Publié le 10 mars 2014

ÉNERGIE

Le fonds norvégien pourrait renoncer aux énergies fossiles

Un groupe d'experts indépendants va étudier la faisabilité d'un scénario conduisant le fonds souverain norvégien à ne plus investir dans les énergies fossiles. Cette hypothèse, surprenante pour le plus grand investisseur institutionnel mondial alimenté par la production pétrolière du pays, est le fruit d'une décision parlementaire. La majorité, de droite, a ainsi voulu bloquer l'initiative des travaillistes qui souhaitaient empêcher le fonds de financer la production de charbon.

142328_GF.jpg
Plateforme pétrolière en mer du Nord
© Wikipedia

Financer ou non les énergies fossiles ? Certains grands investisseurs internationaux se posent la question depuis qu'a émergé le concept de risque carbone. Cela suppose de renoncer maintenant à une source de performances financières au nom du fait qu'elles pourraient s'effondrer dans le futur et qu'elles nuisent à l'environnement. Le fonds norvégien, plus grand investisseur mondial, va devoir plancher sur le sujet. Le 27 février 2014, le Parlement a décidé de mandater un groupe d'experts indépendants pour qu'il étudie la possibilité pour le fonds de ne plus investir dans les énergies fossiles. Cette étude va prendre plusieurs mois. Elle ne devrait pas avoir de conséquences avant 2015 mais elle a coupé l'herbe sous le pied d'une autre initiative norvégienne visant à interdire au fonds souverain d'investir dans la production de charbon.

Pour Responsible Investor.com, spécialiste de l'investissement responsable, un retrait des énergies fossiles aurait des conséquences importantes pour le fonds norvégien. Celui-ci investit environ 43 milliards de dollars dans des compagnies pétrolières et gazières, ce qui représente 8,4 % de ses actions. Dans la liste de ses dix premières participations, on trouve ainsi BP et Shell. Toutefois, il faut souligner que si ces choix financiers participent de ses excellentes performances financières (+16 % en 2013), les placements verts du fonds se sont avérés tout aussi lucratifs.

Depuis 2009, le fonds norvégien a investi 5,2 milliards d'euros dans près de 170 entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables, l'eau ou la gestion des déchets. Ces participations lui ont rapporté un bénéfice net de 41 % en 2013. De quoi offrir un modèle alternatif au peuple norvégien dont le fonds fait prospérer les richesses en s'efforçant depuis sa création de respecter des valeurs définies à travers des débats politiques intenses. En Norvège, 10 % des automobilistes roulent en voitures électriques.

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Mizuho banque japon centrale NoCoalJapan

[Bonne Nouvelle] Le Japon envisage d'arrêter 100 vieilles centrales à charbon d'ici 2030

Le gouvernement japonais s'est engagé début juillet à étudier des mesures concrètes pour réduire sa dépendance énergétique au charbon d'ici 2030, alors que des médias ont annoncé qu'il prévoyait d'arrêter 100 vieilles centrales à charbon d'ici cette date.

Dakota Access Pipeline Sioux Transferenergy Greenpeace

[Bonne Nouvelle] La justice américaine stoppe le projet de l'oléoduc Dakota Access Pipeline, contesté par les Sioux

Un tribunal américain a ordonné lundi 6 juillet la fermeture temporaire du Dakota Access Pipeline, un oléoduc dont le tracé est contesté depuis des années par des tribus amérindiennes et des associations de protection de l'environnement. Deux autres oléoducs ont été mis à l'arrêt au même moment.

LNG Boat Shell

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la...

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

L’Europe va rapidement devoir se sevrer du pétrole (et pas seulement pour des raisons climatiques)

Une nouvelle étude du Shift Project alerte sur le manque de pétrole qui pourrait frapper l'Union européenne d'ici 2030. Le think tank recommande d'accélérer la sortie des énergies fossiles et la transition énergétique, au risque sinon d'être rattrapé par une autre crise, non plus climatique mais...