Publié le 16 mars 2020

ÉNERGIE

Le pétrolier norvégien Equinor renonce à chercher du pétrole dans la Grande Baie australienne, sanctuaire de biodiversité

Après BP et Chevron, le Norvégien Equinor annonce l’abandon de ses projets d’exploration pétrolière dans la Grande baie australienne, au sud du pays, où vivent baleines, requins blancs et cachalots. Le groupe met en avant un manque de rentabilité mais il s’agit aussi de se mettre en cohérence avec son objectif de neutralité carbone et de répondre à la pression de la société civile et des investisseurs alors que le fonds souverain norvégien prévoit d’exclure le pétrole de son portefeuille.

Baleine franche australe grande baie australienne Dr Haus Wikipedia
La Grande baie australienne est notamment une zone de vêlage pour les baleines franches australes.
@CC0/Dr.Haus

Le groupe norvégien Equinor vient d’annoncer qu’il n’allait finalement pas forer dans la Grande baie australienne pour rechercher du pétrole. Le site est une zone de vêlage pour les baleines franches australes et un sanctuaire pour le grand requin blanc, le grand cachalot, le lion de mer australien, l'albatros ou l'aigle pêcheur. Avant lui, BP et Chevron avaient aussi décidé d’abandonner l’exploration pétrolière dans ce secteur.

L'entreprise a estimé que ce projet, qui avait pourtant obtenu il y a deux mois le feu vert du régulateur australien, n'était "pas rentable d'un point de vue commercial", au regard d'autres projets d'exploration. "Equinor a décidé de renoncer à ses projets de forage du puits d'exploration Stromlo-1, car celui-ci n'est pas rentable", a annoncé dans un communiqué le directeur d'Equinor Australia, Jone Stangeland. 

Pression des investisseurs  

Mais c’est aussi une façon pour le pétrolier de répondre à la pression de la société civile et des investisseurs face au risque climatique au moment où le fonds souverain norvégien prévoit de sortir du capital des entreprises exploratrices et productrices de pétrole et de gaz. Un signal fort envoyé aux marchés financiers qui vont sans aucun doute s'aligner sur cette prescription.

Equinor vient en outre de se fixer des objectifs de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre. La compagnie pétrolière norvégienne a annoncé qu’elle réduirait de 40 % les émissions de ses opérations à terre ou en mer d’ici 2030, soit 5 millions de tonnes de CO2 en moins par an. Le plan d’Equinor prévoit ensuite de les réduire de 70 % d’ici 2040 et d’atteindre la quasi-neutralité d’ici 2050. Il prévoit également de poursuivre la diversification de ses activités et de s’orienter vers les énergies renouvelables, comme l’éolien offshore, ou encore le stockage de carbone.

Une résolution actionnariale déposée en novembre par le groupe d’actionnaires Follow This exige au pétrolier d’aller plus loin pour être véritablement aligné sur les objectifs de l’Accord de Paris. L’assemblée générale d’Equinor, le 14 mai prochain, devrait donc voir le sujet refaire surface. La décision de se retirer de la Grande baie australienne tombe à pic.  

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...