Publié le 02 février 2017

ÉNERGIE

L'ex PDG d'ExxonMobil confirmé au poste de secrétaire d'État

Rex Tillerson dirigera bien la diplomatie américaine. L'ex patron du groupe Exxon a été approuvé par le Sénat des États-Unis à l'issue d'une véritable guérilla parlementaire menée par la minorité démocrate. Âgé de 64 ans, il succède au démocrate John Kerry. Il n'a aucune expérience politique ou diplomatique. 

Exxon -  Rex Tillerson
C'est à l’arraché, par 56 voix contre 43, que Rex Tillerson est devenu le visage diplomatique de l'administration Trump. Ses liens avec la Russie, et en particulier sa proximité supposée avec Vladimir Poutine, ont été au centre des débats.
AFP

C'est à l’arraché, par 56 voix contre 43, que Rex Tillerson est devenu le visage diplomatique de l'administration Trump. Il s'agit, selon la presse américaine, de l'une des confirmations les plus serrées de l'histoire politique des États-Unis. 

Les auditions de Rex Tillerson devant le Sénat américain ont été longues. L'ex PDG d'Exxon a été passé sur le grill par plusieurs sénateurs, y compris républicains. Ses liens avec la Russie, et en particulier sa proximité supposée avec Vladimir Poutine, ont été au centre des débats. Des liens qui posent la question des conflits d'intérêts auxquels Rex Tillerson pourrait être exposé.

ExxonMobil avait œuvré, par diverses opérations de lobbying, contre les sanctions économiques imposées par les États-Unis, à l’Iran et à la Corée du Nord notamment, au nom du libre échange. Une idée aujourd'hui combattue par... Donald Trump.

Comment le nouveau patron de la diplomatie américaine gérera-t-il désormais les relations de son pays avec les États dans lesquels opère Exxon, et notamment la Russie ? Il devra se récuser lui-même sur les sujets concernant son ex entreprise pendant un an par un code éthique. Mais il a refusé de s'engager à plus long terme.

 

Ambiguïtés sur le réchauffement climatique

 

La position de Rex Tillerson sur le réchauffement climatique reste par ailleurs ambiguë. S'il ne nie pas la réalité scientifique du phénomène, il estime que ses conséquences ne sont pas réellement mesurables et que le débat reste ouvert quant aux mesures à prendre pour endiguer le problème.

Il s'est néanmoins déclaré favorable à ce que les États-Unis continuent de siéger à la table des négociations internationales sur le climat. Donald Trump a quant à lui pris l'engagement, durant sa campagne électorale, de faire quitter à son pays l'Accord de Paris.

D'après l'un de ses biographes, Steve Coll, cité par RFI, Rex Tillerson sera moins puissant au département d'État qu'à la tête d ExxonMobil, car "les présidents de Guinée-Bissau et du Tchad savaient que de bonnes relations avec le PDG de la firme pétrolière étaient plus importantes pour eux que leurs liens avec John Kerry".

Antonin Amado
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat, régulation, pollution : l’ère Trump s’ouvre dans l’incertitude

Relance du charbon, retrait de l’Accord de Paris, conflits d’intérêts… A quoi la présidence de Donald Trump ressemblera-t-elle ? Impossible de répondre à cette interrogation alors que le nouveau président américain prête aujourd’hui serment. Novethic fait le point sur les incertitudes...

Climat, conflits d’intérêt : l’ex-dirigeant d’Exxon passe sur le grill

Mi-décembre, sa nomination en tant que chef de la diplomatie américaine avait provoqué un tollé. L’ex-patron d’Exxon Mobil, Rex Tillerson, n’a pas été épargné par la puissante commission des Affaires étrangères du Sénat américain lors de son audition de confirmation. Il a longuement été...

Donald Trump forme un gouvernement climatosceptique

Cette semaine, plusieurs noms de la future administration Trump ont été dévoilés. Parmi eux, des climatosceptiques notoires et des représentants du lobby pétrolier. De quoi alimenter les craintes concernant les politiques climatiques et énergétiques du futur gouvernement, qui prendra ses...

Climat : les compagnies pétrolières américaines hors des clous

Dans un nouveau classement du secteur pétrolier et gazier, le CDP (ex Carbon Disclosure Project) pointe un très net écart entre les majors pétrolières et gazières européennes et américaines en matière de stratégie climatique.  

L’Accord de Paris, accélérateur vers une économie mondiale décarbonnée

L’Accord de Paris est une exception : jamais un traité international n’était entré en vigueur aussi rapidement. Une dynamique enclenchée dès l’adoption du texte le 12 décembre dernier à Paris lors de la COP 21 et qui a déteint sur les principaux secteurs de l’économie mondiale. Dans la...

Climat : face à la forte pression de ses actionnaires, Exxon ne cède pas

L'assemblée générale du géant pétrolier, le 25 mai à Dallas au Texas, a donné lieu à une démonstration de force des partisans d'une meilleure prise en compte du changement climatique. La résolution phare, pour la "mesure du risque carbone", a été rejetée, mais elle a tout de même recueilli...

L'AG d’Exxon, un test pour les actionnaires engagés sur le climat

L'assemblée générale du géant pétrolier Exxon, programmée le 25 mai à Dallas au Texas, est un rendez-vous incontournable des investisseurs engagés dans la cause climatique. Plus de 1000 d’entre eux demandent à la compagnie pétrolière de réaliser un stress-test climat, pour évaluer les...

Exxon a-t-il menti à ses actionnaires ?

Une investigation, d'une ampleur inédite, est désormais en cours aux Etats-Unis. "Les entreprises qui trompent les investisseurs et les consommateurs à propos des dangers du changement climatique doivent rendre des comptes", a prévenu la procureure générale du Massachusetts. Laissant...

Campagne américaine : 1 dollar sur 5 provient du secteur des énergies fossiles

A l'exception du démocrate Bernie Sanders et de l’écologiste Jill Stein, tous les candidats reçoivent depuis le début de la campagne des fonds très importants du lobby du pétrole et du gaz. Y compris Hillary Clinton, la favorite côté démocrate. Une source de financement que des...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Donald Trump Energie Charbon Coal SaulLoeb AFP

[Bonne Nouvelle] Centrales à charbon : l’excellent bilan CO2 de Donald Trump !

Donald Trump avait promis de relancer l’industrie du charbon aux États-Unis, grande pourvoyeuse d’emplois. Mais face à la concurrence du gaz de schiste et des renouvelables, les incitations n’ont pas suffi et 50 tranches ont déjà fermé leurs portes depuis 2015 et 289 depuis 2010.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail

Les projets d’investissement des compagnies pétrolières et gazières mettent en péril les objectifs climatiques

L’industrie pétrolière et gazière prévoit d’investir près de 5000 milliards de dollars dans les dix ans pour explorer de nouvelles ressources potentielles. Des projets qui sont "aux antipodes" des objectifs climatiques définis par l’Accord de Paris, selon un rapport de l’ONG Global Witness. Selon le...

Extraction gaz Saudi Aramco Arabie Saoudite champs de Shaybah SaudiAramco

Et l’entreprise la plus rentable au monde en 2018 est… le pétrolier Saudi Aramco

111,1 milliards de dollars, tels sont les bénéfices enregistrés par le plus grand pétrolier de la planète en 2018, Saudi Aramco. Soit un tiers de plus que les autres grands pétroliers cumulés ! La plus grande entreprise d’Arabie Saoudite a pour la première fois ouvert ses comptes aux agences de...

Castle Gate Power Plant Utah CC0 David Jolley

Le nombre de centrales à charbon recule partout dans le monde sauf en Chine

C'est une bonne nouvelle en demi-teinte. Selon un tout nouveau rapport, le charbon continue de reculer dans le monde : le nombre de projets a baissé de 60 % depuis 2015 et le nombre de centrales en développement s'est même réduit de 84 % depuis trois ans. Y compris les États-Unis de Donald Trump...