Publié le 10 mars 2014

ÉNERGIE

Le fonds norvégien pourrait renoncer aux énergies fossiles

Un groupe d'experts indépendants va étudier la faisabilité d'un scénario conduisant le fonds souverain norvégien à ne plus investir dans les énergies fossiles. Cette hypothèse, surprenante pour le plus grand investisseur institutionnel mondial alimenté par la production pétrolière du pays, est le fruit d'une décision parlementaire. La majorité, de droite, a ainsi voulu bloquer l'initiative des travaillistes qui souhaitaient empêcher le fonds de financer la production de charbon.

142328_GF.jpg
Plateforme pétrolière en mer du Nord
© Wikipedia

Financer ou non les énergies fossiles ? Certains grands investisseurs internationaux se posent la question depuis qu'a émergé le concept de risque carbone. Cela suppose de renoncer maintenant à une source de performances financières au nom du fait qu'elles pourraient s'effondrer dans le futur et qu'elles nuisent à l'environnement. Le fonds norvégien, plus grand investisseur mondial, va devoir plancher sur le sujet. Le 27 février 2014, le Parlement a décidé de mandater un groupe d'experts indépendants pour qu'il étudie la possibilité pour le fonds de ne plus investir dans les énergies fossiles. Cette étude va prendre plusieurs mois. Elle ne devrait pas avoir de conséquences avant 2015 mais elle a coupé l'herbe sous le pied d'une autre initiative norvégienne visant à interdire au fonds souverain d'investir dans la production de charbon.

Pour Responsible Investor.com, spécialiste de l'investissement responsable, un retrait des énergies fossiles aurait des conséquences importantes pour le fonds norvégien. Celui-ci investit environ 43 milliards de dollars dans des compagnies pétrolières et gazières, ce qui représente 8,4 % de ses actions. Dans la liste de ses dix premières participations, on trouve ainsi BP et Shell. Toutefois, il faut souligner que si ces choix financiers participent de ses excellentes performances financières (+16 % en 2013), les placements verts du fonds se sont avérés tout aussi lucratifs.

Depuis 2009, le fonds norvégien a investi 5,2 milliards d'euros dans près de 170 entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables, l'eau ou la gestion des déchets. Ces participations lui ont rapporté un bénéfice net de 41 % en 2013. De quoi offrir un modèle alternatif au peuple norvégien dont le fonds fait prospérer les richesses en s'efforçant depuis sa création de respecter des valeurs définies à travers des débats politiques intenses. En Norvège, 10 % des automobilistes roulent en voitures électriques.

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Gazprom NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Coupures de gaz à la Pologne et la Bulgarie : l'étau se resserre sur l'Union européenne pour accélérer son indépendance énergétique

La pression s'accroît sur l'Union européenne. Alors qu'un sixième train de sanctions est en préparation à Bruxelles, la Russie a mis ses menaces à exécution en suspendant ses livraisons de gaz à la Bulgarie et à la Pologne. Les deux pays avaient refusé de payer en roubles, comme l'exige Moscou...

La centrale à charbon de Saint-Avold pourrait finalement ne pas fermer au 31 mars

À Saint-Avold, en Moselle, c'est l'incompréhension la plus totale. La centrale à charbon, l'une des deux dernières encore en fonctionnement en France, doit officiellement s'arrêter au 31 mars, soit dans deux jours. Mais la pénurie d'électricité nucléaire, et la guerre en Ukraine qui menace...

Methanier Christophe de Margerie a quai a Yamal pour bapteme Total maria chernenkova

Guerre en Ukraine : TotalEnergies renonce au pétrole russe, mais reste présent dans le gaz

Un mois après le début de la guerre en Ukraine, TotalEnergies annonce qu'elle va cesser d'acheter du pétrole et des produits pétroliers à la Russie. La major maintient cependant ses positions dans le gaz et assure que partir serait contre-productif et reviendrait à soutenir davantage les intérêts...

Torchage thailande Love Krittaya CC0

Alors que les prix flambent, les industriels continuent de laisser échapper du gaz qui pourrait être valorisé

Cette semaine, une vidéo montrant le rejet volontaire de centaines de milliers de mètres cube de gaz sur un site français a provoqué l'indignation alors que les prix flambent. Depuis des années, les industriels pétroliers et gaziers sont incités à lutter contre les rejets et les fuites de méthane en...