemps 2021. Celle de Cordemais fait l'objet d'un projet de conversion à la biomasse, baptisé Écocombust", pour échapper à une fermeture en 2022. Le gouvernement doit décider de le poursuivre ou non à l'automne 2019.

Pour l'ex-ministre de l'Écologie Delphine Batho (non inscrite), le choix de procéder par décret découle d'une volonté du gouvernement de "conserver manifestement une marge de souplesse". "Est-ce en fait pour mettre en veille ces centrales tout en gardant la possibilité de les faire tourner quelques heures?", a-t-elle demandé. Pour fonctionner avec de la biomasse, la centrale de Cordemais aura encore besoin de 20 % de charbon...

Concepcion Alvarez, avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Forage petrolier BP en Egypte sur le champs de Maersk

Seuls 1 % des investissements des pétroliers vont vers d’autres énergies que les fossiles

Les grands pétroliers ont entamé un virage vers des énergies alternatives aux fossiles, mais bien trop timidement assure l’Agence Internationale de l’énergie. Pour ces experts, les entreprises privées et publiques doivent aller beaucoup plus vite. Pour l’heure, les investissements hors cœur de...

Manifestations Siemens Adani JulianStratenschulte DPA AFP

Le PDG de Siemens confirme "à regret" sa participation à la mine de charbon d’Adani en Australie

Au moment où l’Australie est en feu, Siemens a signé un contrat pour équiper l’une des plus grandes mines de charbon dans le pays, celle de Carmichael développé par l’indien Adani. Mis sous pression par la jeunesse écologiste allemande pour quitter le projet, le PDG Joe Kaeser assure qu’il n’a...

Fracturation hydraulique gaz de schiste pixabay

Gaz de schiste : craignant des séismes, l'Angleterre fait marche arrière sur la fracturation hydraulique

Contrairement aux États-Unis, où l'industrie du schiste a connu un boom spectaculaire, en Angleterre, les projets ont vite tourné court. Après plusieurs secousses sismiques et un rapport officiel faisant le lien entre risques de séismes et fracturation hydraulique, le gouvernement britannique a fait...

Baril de petrole annavaczi

[À l’origine] Le pétrole se mesure en baril… comme le whisky

Le système métrique a depuis bien longtemps conquis le monde des échanges commerciaux, y compris dans les pays anglo-saxons. Pourtant le monde continue à parler de la consommation, des réserves et de la cotation du pétrole en termes de baril. Un volume de 42 gallons qui remonte à l’époque où le...