Publié le 10 mars 2014

ÉNERGIE

Le fonds norvégien pourrait renoncer aux énergies fossiles

Un groupe d'experts indépendants va étudier la faisabilité d'un scénario conduisant le fonds souverain norvégien à ne plus investir dans les énergies fossiles. Cette hypothèse, surprenante pour le plus grand investisseur institutionnel mondial alimenté par la production pétrolière du pays, est le fruit d'une décision parlementaire. La majorité, de droite, a ainsi voulu bloquer l'initiative des travaillistes qui souhaitaient empêcher le fonds de financer la production de charbon.

142328_GF.jpg
Plateforme pétrolière en mer du Nord
© Wikipedia

Financer ou non les énergies fossiles ? Certains grands investisseurs internationaux se posent la question depuis qu'a émergé le concept de risque carbone. Cela suppose de renoncer maintenant à une source de performances financières au nom du fait qu'elles pourraient s'effondrer dans le futur et qu'elles nuisent à l'environnement. Le fonds norvégien, plus grand investisseur mondial, va devoir plancher sur le sujet. Le 27 février 2014, le Parlement a décidé de mandater un groupe d'experts indépendants pour qu'il étudie la possibilité pour le fonds de ne plus investir dans les énergies fossiles. Cette étude va prendre plusieurs mois. Elle ne devrait pas avoir de conséquences avant 2015 mais elle a coupé l'herbe sous le pied d'une autre initiative norvégienne visant à interdire au fonds souverain d'investir dans la production de charbon.

Pour Responsible Investor.com, spécialiste de l'investissement responsable, un retrait des énergies fossiles aurait des conséquences importantes pour le fonds norvégien. Celui-ci investit environ 43 milliards de dollars dans des compagnies pétrolières et gazières, ce qui représente 8,4 % de ses actions. Dans la liste de ses dix premières participations, on trouve ainsi BP et Shell. Toutefois, il faut souligner que si ces choix financiers participent de ses excellentes performances financières (+16 % en 2013), les placements verts du fonds se sont avérés tout aussi lucratifs.

Depuis 2009, le fonds norvégien a investi 5,2 milliards d'euros dans près de 170 entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables, l'eau ou la gestion des déchets. Ces participations lui ont rapporté un bénéfice net de 41 % en 2013. De quoi offrir un modèle alternatif au peuple norvégien dont le fonds fait prospérer les richesses en s'efforçant depuis sa création de respecter des valeurs définies à travers des débats politiques intenses. En Norvège, 10 % des automobilistes roulent en voitures électriques.

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...