Publié le 19 décembre 2017

ÉNERGIE

La Chine, premier émetteur de CO2, va lancer le plus grand marché carbone au monde

C’est une nouvelle attendue depuis plusieurs années. La Chine, premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, a dévoilé mardi 19 décembre, un projet de marché national du carbone, qui devrait devenir la principale plateforme d'échange de quotas d'émissions de la planète.

La Chine va mettre en place, en 2018, le plus grand marché carbone au monde.

La Chine consomme chaque année davantage de charbon que toutes les autres nations réunies. Il est encore très dépendant de l'énergie fossile pour le chauffage et la production d'électricité. "Le lancement du marché du carbone chinois montre l'engagement croissant dans le monde pour fixer un prix à la pollution et diriger les investissements vers les technologies propres", a réagi Femke de Jong, directrice des politiques à Carbon Market Watch, un organisme d'observation du marché du carbone basé à Bruxelles.

La Chine est le premier investisseur planétaire dans les énergies renouvelables. Elle pourrait être bientôt aux avant-postes de la lutte contre le changement climatique, suite au retrait annoncé des États-Unis de l'Accord de Paris sur le climat, signé en 2015.

Plus grands que tous les autres pays

Le marché du carbone dévoilé par la Commission nationale pour la réforme et le développement (NDRC) - l'agence chinoise de planification économique - pourrait changer drastiquement la donne pour les fournisseurs d'énergie et les industries énergivores en Chine.

"L'objectif de ce programme est de diminuer les rejets de gaz à effet de serre", a indiqué Zhang Yong, le vice-président de la NDRC. "Nous cherchons à réduire les émissions grâce à des mécanismes basés sur le marché." La commission n'a pas précisé à quelle date sera lancé ce marché national du carbone.

Mais la priorité sera de mettre en place ce système dans le secteur très polluant de la production d'électricité, où quelque 1 700 compagnies ont émis plus de 3 milliards de tonnes de carbone, a cependant souligné la NDRC.

Le programme chinois a été élaboré grâce aux enseignements tirés de sept marchés au carbone déjà existants aux niveaux provincial et municipal. "Rien qu'avec les échanges de droits d'émissions réalisés dans le secteur de la production d'électricité, on dépassera déjà, en volume, celui de l'ensemble des autres pays du monde", a souligné Li Gao, un responsable du service changement climatique à la NDRC.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Groenland petrole Tina Rolf on Unsplash

Climat : le Groenland met fin à l’exploration pétrolière sur son territoire

Le gouvernement écologiste du Groenland a annoncé interdire l'exploration pétrolière sur son territoire, marquant un tournant dans la politique économique et climatique du pays. Un projet de loi interdisant l'extraction de l'uranium est également en réflexion. Deux décisions qui sont notamment...

Prix Nobel NobelFoundation

Les prix Nobel ne seront plus financés par le pétrole

La Fondation Nobel qui gère un portefeuille de 500 millions d’euros a décidé de verdir un peu son portefeuille. Alors qu’elle s’était déjà désengagée du charbon, celle-ci retire ses billes du pétrole et du gaz. Il s’agit d’agir "avec sagesse" sur les marchés et que les lauréats sachent d’où vient...

bruxelles tce @Friendsofearth

L'Europe est embourbée dans le Traité sur la charte de l’énergie, un frein à la transition énergétique

Le Traité sur la Charte de l'énergie (TCE), signé à la sortie de la guerre froide, est une épine dans le pied de Bruxelles. Le texte, qui permet à des investisseurs de l'énergie, y compris dans les secteurs les plus polluants, d'attaquer un État pour sa politique climatique, doit être modernisé....

Foule rejette keystone LNG Pipeline Petrole Canada Coast to Coast

Le projet controversé d'oléoduc Keystone XL, rejeté par Joe Biden, est abandonné par ses promoteurs

C’est un immense pipeline de plusieurs milliers de kilomètres, capable de transporter 800 000 barils de pétrole par jour entre l’ouest canadien et côtes étasuniennes du Golfe du Mexique. Après de nombreuses péripéties et un violent rejet d’associations écologiste, le Keystone XL a été annulé par son...