Publié le 09 juillet 2017

ÉNERGIE

[LE CHIFFRE] La première mine de charbon ouverte aux États-Unis sous l’ère Trump a créé… 70 emplois

C’est tout un symbole pour le président Donald Trump. Depuis son élection, une première mine de charbon vient d’ouvrir en Pennsylvanie. Elle devait servir de modèle au "renouveau" du charbon outre-Atlantique. Mais dans les faits, elle n’a permis de créer que 70 emplois.


Dominick Reuter / AFP

"Nous avons remporté la bataille sur le charbon et nous remettons nos mineurs au travail", a déclaré Donald Trump à l’occasion de l’ouverture d’une nouvelle mine de charbon en Pennsylvanie, début juin. Cela faisait six ans qu’aucune mine de charbon n’avait vu le jour outre-Atlantique. C’était tout un symbole pour le président ouvertement pro-charbon et climatosceptique.  

Pourtant, la mine tant vantée n’aura permis de créer que… 70 emplois directs. Elle était par ailleurs déjà dans les cartons avant l’élection de Donald Trump. De plus, le charbon qui en sera extrait ne servira pas à la production d’électricité mais sera, pour une grande majorité, exporté en Inde, en Corée, en Argentine, en Europe et au Moyen-Orient pour la fabrication d’acier.

Tout au long de sa campagne, le Républicain a promis qu’il créerait des milliers d’emplois en abrogeant une série de normes environnementales prises sous la présidence Obama. C’était aussi l’un des arguments qu’il a employés pour sortir de l’Accord de Paris.

Le charbon en déclin

Pourtant, malgré ce que semble croire le Président Trump, l’ère du charbon est bel et bien derrière nous. D’abord parce que le secteur fait face à une concurrence accrue du gaz et des énergies renouvelables. Ensuite parce que le monde est engagé dans la transition vers un système bas-carbone. L’Accord de Paris fixe un objectif de réchauffement global de 2°C maximum d’ici la fin du siècle. Or pour y arriver, plus aucune centrale à charbon ne doit être approuvée et les existantes doivent peu à peu fermer.  

"Si Trump ramène le charbon, il ne ramènera pas les emplois", assure Jay Apt, professeur de politique énergétique à l'Université Carnegie Mellon en Pennsylvanie. Depuis 2012, la consommation de charbon américaine a baissé de 18 %. Et malgré une - petite - hausse des effectifs dans le secteur depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche (1 000 emplois ont été créés), le secteur compte aujourd'hui 50 000 postes, en baisse de 43 % par rapport à 2012.  

Selon les dernières prévisions de Bloomberg New Energy Finance (BNEF), en 2040, près des trois quarts des investissements dans l’énergie concerneront les énergies renouvelables. À cet horizon, l’agence prévoit que les coûts de l'énergie solaire auront baissé de 66 %, et ceux de l’éolien de 47 %, par rapport à 2016. A l’inverse, le charbon s'effondre y compris aux États-Unis avec une réduction de 51 % de la production d'ici 2040. A l'échelle mondiale, BNEF s’attend ainsi à ce que 369 gigawatts de projets de centrales à charbon soient annulés.            

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

LNG Boat Shell

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la...

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

L’Europe va rapidement devoir se sevrer du pétrole (et pas seulement pour des raisons climatiques)

Une nouvelle étude du Shift Project alerte sur le manque de pétrole qui pourrait frapper l'Union européenne d'ici 2030. Le think tank recommande d'accélérer la sortie des énergies fossiles et la transition énergétique, au risque sinon d'être rattrapé par une autre crise, non plus climatique mais...

Pipeline BP en Azerbadjian

BP déprécie 17,5 milliards de dollars d’actifs afin de refléter la réalité du marché pétrolier

Le pétrole cher ne reviendra pas, la demande pétrolière va se réduire et la taxe carbone va peser lourd sur les prix. Voici ce qu’il faut comprendre de la dernière annonce du pétrolier BP qui revoit la valeur de son portefeuille d’actifs pour l’aligner sur l’état du marché pétrolier durement touché...

Forage petrolier BP en Egypte sur le champs de Maersk

Face aux difficultés du secteur pétrolier, le géant BP annonce la suppression de 10 000 emplois

Au premier trimestre, le pétrolier BP a perdu plus de quatre milliards de dollars. L’effondrement de la demande pendant la crise sanitaire et l’effondrement des cours a mis à mal tout le secteur. Chez le pétrolier BP, c’est un plan drastique qui a été annoncé. L’entreprise va se séparer de 10 000 de...