Publié le 10 mars 2014

ÉNERGIE

Le fonds norvégien pourrait renoncer aux énergies fossiles

Un groupe d'experts indépendants va étudier la faisabilité d'un scénario conduisant le fonds souverain norvégien à ne plus investir dans les énergies fossiles. Cette hypothèse, surprenante pour le plus grand investisseur institutionnel mondial alimenté par la production pétrolière du pays, est le fruit d'une décision parlementaire. La majorité, de droite, a ainsi voulu bloquer l'initiative des travaillistes qui souhaitaient empêcher le fonds de financer la production de charbon.

142328_GF.jpg
Plateforme pétrolière en mer du Nord
© Wikipedia

Financer ou non les énergies fossiles ? Certains grands investisseurs internationaux se posent la question depuis qu'a émergé le concept de risque carbone. Cela suppose de renoncer maintenant à une source de performances financières au nom du fait qu'elles pourraient s'effondrer dans le futur et qu'elles nuisent à l'environnement. Le fonds norvégien, plus grand investisseur mondial, va devoir plancher sur le sujet. Le 27 février 2014, le Parlement a décidé de mandater un groupe d'experts indépendants pour qu'il étudie la possibilité pour le fonds de ne plus investir dans les énergies fossiles. Cette étude va prendre plusieurs mois. Elle ne devrait pas avoir de conséquences avant 2015 mais elle a coupé l'herbe sous le pied d'une autre initiative norvégienne visant à interdire au fonds souverain d'investir dans la production de charbon.

Pour Responsible Investor.com, spécialiste de l'investissement responsable, un retrait des énergies fossiles aurait des conséquences importantes pour le fonds norvégien. Celui-ci investit environ 43 milliards de dollars dans des compagnies pétrolières et gazières, ce qui représente 8,4 % de ses actions. Dans la liste de ses dix premières participations, on trouve ainsi BP et Shell. Toutefois, il faut souligner que si ces choix financiers participent de ses excellentes performances financières (+16 % en 2013), les placements verts du fonds se sont avérés tout aussi lucratifs.

Depuis 2009, le fonds norvégien a investi 5,2 milliards d'euros dans près de 170 entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables, l'eau ou la gestion des déchets. Ces participations lui ont rapporté un bénéfice net de 41 % en 2013. De quoi offrir un modèle alternatif au peuple norvégien dont le fonds fait prospérer les richesses en s'efforçant depuis sa création de respecter des valeurs définies à travers des débats politiques intenses. En Norvège, 10 % des automobilistes roulent en voitures électriques.

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...