Publié le 10 juin 2021

ÉNERGIE

Le projet controversé d'oléoduc Keystone XL, rejeté par Joe Biden, est abandonné par ses promoteurs

C’est un immense pipeline de plusieurs milliers de kilomètres, capable de transporter 800 000 barils de pétrole par jour entre l’ouest canadien et côtes étasuniennes du Golfe du Mexique. Après de nombreuses péripéties et un violent rejet d’associations écologiste, le Keystone XL a été annulé par son promoteur. Il faut dire que le Président américain avait révoqué le décret qui autorisait l’infrastructure à traverser la frontière.

Foule rejette keystone LNG Pipeline Petrole Canada Coast to Coast
Manifestation de rejet du Pipeline Keystone XL aux États-Unis.
@Coast-to-Coast

Ce fut la première tension entre Justin Trudeau et Joe Biden il y a près de cinq mois, le projet controversé d'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les États-Unis, dénoncé par les défenseurs de l'environnement, a été officiellement enterré mercredi 9 juin. "TC Energy a confirmé aujourd'hui après un examen complet de ses options et en consultation avec son partenaire, le gouvernement de l'Alberta, avoir mis fin au projet d'oléoduc Keystone XL", a annoncé l'opérateur canadien dans un communiqué.

En réalité, le groupe canadien avait annoncé la suspension des travaux dès le 20 janvier, date à laquelle le Président américain avait annulé l’autorisation pour ce projet de traversé la frontière. Le groupe canadien avait fait part de sa déception, annonçant prévoir en conséquence "le licenciement de milliers de travailleurs syndiqués". De son côté, le gouvernement de l'Alberta a indiqué avoir également quitté le projet et dit "explorer toutes les options" pour récupérer son investissement, alors que l'abandon du projet devrait lui coûter 1,3 milliard de dollars canadiens (881 millions d'euros).

"Nous restons déçus et frustrés par les circonstances entourant Keystone XL, y compris l'annulation du permis présidentiel permettant au pipeline de traverser la frontière", a regretté le Premier ministre de la province Jason Kenney. L'Alberta concentre l'essentiel des réserves de pétrole du pays, principal produit d'exportation du Canada. Ce projet, soutenu par Ottawa mais critiqué par les écologistes, avait été lancé en 2008. Annulé une première fois par Barack Obama car jugé trop polluant, il avait été remis sur les rails par Donald Trump pour des raisons économiques.

800 000 barils de pétrole par jour

La révocation du décret de construction avait également suscité la déception du Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui s'était engagé à mener à terme Keystone XL ainsi que d'autres oléoducs afin d'acheminer le pétrole canadien vers d'autres marchés et d'en obtenir un meilleur prix. L’enjeu est de taille pour le grand pays nord-américain car le Canada possède les troisièmes réserves prouvées du monde, principalement contenues dans des sables bitumineux.

Keystone XL devait permettre d'acheminer dès 2023 plus de 800 000 barils de pétrole par jour entre la province canadienne d'Alberta et les raffineries américaines du Golfe du Mexique. Mais, selon les écologistes, il aurait entraîné trop d'émissions de gaz à effet de serre. TC Energy avait repris l'an dernier les travaux de construction sur la portion nord de l'oléoduc, longue de 1 947 km, entre la frontière canadienne et l'Etat du Nebraska, ceux sur la portion sud vers le Texas étant déjà terminés.

Keystone n'est pas le seul sujet de désaccord dans ce secteur entre le Canada et les États-Unis. Le mois dernier, Ottawa a annoncé avoir saisi la justice américaine pour bloquer une décision du Michigan ordonnant la fermeture d'un oléoduc transfrontalier du canadien Enbridge, jugée "préoccupante" par Justin Trudeau. Celui-ci relie l'Ontario et le Québec à plusieurs États américains.

La rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Conseil extraordinaire UE reduction consommation de gaz russie penurie hiver MTE

L’Union européenne trouve un accord sur la réduction de la demande en gaz, face au risque d’approvisionnement russe

C’est la solidarité qui l’a emportée à Bruxelles. Un nouveau plan a été adopté mardi 26 juillet par les 27 États membres pour réduire la consommation de gaz de 15 % en cas de pénurie cet hiver. Si des dérogations et des exemptions sont prévues, notamment pour la France, l’objectif est bel et bien de...

Station essence istock JBorruel

Pouvoir d'achat : toujours pas de mesures ciblées pour les travailleurs les plus modestes

La remise de 18 centimes par litre de carburant va passer à 30 centimes à la rentrée. C'est le fruit d’un compromis à l’Assemblée nationale entre la majorité et le groupe les Républicains. Le gouvernement, qui souhaitait la mise en place d’une indemnité carburant plus spécifique ciblant les...

Simon cossus maison durable Mathieu BAY

Vivre sans énergies fossiles : Cette famille y est (presque) arrivée

Avec la hausse des prix de l’énergie, la crise climatique et les canicules à répétition, les Français sont de plus en plus nombreux à se demander comment se passer des énergies fossiles. Certains ont franchi le pas, en investissant dans des maisons durables, qui produisent leur propre énergie, en...

Conseil europeen embargo petrole russe commission europeenne

Embargo sur le pétrole russe : les importations européennes réduites de 90 % d’ici la fin de l’année

Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne, réunis en sommet, ont entériné un sixième train de sanctions contre la Russie. Ils ont enfin trouvé un accord pour réduire de 90 % leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou...