Publié le 21 octobre 2014

ÉNERGIE

Fort Berthold : l’environnement miné par une exploitation sans retenue

La réserve indienne de Fort Berthold paye le prix fort. L’extraction du pétrole de schiste à marche forcée empoisonne le sous-sol, fait fuir les animaux et met la flore en danger. La surveillance des 12 000 puits, qui peuvent fuir à tout moment, est assurée par… 2 agents.

Fort Berthold : Blue Buttes Oil Field. Le gaz est brûlé en sortie de puits selon la méthode du flaring, un procédé néfaste car il libère du méthane dans l'atmosphère.
© Compte Facebook de Theresa Birdbear

Dans une zone "frackée" comme l’est Fort Berthold, la pollution n’est pas spectaculaire. Pas de nappe géante de pétrole ni d’oiseaux englués ici, mais une myriade de taches mouchetant la prairie à perte de vue et un sous-sol gorgé par les débordements des forageshttp://www.propublica.org/special/north-dakota-spills

Principal acteur de cette pollution, le trafic routier. Pour chaque puits, des milliers de chargements sont nécessaires en eau, sable, produits chimiques et matériel, sur des routes départementales déjà mal en point. Des va-et-vient à multiplier par le nombre de derricks qui pompent l’or noir nuit et jour.

Au volant, les chauffeurs sont payés à la charge et non pas à l’heure, et roulent jusqu’à 14 heures par jour. Certains ne prennent même pas le temps de faire la queue pour décharger leur matériel contaminé dans les "puits d’enfouissement", où ils sont stockés sine die, et lâchent leur cargaison le long des routes

 

Des fuites contrôlées "mollement"

 

Avec le temps, chacun des puits peut fuir, mettant en contact direct les produits pétrochimiques avec les nappes phréatiques. De l’aveu du chef de la section environnement du ministère de la Santé du Dakota du Nord, Dave Glatt, ils ne sont pas contrôlés. 

Des fuites de pipeline peuvent survenir. Comme celle du 4 juillet 2014, sur les rives du lac Sakakawea. Elle a été repérée plusieurs jours plus tard, à cause des végétaux morts suivant son tracé. Un résidu industriel de l’activité pétrolière – mélange d’eau radioactive, d’hydrocarbures et de produits chimiques appelés brine –s’est répandu dans le lac en quantité inconnue. L’enquête, confiée au bureau des affaires indiennes, a fait du surplace et aujourd’hui, nul ne sait combien de mètres cubes de brine se sont déversés. Les activistes indiens estiment l’étendue de la fuite à plus 400 000 m3.

Les autorités régulatrices du Dakota du Nord, à qui les tribus délèguent en  général les pouvoirs d’enquête en cas de problème, ont bien peu de moyens pour surveiller une industrie qui rapporte énormément d’argent à l’Etat. Et dont les intérêts penchent vers des contrôles réduits au minimum.

En 2013, 2 agents seulement étaient chargés de surveiller quelque 12 000 puits, et ni l’un ni l’autre n’habitait dans la région. D’une manière générale, les autorités laissent l’industrie s’autoréguler : elles n’interviennent qu’a posteriori et font confiance aux compagnies pour notifier les fuites.

 

Les habitants pris au piège

 

Les incidences sur la faune et la flore se sont déjà fait sentir. La chasse au daim est interdite depuis 2012 à Fort Berthold, à cause de la raréfaction de l’espèce, et l’association environnementale Dakota Ressource Council rapporte la disparition d’un oiseau nicheur, le barge, des rives de la rivière Missouri ainsi qu’un déclin de la vie sauvage.

Theodora Bird Bear, une retraitée, traque les fuites à Fort Berthold grâce à une caméra qu’elle porte sur elle en permanence. A 62 ans, cette grand-mère "pense qu’elle doit le faire parce que personne d’autre ne le fera à [sa] place". Elle a d’abord envoyé ses rapports aux autorités de l’Etat. Faute de réponse, elle les publie dorénavant sur le Web

"Un jour, dit-elle, le boom s’achèvera. Les caravanes et les compagnies pétrolières partiront. Il ne restera que nous." Seuls et avec de très lourds problèmes environnementaux.

Maxime Robin
© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

BNP PARIBAS flickr

Devoir de vigilance : la pression monte sur BNP Paribas après sa mise en demeure

C'est désormais à travers le devoir de vigilance que les ONG ont décidé de s'attaquer aux grandes entreprises. Après Total Energies, dont le procès s'est tenu en décembre, BNP Paribas a été mise en demeure de cesser ses financements dans les nouveaux projets d'énergies fossiles. A deux jours de la...

Mine souterraine charbon UK west cumbria mining

Le Royaume-Uni envoie un très mauvais signal en validant l'ouverture d'une mine de charbon

Pays hôte de la COP26, le Royaume-Uni s'est imposé comme l'un des leaders sur le climat, faisant la guerre aux énergies fossiles et enjoignant les pays du Sud à en sortir. Mais le gouvernement britannique vient d'envoyer un bien mauvais signal en validant un projet de mine de charbon dans le...

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...