Publié le 19 décembre 2017

ÉNERGIE

La Chine, premier émetteur de CO2, va lancer le plus grand marché carbone au monde

C’est une nouvelle attendue depuis plusieurs années. La Chine, premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, a dévoilé mardi 19 décembre, un projet de marché national du carbone, qui devrait devenir la principale plateforme d'échange de quotas d'émissions de la planète.

La Chine va mettre en place, en 2018, le plus grand marché carbone au monde.

La Chine consomme chaque année davantage de charbon que toutes les autres nations réunies. Il est encore très dépendant de l'énergie fossile pour le chauffage et la production d'électricité. "Le lancement du marché du carbone chinois montre l'engagement croissant dans le monde pour fixer un prix à la pollution et diriger les investissements vers les technologies propres", a réagi Femke de Jong, directrice des politiques à Carbon Market Watch, un organisme d'observation du marché du carbone basé à Bruxelles.

La Chine est le premier investisseur planétaire dans les énergies renouvelables. Elle pourrait être bientôt aux avant-postes de la lutte contre le changement climatique, suite au retrait annoncé des États-Unis de l'Accord de Paris sur le climat, signé en 2015.

Plus grands que tous les autres pays

Le marché du carbone dévoilé par la Commission nationale pour la réforme et le développement (NDRC) - l'agence chinoise de planification économique - pourrait changer drastiquement la donne pour les fournisseurs d'énergie et les industries énergivores en Chine.

"L'objectif de ce programme est de diminuer les rejets de gaz à effet de serre", a indiqué Zhang Yong, le vice-président de la NDRC. "Nous cherchons à réduire les émissions grâce à des mécanismes basés sur le marché." La commission n'a pas précisé à quelle date sera lancé ce marché national du carbone.

Mais la priorité sera de mettre en place ce système dans le secteur très polluant de la production d'électricité, où quelque 1 700 compagnies ont émis plus de 3 milliards de tonnes de carbone, a cependant souligné la NDRC.

Le programme chinois a été élaboré grâce aux enseignements tirés de sept marchés au carbone déjà existants aux niveaux provincial et municipal. "Rien qu'avec les échanges de droits d'émissions réalisés dans le secteur de la production d'électricité, on dépassera déjà, en volume, celui de l'ensemble des autres pays du monde", a souligné Li Gao, un responsable du service changement climatique à la NDRC.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Arctic LNG2 Total projet gazier arctique Novatek RU

La France ne soutient pas le projet gazier TotalEnergies en Arctique

C'est une victoire en demi-teinte. La France a finalement décidé de ne pas soutenir le projet gazier de TotalEnergies en Arctique, de même qu'aucune banque française. Mais l'énergéticien vient d'annoncer avoir quand même bouclé son tour de table. Le projet est situé dans une région déjà largement...

IStock kruwt centrale charbon RWE allemagne

L'Allemagne va sortir du charbon d'ici 2030

L'Allemagne accélère sa transition. Le pays, premier émetteur de CO2 en Europe, très dépendant du charbon, va sortir, "dans l'idéal" de ce combustible fossile d'ici 2030. C'est ce qu'a annoncé la nouvelle coalition gouvernementale mercredi 24 novembre. Une mesure arrachée par les Verts, ce qui...

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...