Publié le 13 juillet 2016

ÉNERGIE

Le Tchèque EPH, nouvel épouvantail du charbon

La solution est parfois pire que le mal. Alors que le Suédois Vattenfall a décidé de céder ses actifs charbonniers au Tchèque EPH, les élus et associations écologistes dénoncent un fiasco. Ils appellent à fermer les mines et les centrales plutôt qu’à les céder à une entreprise très controversée. Depuis quelques années, le modèle économique d’EPH consiste en effet à racheter les actifs les plus polluants à prix cassé, pour les maintenir en activité le plus longtemps possible, tout en laissant la question de leur fermeture en suspens. Décryptage.

Les ONG craignent que EPH tire le maximum de profit des actifs de charbon en les maintenant en opération le plus longtemps possible (ci-dessus, protestations contre la vente d'actifs du Suédois Vattenfall devant l'ambassade suédoise de Berlin, en mai).
Paul Zinken / DPA / AFP

Le Tchèque EPH, petite entreprise créée en 2009, est en passe de devenir le troisième producteur d’électricité le plus polluant de toute l’Europe. Son nom a fait les gros titres la semaine dernière dans le rachat des actifs charbonniers du Suédois Vattenfall. Le groupe étatique a en effet décidé de céder à EPH l’ensemble de ses actifs d'extraction et de production de lignite (le charbon le plus polluant), mines et centrales thermiques situés en Allemagne, provoquant un tollé chez les écologistes.

 

"EPH émettra 82 millions de tonnes de CO2 par an"

 

Depuis 2012, l’entreprise tchèque se développe en rachetant les actifs fossiles dont souhaitent se désengager d’autres énergéticiens européens, tels que Vattenfall ou encore EDF. Alors qu’elle a démarré avec un petit portefeuille de seulement 0,3 GW de charbon, elle compte désormais 14 GW de capacité charbon déjà achetée (dont près de 75% à base de lignite). Selon les calculs de l’ONG Les Amis de la Terre, "l’entreprise émettra près de 82 millions de tonnes de CO2 par an".

EPH a ainsi racheté des mines de charbon et des centrales à gaz et au charbon à E.ON en Italie et en Allemagne. En 2015, elle a acquis un grand producteur d'électricité slovaque détenu par Enel. Au début de l’année, EPH a aussi racheté à l’Allemand RWE une centrale au charbon en Grande-Bretagne.

Et ce n’est pas fini, puisque son nom a été cité comme possible acquéreur de la centrale au charbon d’EDF, d’une capacité d’1,7 GW, située à Rybnik, en Pologne. Selon un récent rapport du CAN Europe, WWF, Heal et Sandbag, Rybnik est la 5ème centrale européenne la plus toxique, provoquant 480 morts prématurées par an.

 

Stratégie à contre-courant

 

Alors que nombre d’entreprises européennes souhaitent désinvestir les énergies fossiles, nocives pour le climat et leur réputation, EPH s’inscrit à contre-courant, dans une relance du charbon en Europe. Elle s’appuie notamment sur les mécanismes de capacité, un dispositif européen qui finance le potentiel de production d’énergie des entreprises, dont celui des centrales au gaz et au charbon. Mais cette vision court-termiste n’est pas sans danger.

"L’entreprise échappe à toute pression, commente Lucie Pinson, chargée de campagne Finance privée et Coface pour Les Amis de la Terre. EPH n’a pas d’actionnaires – les deux tiers de l’entreprise sont détenus par les deux fondateurs, Daniel Křetínský et Patrik Tkáč, le tiers restant étant détenu par un fonds d’investissement créé par Patrik Tkáč (NDLR). EPH n’a pas non plus de clients 'citoyens' puisqu’elle vend directement au réseau, sur le marché de gros. Enfin, elle ne subit l’influence d’aucun gouvernement." 

Les ONG craignent dès lors que, épargnée de toutes contraintes liées à sa responsabilité environnementale et sociale et dans un contexte de prix bas, l’entreprise tchèque tire le maximum de profit des actifs de charbon en les maintenant en opération le plus longtemps possible sans se soucier de leur fermeture (indemnités dues aux salariés et frais de remise en état des sites). "EPH est peu susceptible de mettre en œuvre une réhabilitation telle qu’elle aurait été faite par une entreprise comme Vattenfall. Outre les conséquences environnementales, il y a aussi l’aspect social. EPH mène une politique agressive en termes de coupes budgétaires et de licenciements dans les usines qu'elle acquiert", dénonce Dave Jones, analyste au sein de l’ONG Sandbag.

 

Les banques appelées à ne plus financer EPH

 

Les ONG ont tout de même trouvé un moyen de faire pression sur la pieuvre tchèque. Dans une lettre ouverte datant du 5 juillet, BankTrack, Les Amis de la Terre France, E3G, Urgewald et Sandbag demandent à neuf banques internationales, dont Société générale, de s’engager à ne plus octroyer de nouveaux financements à EPH et à ses filiales et à ne pas refinancer des obligations existantes liées à l’achat d’actifs dans les énergies fossiles.

Depuis 2012, ces banques ont versé 3 milliards d’euros de financements à EPH. Bien que les financements accordés par Société Générale "concernent essentiellement la filiale EP Infrastructure (EPIF) du groupe EPH", selon les déclarations de la banque française, Les Amis de la Terre estiment que cela "n’est pas compatible" avec les engagements qu’elle a pris après la COP21.

"L’exclusion du charbon doit concerner toute la chaîne d’approvisionnement et pas seulement la production, précise Lucie Pinson. Nous appelons aussi les banques à ne plus financer d’entreprises qui cèderaient leurs actifs à la très controversée EPH. Et nous leur demandons de ne pas servir d’intermédiaire lors de transactions de ce type." 

L’ONG cible aussi les entreprises françaises dont l’État est actionnaire, telles qu’Engie ou EDF. "Elles doivent fermer et non pas vendre leurs actifs charbon, en accompagnant les travailleurs et en assurant la réhabilitation des sites."

Concepcion Alvarez
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Charbon : Près de 23 000 décès prématurés en Europe

Quel est l’impact du charbon sur la santé ? Quatre organisations – le WWF, l’Alliance pour la santé et environnement (HEAL), le Réseau action climat Europe (CAN Europe) et Sandbag – ont étudié le déplacement des poussières de charbon émanant de 257 centrales européennes et l’impact sur la...

Allemagne : coup de froid sur la transition énergétique

Berlin présente aujourd'hui en Conseil des ministres une réforme de la loi sur les énergies renouvelables. Une réforme hautement controversée. Elle prévoit en effet de plafonner la production d’électricité issue de l’éolien, pourtant un pilier de l’Energiewende – la transition énergétique...

Faillite de Peabody : la crainte d'un désastre environnemental

Le numéro un américain du charbon, endetté à hauteur de 10 milliards de dollars, a déposé le bilan le 13 avril. Il s’agit pour lui de se restructurer. C’est en tout cas ce qu’affirment ses dirigeants. Cela passera par la fermeture de certaines mines. Or la loi américaine oblige à remettre...

La chute de Peabody, symbole de la faillite du charbon américain

Le numéro un du charbon aux États-Unis s'est mis ce mercredi 13 avril sous la protection de la loi américaine sur les faillites. Une annonce qui ne constitue pas une surprise. Depuis plusieurs années, c’est tout le secteur qui vacille. Les quatre leaders américains du charbon, qui pesaient...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Conseil europeen embargo petrole russe commission europeenne

Embargo sur le pétrole russe : les importations européennes réduites de 90 % d’ici la fin de l’année

Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne, réunis en sommet, ont entériné un sixième train de sanctions contre la Russie. Ils ont enfin trouvé un accord pour réduire de 90 % leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou...

Terminal methanier rio grande LNG au sud du texas RioGrandeLNG

Sommet des chefs d’État européens sur l’énergie : pourquoi une crise du gaz naturel liquéfié (GNL) semble inévitable

Les chefs d’État et de gouvernement européens se réunissent ces lundi 30 et mardi 31 mai pour discuter du plan Repower EU sur l’indépendance énergétique de l'Union européenne, présenté par la Commission le 18 mai. La pression se fait de plus en plus forte pour sortir de notre dépendance aux énergies...

Gazprom NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Coupures de gaz à la Pologne et la Bulgarie : l'étau se resserre sur l'Union européenne pour accélérer son indépendance énergétique

La pression s'accroît sur l'Union européenne. Alors qu'un sixième train de sanctions est en préparation à Bruxelles, la Russie a mis ses menaces à exécution en suspendant ses livraisons de gaz à la Bulgarie et à la Pologne. Les deux pays avaient refusé de payer en roubles, comme l'exige Moscou...

La centrale à charbon de Saint-Avold pourrait finalement ne pas fermer au 31 mars

À Saint-Avold, en Moselle, c'est l'incompréhension la plus totale. La centrale à charbon, l'une des deux dernières encore en fonctionnement en France, doit officiellement s'arrêter au 31 mars, soit dans deux jours. Mais la pénurie d'électricité nucléaire, et la guerre en Ukraine qui menace...