Publié le 26 juin 2015

ÉNERGIE

Canada: l'Alberta va doubler sa taxe carbone

Au Canada, la province de l’Alberta, deuxième réserve mondiale de brut, va doubler sa taxe carbone. Les entreprises les plus émettrices de carbone qui ne réduiront pas leurs émissions de gaz à effet de serre de 20 % devront payer une taxe de 22 euros la tonne en 2017, contre 11 euros aujourd’hui. Une mesure volontariste de la province pour lutter contre le réchauffement climatique, alors que le Canada n’a jamais tenu ses engagements climatiques.

exploitation de sables bitumineux dans la province de l'Alberta
Ian Willms - Getty images North America AFP

Tout un symbole. L’Alberta revoit ses objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Et surtout s'en donne les moyens en doublant sa taxe carbone.

La province canadienne se place au deuxième rang des réserves mondiales de brut, notamment grâce à ses bassins de sables bitumineux évalués à 2 trillions de barils. Elle fournit 70 % du pétrole et du gaz au Canada. Conséquence : en 2013, elle a émis 267 millions de tonnes de CO2, soit presque autant qu’un pays producteur de pétrole comme le Venezuela. Face à ce constat, le nouveau gouvernement de centre-gauche, élu il y a deux mois après 40 ans de règne conservateur, a décidé de passer à la vitesse supérieure.

 

Un objectif de réduction de 20 % des émissions en 2017

 

La taxe vise les entreprises émettant plus de 100 000 tonnes de CO2 par an. Jusqu’à présent, si elles ne réduisaient pas leurs émissions de 12 %, elles devaient s’acquitter de 11 euros (15 dollars canadiens) par tonne de carbone excédentaire. À compter de 2017, l’objectif de réduction doit atteindre 20 % et la taxe double pour passer à 22 euros la tonne. L’argent ainsi collecté est versé dans un fonds appelé Climate change and emission management, qui sert à développer l’innovation technologique. Il est actuellement doté de 578 millions de dollars.

La mesure doit permettre de réduire de 13 millions de tonnes les émissions de CO2 en 2017, contre 8 millions de tonnes sinon. Une avancée, qui semble toutefois avoir une portée limitée. L’objectif de l’Alberta est d’atteindre les 50 millions de tonnes de réduction d’ici 2020.

 

Des ambitions provinciales plus forte que celle du pays

 

Par ailleurs, la ministre de l’environnement de l’Alberta, Shannon Phillips, a annoncé la publication d’ici la conférence climat de Paris (COP 21) d’une nouvelle stratégie provinciale de lutte contre le changement climatique, menée de concert avec un réexamen du régime de redevances sur le pétrole et le gaz.

L'Etat fédéral a quant à lui publié sa contribution climatique le 19 mai dernier. D’ici 2030, Ottawa s’est engagé à réduire ses émissions de 30 % par rapport à 2005. Des promesses décevantes. Selon les chiffres officiels publiés par le gouvernement au mois d’avril, les émissions du pays ont déjà progressé de 20 % par rapport à... 2005 !

Concepcion Alvarez
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

Le parapétrolier Schlumberger acte la fin de l’âge d’or du pétrole de schiste en Amérique du Nord

Le pétrole de schiste américain n’est pas mort, loin s’en faut. Mais il n’est plus la machine à cash qu’il fût. Les faillites à répétition, accentuées par la crise du Covid-19, le prouvent. On voit aussi désormais les parapétroliers tourner le dos à la fracturation hydraulique en Amérique du Nord....

Natural gas pixabay anita starzycka

L'empoisonnement de Alexeï Navalny pourrait être fatal au gazoduc russe Nord Stream 2

Déjà fragilisé par des sanctions américaines, le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Europe se retrouve face à un avenir incertain après l'empoisonnement d'Alexeï Navalny. Son principal promoteur, l'Allemagne, n'exclut plus de lui retirer son soutien en raison du refus de Moscou de...

Ours Blanc CC0

Feu vert pour des forages pétroliers dans une zone naturelle protégée en Alaska

Le gouvernement de Donald Trump a approuvé lundi 18 août un programme ouvrant la voie à des forages pétroliers et gaziers dans la plus grande zone naturelle protégée du pays, en Alaska, où vivent des ours polaires.