Publié le 06 mars 2019

ÉNERGIE

L’Australie peine à trouver sa voie entre charbon et lutte contre le changement climatique

L’Australie est régulièrement frappée par des sécheresses extrêmes, des pics de chaleurs, des feux de forêts, des inondations… Malgré cette matérialisation concrète du changement climatique, le pays refuse de se débarrasser du charbon, véritable manne financière qui lui vaut le titre de premier exportateur mondial. Face à cet immobilisme, la société civile, des juges et des entreprises prennent les devants.

L'Australie vient d'autoriser le rejet d'un million de tonnes de boues industrielles près de la Grande barrière de corail.
@CC0

À l’approche des élections fédérales, les catastrophes naturelles qui ont frappé l’Australie ces derniers mois ont placé la question du changement climatique au cœur de l’opinion. On peut d’abord noter ce rejet historique par un tribunal local d’un projet de mine de charbon à ciel ouvert pour des raisons écologiques. Et aussi les quatre principales banques du pays qui refusent de financer une nouvelle mine près de la Grande barrière de corail.

Plus récemment, le géant minier Glencore, producteur de charbon en Australie, a annoncé sa volonté de plafonner sa production, sous la pression d'actionnaires soucieux de respecter l'Accord de Paris. Puis la Chine en a rajouté une couche il y a quelques jours en confirmant qu’elle allait restreindre l'entrée du charbon australien sur son territoire pour protéger l’environnement.

Tout autant de mauvaises nouvelles pour un pays qui a fait du charbon une source de revenus et d’emplois considérable, avec plus de 40 milliards de dollars américains de recettes d'exportations par an et 55 000 personnes travaillant dans le secteur. Entre économie et écologie, l’Australie vacille et ne semble pas encore prête à transformer son modèle économique du tout au tout.

Indemniser ceux qui réduisent leur empreinte carbone

La semaine dernière, le premier ministre Scott Morrison, connu pour ses positions pro-charbon, a annoncé un plan climat de 3,5 milliards de dollars américains (1,3 milliard d’euros) destiné selon lui "à atteindre les objectifs fixés lors de la COP21". Celui-ci va notamment servir à indemniser les agriculteurs et industriels qui s’engageraient dans une stratégie de réduction de leur empreinte carbone, "sans détruire l’économie", précise le chef du gouvernement.

L’exécutif australien ne renonce pas pour autant à soutenir la construction de centrales à charbon. De quoi provoquer la colère des associations environnementales qui ont manifesté à Melbourne lors de la présentation du plan. Il faut dire que depuis l’arrivée au pouvoir de la coalition libérale-nationale en 2013, et la suppression de la taxe carbone, les émissions de gaz à effet de serre de l’Australie sont reparties à la hausse.

Un million de tonnes de boues versé près de la Grande barrière

"Les Australiens cherchent un leadership pour accélérer la transition énergétique", explique David Ritter, directeur de Greenpeace Australia Pacific. Le charbon est un facteur important du réchauffement de la planète et le réchauffement de la planète est désormais le principal problème des électeurs. Tout parti politique qui veut nous conduire vers un futur durable doit avoir un plan crédible pour s'attaquer à ce problème."

Dernière incohérence en date, l'Autorité du Parc marin de la Grande barrière de corail a validé le rejet d'un million de tonnes de boue de dragage de l'un des plus grands terminaux de charbon au monde, à proximité du récif, à la faveur d’un vide juridique. C'est juste "un autre clou dans le cercueil" de la Grande barrière qui subit déjà le stress associé au changement climatique, a réagi pour la BBC le Dr Simon Boxall du Centre océanographique de Southampton. 

Concepcion Alvarez, @conce1   


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Gazprom NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Coupures de gaz à la Pologne et la Bulgarie : l'étau se resserre sur l'Union européenne pour accélérer son indépendance énergétique

La pression s'accroît sur l'Union européenne. Alors qu'un sixième train de sanctions est en préparation à Bruxelles, la Russie a mis ses menaces à exécution en suspendant ses livraisons de gaz à la Bulgarie et à la Pologne. Les deux pays avaient refusé de payer en roubles, comme l'exige Moscou...

La centrale à charbon de Saint-Avold pourrait finalement ne pas fermer au 31 mars

À Saint-Avold, en Moselle, c'est l'incompréhension la plus totale. La centrale à charbon, l'une des deux dernières encore en fonctionnement en France, doit officiellement s'arrêter au 31 mars, soit dans deux jours. Mais la pénurie d'électricité nucléaire, et la guerre en Ukraine qui menace...

Methanier Christophe de Margerie a quai a Yamal pour bapteme Total maria chernenkova

Guerre en Ukraine : TotalEnergies renonce au pétrole russe, mais reste présent dans le gaz

Un mois après le début de la guerre en Ukraine, TotalEnergies annonce qu'elle va cesser d'acheter du pétrole et des produits pétroliers à la Russie. La major maintient cependant ses positions dans le gaz et assure que partir serait contre-productif et reviendrait à soutenir davantage les intérêts...

Torchage thailande Love Krittaya CC0

Alors que les prix flambent, les industriels continuent de laisser échapper du gaz qui pourrait être valorisé

Cette semaine, une vidéo montrant le rejet volontaire de centaines de milliers de mètres cube de gaz sur un site français a provoqué l'indignation alors que les prix flambent. Depuis des années, les industriels pétroliers et gaziers sont incités à lutter contre les rejets et les fuites de méthane en...