Publié le 15 mai 2019

ÉNERGIE

Les projets d’investissement des compagnies pétrolières et gazières mettent en péril les objectifs climatiques

L’industrie pétrolière et gazière prévoit d’investir près de 5000 milliards de dollars dans les dix ans pour explorer de nouvelles ressources potentielles. Des projets qui sont "aux antipodes" des objectifs climatiques définis par l’Accord de Paris, selon un rapport de l’ONG Global Witness. Selon le rapport, tous les investissements dans de nouveaux champs gaziers et pétrolifères sont incompatibles avec l’objectif de contenir le réchauffement à +1,5°C.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail
Selon Global Witness, les projets d'investissements dans de nouveaux champs pétroliers et gaziers sont incompatibles avec l'objectif de contenir le réchauffement climatique à +1,5°.
@Woodside

Les projets des grandes compagnies pétrolières d'investir près de 5000 milliards de dollars dans l'exploration de nouvelles ressources fossiles sont "aux antipodes" des objectifs de lutte contre le réchauffement climatique, selon un rapport de l’ONG Global Witness publié en avril.

Alors que les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement de la planète continuent d'augmenter, les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) ont tiré la sonnette d'alarme en octobre dernier. L'objectif de l'Accord de Paris de limiter le réchauffement idéalement à +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle ne pourra pas être tenu si les émissions continuent à ce niveau. Un changement drastique de la société est nécessaire, passant notamment par un retrait à très court terme du pétrole, du gaz et du charbon.

Une recommandation dont les majors pétrolières et gazières ne semblent pas tenir compte. Elles prévoient d'investir, dans les prochaines années, plusieurs dizaines de milliards de dollars dans l'exploration et le développement de nouveaux champs. Ces projets "sont très loin d'être compatibles avec l'objectif de +1,5°C, ils sont aux antipodes de ce dont nous avons besoin", estime Murray Worthy, auteur principal du rapport de Global Witness.

Des prévisions d’investissement en forte hausse

L'organisation a comparé les conclusions du Giec aux prévisions des analystes de marché sur l'investissements des entreprises. Comme le Giec, elle a exclu tout rôle majeur du captage et stockage de carbone (CCS), technologie qui, affirment les géants du pétrole, permettrait de continuer à utiliser les énergies fossiles en réabsorbant le CO2 émis dans l'atmosphère. "Si vous retirez ça, vous avez besoin d’une réduction (de la production) de pétrole de 40% d'ici 2030", assure Murray Worthy, alors que les prévisions tablent sur une augmentation de cette production de 12% d'ici cette date.

Les investissements dans l'exploration se sont stabilisés après des années de prix bas du pétrole. Mais ils devraient augmenter de 85% d'ici 10 ans, pour atteindre plus de 1000 milliards de dollars par an. "Les plans de l'industrie des énergies fossiles sont incompatibles avec un climat sûr et habitable", insiste Murray Worthy. Selon le rapport de l’ONG, toute production de champs pétrolifères ou gaziers supplémentaires par rapport aux champs déjà en service actuellement serait incompatible avec l’objectif de l’Accord de Paris. Quant aux champs existants, 9% des prévisions de production de pétrole et 6% de celles de gaz sont de trop et mettent en péril l’objectif de +1,5°C.

Pourtant, d’après les analystes de Rystad Energy, ExxonMobil prévoit d'investir 149 milliards de dollars dans de nouveaux champs pétroliers dans la prochaine décennie. De son côté, une porte-parole de Shell, qui devrait investir 106 milliards dans de nouveaux champs pétroliers et 43 milliards dans de nouveaux champs gaziers dans les 10 ans à venir, a rappelé l’attachement du groupe anglo-néerlandais à l'Accord de Paris. "Le gaz et le pétrole seront nécessaires pendant la transition énergétique" vers une économie bas-carbone, a-t-elle certifié.

L’américain Chevron prévoit quant à lui de dépenser 78 milliards de dollars dans de nouveaux champs pétroliers d'ici 2029. Un porte-parole assure toutefois que le groupe investit "dans des technologies et des opportunités économiques bas-carbone qui pourraient réduire les émissions".

La rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

+1,5°C dès 2030 : l’alerte choc du GIEC sur le climat

Le nouveau rapport des experts internationaux sur le climat (GIEC) est l’ultime alerte avant un monde en crise permanente. Les émissions de gaz à effet de serre ont déjà fait grimper la température mondiale de 1°C depuis la révolution industrielle. Et "il est probable" que le réchauffement...

Climat : 3 chiffres pour comprendre le nouveau rapport du GIEC sur un monde à 1,5°C

Depuis le début de la semaine, les pays membres des Nations Unies se penchent sur l’avenir de la planète. Ils épluchent les 400 pages du nouveau rapport du Giec, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat. Ce document qui doit être publié lundi 8 octobre, après avoir...

En excluant le pétrole, le fonds norvégien entérine le principe du risque climatique pesant sur les marchés financiers

Quelque 134 entreprises du secteur de l’exploration et de la production de pétrole et gaz seront persona non grata dans le fonds souverain norvégien. Le ministère des Finances, sa tutelle, vient de prendre la décision d’une exclusion progressive de ce secteur du portefeuille du fonds. Et...

D’une géopolitique du pétrole à une géopolitique des énergies renouvelables

Si la géopolitique du pétrole était loin d’être simple, celle des énergies renouvelables semble encore plus complexe. Elle est multifactorielle et implique de nombreuses rétroactions plus ou moins négatives. Ainsi, entre criticité des matières premières, transfert de technologies vers les...

Les grands industriels pétroliers et gaziers s’engagent à réduire leurs émissions de méthane

C’est un nouveau pas dans la lutte contre le changement climatique. Total, BP, Shell ou encore Exxon s’engagent à limiter leurs fuites de méthane dans l’atmosphère, un gaz au pouvoir réchauffant bien plus important que le CO2. C’est le premier objectif collectif fixé par la Oil and Gas...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Donald Trump Energie Charbon Coal SaulLoeb AFP

[Bonne Nouvelle] Centrales à charbon : l’excellent bilan CO2 de Donald Trump !

Donald Trump avait promis de relancer l’industrie du charbon aux États-Unis, grande pourvoyeuse d’emplois. Mais face à la concurrence du gaz de schiste et des renouvelables, les incitations n’ont pas suffi et 50 tranches ont déjà fermé leurs portes depuis 2015 et 289 depuis 2010.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail

Les projets d’investissement des compagnies pétrolières et gazières mettent en péril les objectifs climatiques

L’industrie pétrolière et gazière prévoit d’investir près de 5000 milliards de dollars dans les dix ans pour explorer de nouvelles ressources potentielles. Des projets qui sont "aux antipodes" des objectifs climatiques définis par l’Accord de Paris, selon un rapport de l’ONG Global Witness. Selon le...

Extraction gaz Saudi Aramco Arabie Saoudite champs de Shaybah SaudiAramco

Et l’entreprise la plus rentable au monde en 2018 est… le pétrolier Saudi Aramco

111,1 milliards de dollars, tels sont les bénéfices enregistrés par le plus grand pétrolier de la planète en 2018, Saudi Aramco. Soit un tiers de plus que les autres grands pétroliers cumulés ! La plus grande entreprise d’Arabie Saoudite a pour la première fois ouvert ses comptes aux agences de...

Castle Gate Power Plant Utah CC0 David Jolley

Le nombre de centrales à charbon recule partout dans le monde sauf en Chine

C'est une bonne nouvelle en demi-teinte. Selon un tout nouveau rapport, le charbon continue de reculer dans le monde : le nombre de projets a baissé de 60 % depuis 2015 et le nombre de centrales en développement s'est même réduit de 84 % depuis trois ans. Y compris les États-Unis de Donald Trump...