Publié le 03 février 2017

ÉNERGIE

La politique de l'autruche des entreprises pétrolières et gazières

Les entreprises pétrolières et gazières "sous-estiment systématiquement" la progression des technologies bas carbone. C’est ce qu’affirme un rapport publié hier par deux think tanks de référence en Angleterre. Une politique qui permet de rassurer les investisseurs mais qui empêche surtout d’anticiper les changements à venir. 

Selon le rapport publié hier par deux think tanks de référence en Angleterre, les grandes entreprises du secteur de l’énergie sous-estiment volontairement la progression des technologies bas carbone pour préserver leurs intérêts.
iStock

Les grandes entreprises du secteur de l’énergie "sous-estiment systématiquement la progression des technologies bas carbone". C’est la principale conclusion d’un rapport publié hier par le Grantham Institute de l’Imperial College London et le think thank financier Carbon Tracker Initiative. 

Concrètement, lorsque les auteur.e.s calculent que le solaire photovoltaïque pourrait fournir 23% de l’énergie mondiale d’ici 2040, ExxonMobil en prévoit seulement 11%. Idem pour les véhicules électriques. Ils pourraient représenter un tiers du marché des transports routiers en 2035. La compagnie pétrolière BP n’estime leur proportion qu’à 6% à la même date. 

 

Déni de réalité

 

Les scénarios établis par les grandes entreprises "servent leur cause", explique à Novethic Luke Sussams, de Carbon Tracker. Conclure que l’essor des voitures électriques et de l’énergie solaire pourrait mettre un terme à la croissance des marchés du pétrole et du charbon à partir de 2020 jette le doute sur la "viabilité des investissements destinés à développer les énergies fossiles". Raison pour laquelle elles pratiquent la politique de l’autruche.

Et pourtant, cela a un impact direct sur ces entreprises. Cette attitude les empêche d’anticiper. Les auteur.e.s du rapport rappellent à ce propos l’effondrement de l’industrie du charbon aux États-Unis ou la perte de 100 milliards d’euros des cinq principaux fournisseurs européens entre 2008 et 2013. Pourquoi ? "Parce qu’ils n’étaient pas préparés à une croissance de 8% du marché des énergies renouvelables, à laquelle le solaire photovoltaïque a fortement contribué"

"Ces technologies bas carbone sont sur le point d’atteindre le seuil critique bien plus tôt que beaucoup d’entreprises ne s’y attendent", prévient le directeur de recherche à Carbon Tracker, James Leaton.

 

Actualiser les scénarios 

 

Les deux instituts appellent donc les entreprises des énergies fossiles à actualiser leurs scénarios. D’abord en intégrant à leurs calculs "les derniers chiffres et les trajectoires de réduction des coûts des technologies à faibles émissions de carbone", précise Luke Sussams. La semaine dernière, une étude de l’Ademe affirmait que l’éolien, le photovoltaïque et le bois énergie atteignaient "un niveau de coût compétitif avec les technologies conventionnelles".

Ensuite, en insérant dans leurs scénarios les engagements pris par les pays dans le cadre de l’Accord de Paris. "Il n’y a pas de business as usual dans le secteur de l’énergie. Il est donc temps que ce scénario soit abandonné", conclut James Leaton.

Marina Fabre
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

L’Accord de Paris, accélérateur vers une économie mondiale décarbonnée

L’Accord de Paris est une exception : jamais un traité international n’était entré en vigueur aussi rapidement. Une dynamique enclenchée dès l’adoption du texte le 12 décembre dernier à Paris lors de la COP 21 et qui a déteint sur les principaux secteurs de l’économie mondiale. Dans la...

Violente casse sociale dans le secteur pétrolier

Confrontées à la chute des prix du brut, les compagnies pétrolières licencient par milliers. Elles tentent aussi d’imposer à leurs salariés des baisses de rémunération et un travail accru. Des mesures d’autant plus difficiles à accepter que leurs dirigeants conservent, voire augmentent,...

Risque carbone : un baril de brut sous les 120 dollars plus rentable pour les majors pétrolières

Limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici la fin du siècle serait rentable pour les majors pétrolières si le prix du baril ne dépassait pas les 120 dollars... C’est ce que tend à démontrer une étude que publie ce jeudi Carbon Tracker Initiative. Édifiante, la publication devrait...

Comment les compagnies pétrolières utilisent les scénarios énergétiques pour défendre leurs intérêts

Les énergies fossiles resteront-elles indispensables dans le mix énergétique mondial dans quelques décennies ? C’est en tout cas ce que veulent faire croire les prévisions énergétiques des majors pétrolières. Des scénarios pourtant incompatibles avec l’objectif d’une hausse des...

L'ex PDG d'ExxonMobil confirmé au poste de secrétaire d'État

Rex Tillerson dirigera bien la diplomatie américaine. L'ex patron du groupe Exxon a été approuvé par le Sénat des États-Unis à l'issue d'une véritable guérilla parlementaire menée par la minorité démocrate. Âgé de 64 ans, il succède au démocrate John Kerry. Il n'a aucune expérience...

Climat : les compagnies pétrolières américaines hors des clous

Dans un nouveau classement du secteur pétrolier et gazier, le CDP (ex Carbon Disclosure Project) pointe un très net écart entre les majors pétrolières et gazières européennes et américaines en matière de stratégie climatique.  

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...