Publié le 23 août 2018

ÉNERGIE

Le "charbon propre" vanté par Donald Trump, existe-il vraiment ?

Le "charbon propre" est régulièrement vanté par Donald Trump. Ce fut une nouvelle fois le cas le 21 août lors de l’annonce de nouvelles réglementations destinées à relancer le charbon. Ce concept, très critiqué par les associations environnementales, évoque une technique destinée à rendre l'utilisation du charbon moins polluante mais elle reste en réalité peu développée car très coûteuse.

Boundary Dam power Station Canada Sask Power
La centrale de Boundary Dam au Canada est l'une des seules centrales à charbon utilisant la technique du captage et stockage du CO2
Sask Power

La relance du charbon, Donald Trump en a fait l’un des chevaux de bataille de sa campagne et aujourd’hui de sa présidence. Dans ses discours sur le sujet, il y vante régulièrement un "charbon propre". Ce fut encore le cas mardi 21 août, lors de l’annonce de son projet de réglementation destiné à maintenir en vie des centaines de centrales à charbon .

Mais à quoi correspond ce "charbon propre" ? Donald Trump n’a jamais expliqué ce qu’il entendait exactement par là… Il faut dire que le terme a de quoi surprendre. Le charbon, qui représente 37% de la production électrique dans le monde, est en effet extrêmement polluant et génère environ un tiers des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial.

Le charbon "a un effet important sur le changement climatique mais aussi un impact sur la pollution locale : on a des émissions de particules fines, de SO2 (dioxyde de soufre), potentiellement de mercure, qui sont nocives pour la population autour de la centrale", rappelle ainsi Nicolas chercheur à l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), interrogé par l'AFP Berghmans.

Derrière le "charbon propre", le captage et stockage du CO2

D’où l’idée de rendre ce combustible plus "propre". Mais le concept a évolué au fil du temps. "D'abord, le charbon propre correspondait à un charbon débarrassé de ses impuretés et plus efficace thermiquement. Mais depuis un certain nombre d'années, on se réfère au charbon propre pour ses performances environnementales", explique Nicolas Berghmans.

Principale piste pour rendre l'utilisation du charbon moins polluante : la technique dite de séquestration et stockage du carbone, qui consiste à capter le CO2 à la sortie des cheminées pour le stocker dans le sous-sol. Pour l’Agence Internationale de l'Energie (AIE) une "action urgente" est nécessaire pour soutenir cette technologie afin de limiter le risque climatique. Pourtant, celle-ci est encore très peu développée. Les capacités de captage de CO2 atteignent seulement 2,4 millions de tonnes par an, alors qu'il faudrait être en mesure d'atteindre les 350 millions de tonnes d'ici 2030, pour respecter l’Accord de Paris sur le climat, selon l'AIE…

Plus "propre", le charbon devient moins compétitif

Il n'existe que deux grandes installations de séquestration et de stockage du carbone sur des centrales en opération : Petra Nova au Texas et Boundary Dam au Canada. Un autre gros projet au Missisipi a été abandonné. La technologie rencontre en effet un double obstacle : celui du choix d'un lieu pour le stockage (géologie appropriée, acceptation par les riverains) et surtout le coût. "Cela double à peu près les coûts de production d'électricité à charbon", souligne ainsi Nicolas Berghmans. L'utilisation plus "propre" du charbon le rendrait ainsi très coûteux et encore moins compétitif en comparaison d'autres sources d'énergie bon marché aux Etats-Unis, les renouvelables et le gaz de schiste.

"La baisse de la production à charbon aux Etats-Unis n'est pas simplement due aux normes environnementales mais à l'économie de la production électrique", constate Nicolas Berghmans. Dans un rapport récent, l'AIE jugeait également qu'aux Etats-Unis, "la demande d'électricité stagnante, l'offre abondante de gaz et la croissance des renouvelables devraient continuer à constituer des obstacles pour l'utilisation du charbon et limiter la perspective d'une résurgence de la construction de nouvelles centrales électriques à charbon".

Béatrice Héraud avec AFP


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Captage et stockage de CO2 : une technique encore peu rentable

120 gigatonnes. C’est la quantité de CO2 qu’il faudrait stocker dans le sol entre 2015 et 2050 pour espérer endiguer le réchauffement planétaire à 2 °C d’ici la fin du siècle. Une estimation établie par l’AIE, l'Agence internationale de l’énergie. A ce jour pourtant, on recense...

Dès 1912, le rôle du charbon dans le réchauffement climatique était connu

Décidément, nous ne pourrons pas dire que nous n’étions pas prévenus. En 1912, un article néozélandais évoquait l’influence de la combustion du charbon dans le réchauffement planétaire. Pourtant 106 ans plus tard, le charbon représente toujours un quart de l’énergie primaire dans le monde...

Donald Trump supprime des restrictions environnementales pour booster le charbon

[Actualisé le 22 août] Le Président Trump a annoncé mardi 21 août de futures réglementations destinées à relancer les centrales à charbon. Désormais les États pourront définir eux-mêmes les normes en matière de pollution. Mais cette ressource très polluante est de moins en moins...

Charbon, sables bitumineux, gaz de schiste : ce que les banques françaises continuent à financer

Les Assemblées Générales des banques, au cours du mois de mai, ont été l’occasion de faire un point sur leurs engagements climatiques. Montrées en exemple sur la scène internationale, les grandes banques françaises comptent en effet parmi les plus avancées sur l’exclusion des secteurs les...

[INFOGRAPHIE] Les dernières braises du charbon s'éteignent (très) lentement

L'année 2017 aura vraiment marqué un tournant dans la mise au ban du charbon. Les grands acteurs financiers ont accentué leur désinvestissement du secteur. Ils ont été rejoint par une coalition d'États qui s'engagent à sortir complètement de cette énergie extrêmement polluante dans les dix...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Maree noire taylor energy golfe du mexique earth justice

[Le chiffre] Entre 300 et 700 barils de pétrole fuient chaque jour depuis 14 ans dans le Golfe du Mexique

Elle est en passe de devenir la plus importante marée noire de l’histoire des États-Unis, devant Deepwater Horizon (780 millions de litres de pétrole déversées dans l’océan). Depuis 14 ans, l’effondrement d’une plateforme pétrolière située à 20 kilomètres au large de la Louisiane, laisse échapper...

Daniel Kretinsky President d EPH TolgaAkman AFP

Daniel Kretinsky, la face cachée du désengagement du charbon

Beaucoup d’énergéticiens ne ferment pas leurs centrales à charbon pour favoriser la transition énergétique. Ils les vendent. C’est là que l’on retrouve l’homme d’affaires Tchèque Daniel Kretinsky. L’homme s’est bâti une fortune en profitant de ces entreprises qui voulait en toute hâte verdir leur...

Pouyanne Total

"Le changement climatique est une opportunité de faire évoluer les marchés de l'énergie", Patrick Pouyanné, PDG de Total

Invité de marque du Positive Investors Forum qui se tient ce mardi 6 novembre à Paris, Patrick Pouyanné a rappelé le cap pris par le groupe pétrolier pour faire face à la transition énergétique. La part du pétrole ne devrait plus augmenter, tandis que celles du gaz et des énergies renouvelables vont...

Nucleaire et charbon Kodda

Selon l’Agence Internationale de l’Énergie, les émissions du secteur de l'énergie devraient encore croître en 2018

Les émissions de gaz à effet de serre du secteur de l'énergie devraient encore croître en 2018, pour la deuxième année consécutive, une "très mauvaise nouvelle" pour le climat, a indiqué le directeur de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) Fatih Birol.