Publié le 23 avril 2018

ÉNERGIE

La banque HSBC exclut à son tour les projets de centrales à charbon, de sable bitumineux et de forages en Arctique

Les institutions bancaires sont de plus en plus nombreuses à prendre des engagements contre les énergies fossiles les plus néfastes pour l'environnement. Cette fois, c'est le britannique HSBC qui élargit son exclusion des projets de centrales à charbon, mais aussi de sables bitumineux et de forages en Arctique. En 2017, ces trois secteurs ont représenté 6,3 milliards de dollars de financements.

Les ONG classent HSBC 7e parmi les pires banques au monde concernant le climat.
@HSBC

Signe que les investisseurs prennent de plus en plus en compte le risque climat, lors de son Assemblée générale, la banque HSBC a annoncé ses nouveaux engagements verts. La plus grande banque européenne va davantage exclure le charbon de son portefeuille, ainsi que les sables bitumineux et les forages en Arctique.

Bangladesh, Vietnam et Indonésie, cas d’exception

Depuis 2011, HSBC avait cessé de financer les projets de centrales à charbon dans 78 pays développés. Désormais cette exclusion concerne tous les pays exceptés le Bangladesh, le Vietnam et l’Indonésie. "Il y a un nombre très important de gens dans ces trois pays qui n'ont pas accès à la moindre électricité", se justifie John Flint, directeur général de HSBC.

Il s’agit de permettre à ces pays de prendre le virage de la transition énergétique en douceur tout en répondant à la forte demande en électricité. L’exception vaut pour cinq ans et devra faire l’objet d’une expertise indépendante qui conclura à l’absence d’alternative au charbon.

Top 10 des pires banques au monde

La banque britannique va également exclure de son portefeuille les entreprises trop dépendantes des sables bitumineux et s’interdira de financer tout nouveau projet lié aux sables bitumineux, pipelines inclus, et de forage en Arctique.

Selon le rapport Banking on climate change (1), publié fin mars par plusieurs ONG, HSBC fait partie du Top 10 des pires banques au monde sur le sujet du climat. Entre 2015 et 2017, elle a ainsi investi plus de 14,3 milliards de dollars dans des projets liés aux fossiles dont 2,5 milliards dans le charbon, près de 4 milliards dans les sables bitumineux, mais surtout 7,5 milliards de dollars dans les forages en eaux profondes et les GNL (gaz naturel liquéfié). Deux secteurs qui ne sont pour l’instant pas concernés par les exclusions.  

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir le rapport


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

2021 : difficile clap de fin pour le charbon en France

Conformément à la promesse de campagne d'Emmanuel Macron, les quatre dernières centrales à charbon françaises doivent fermer leurs portes d’ici la fin de l’année, sur fond d’exception à Cordemais et de projets de transition contestés ailleurs. En outre, le gestionnaire du réseau électrique RTE a...

080 HL FVANNIER AFP

Raffinage : la transformation verte de Grandpuits ne plaît ni aux salariés, ni aux écologistes

Raffineurs, syndicats et ONG se sont mobilisés contre le projet de Total de reconvertir la raffinerie de Grandpuits, en Ile-de-France, en plateforme "zéro pétrole". Du greenwashing pour les écologistes. Le manque de compétitivité et les impératifs de réduction de gaz à effet de serre dressent...

Shell neutralite carbone 2050

Shell annonce que son pic de production de pétrole est dépassé

Le temps est au changement pour nombre de pétroliers. Après que Total ait décidé de changer de nom pour traduire la diversification de son mix, Shell annonce une réduction de sa production de pétrole et de son intensité carbone. Il y a bien un avant et un après Covid pour Shell. La principale...

"TotalEnergies" : un nouveau nom, pour promouvoir un nouveau mix énergétique

Le PDG de Total ne voit plus son entreprise comme un pétrolier mais comme un énergéticien. La société va investir massivement d’ici 2030 dans les renouvelables, bien plus que n’importe quelles autres majors et que bon nombre d’électriciens. Aussi, à l’occasion de l’annonce des résultats 2020 en...