Publié le 01 octobre 2019

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[Infographie] L’économie mondiale reste très énergivore et continue d'être dopée aux fossiles

Alors que cette rentrée a été marquée par une importante séquence climatique, le dernier rapport d’Enerdata montre que 2018 a atteint un niveau record pour la consommation d’énergie et les émissions de CO2. En cause, la consommation de charbon et de pétrole qui ne diminuent toujours pas et une accélération de la demande en gaz.

La demande en gaz, qui sert notamment à remplacer le charbon mais qui reste une énergie fossile, a augmenté de près de 5 % en 2018.
CC0

L’intensité carbone des pays du G20 – qui représentent 80 % de la demande énergétique mondiale - diminue beaucoup trop lentement pour respecter l’Accord de Paris. Voici la conclusion du bilan 2018 publié par le cabinet Enerdata. En cause, une économie mondiale encore très énergivore et un mix énergétique à 80 % fossile.

Des efforts toujours plus importants pour s’aligner avec l’Accord de Paris

Avec une réduction de 1,5 % en 2018, inférieure aux années précédentes, l’intensité énergétique, qui mesure la consommation d’énergie par unité de PIB, ne baisse que trop lentement pour rester sous un réchauffement limité à 2°C. La demande en énergie des 20 pays les plus riches de la planète continue de croître, à un rythme certes inférieur à celui de leur PIB, entraînant un niveau record pour les émissions de CO2, après trois années de stabilisation entre 2014 et 2016.

Infog économie mondiale toujours dopée aux fossiles

Résultat : les efforts restants à accomplir pour être en ligne avec les objectifs de l’Accord de Paris sont encore plus importants. L’Accord de la COP21 exige de diviser par deux les émissions de CO2 d’ici 2050. Cela se traduisait en 2015 par une nécessaire réduction des émissions à un rythme moyen de 2,9 %/an. Quatre ans plus tard, les efforts requis s’élèvent maintenant à 3,3 %/an. Avec une hypothèse de croissance moyenne du PIB de 3 % par an sur la période 2020-2050, l’intensité carbone de l’économie devra baisser de 6,3 % par an.

Forte croissance du gaz et des renouvelables

Le gaz connaît une forte croissance (+4,8 %). Les États-Unis et la Chine contribuent à plus de 70 % de cette hausse. Les échanges mondiaux de gaz naturel liquéfié (GNL) ont notamment crû de 8,5 %. En parallèle, le pétrole poursuit sa hausse, du fait de la demande de l’industrie pétrochimique et de la croissance du parc automobile, en particulier en Chine. Quant au charbon, il reprend une légère progression pour la deuxième année consécutive, tiré par la Chine et l’Inde, malgré des politiques anti-pollution et une transition vers davantage de gaz et de renouvelables. La consommation s’est en revanche contractée en Europe et aux États-Unis.

La production d'énergies renouvelables a également augmenté en 2018 (+10 % pour l’éolien et +24 % pour le solaire), mais le rythme d'installation de nouvelles capacités reste stable. Et si l’électrification s’accroît aussi, elle ne répond qu’à 1 % de la demande en énergie dans les transports, un secteur qui a pourtant un fort potentiel de décarbonation.  

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Infographie] En 2020, l’éolien terrestre et le solaire seront moins chers que le charbon, le pétrole ou le gaz

Mardi 25 juin, le projet de loi Énergie-Climat passe en première lecture à l'Assemblée nationale. L'enjeu pour la France est d'accélérer sur les énergies renouvelables alors que leur coût de production est en baisse continue. Selon un nouveau rapport de l'Irena, dès 2020, l’énergie...

10 millions de dollars par minute : le montant des subventions aux énergies fossiles dans le monde

Le chiffre donne le tournis. Chaque année dans le monde, 5 300 milliards de dollars sont dépensés par les Etats pour soutenir les énergies fossiles, selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI). Et pourtant, il s’agit d’une aberration économique. Car supprimer ces...

Ces pays qui ont réduit leurs subventions aux énergies fossiles

Une trentaine de pays à travers le monde ont pris des mesures de réduction des subventions aux énergies fossiles. Des subventions qui atteignent, selon les différentes estimations, jusqu’à 5 300 milliards de dollars par an si l’on prend en compte les impacts négatifs des énergies fossiles...

100 % de gaz vert en 2050, c’est possible d’un point de vue technique et économique, selon l’Ademe

Après s'être penché sur un scénario 100 % électrique en 2050, l'Ademe a refait l'exercice avec le gaz renouvelable. Selon l'agence, la France a les capacités de produire 100 % de gaz vert à cet horizon grâce à la généralisation de la méthanisation et du "power to gas". 

BNP Paribas devient la première banque au monde à exclure les gaz de schiste

BNP Paribas devient la première banque française à exclure les énergies fossiles non conventionnelles. Et la première au monde à renoncer aux projets d’exportation de gaz et pétrole de schiste. C'est ce qu'elle a annoncé ce mercredi 11 octobre. Elle exclut également les projets...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

Le parapétrolier Schlumberger acte la fin de l’âge d’or du pétrole de schiste en Amérique du Nord

Le pétrole de schiste américain n’est pas mort, loin s’en faut. Mais il n’est plus la machine à cash qu’il fût. Les faillites à répétition, accentuées par la crise du Covid-19, le prouvent. On voit aussi désormais les parapétroliers tourner le dos à la fracturation hydraulique en Amérique du Nord....

Natural gas pixabay anita starzycka

L'empoisonnement de Alexeï Navalny pourrait être fatal au gazoduc russe Nord Stream 2

Déjà fragilisé par des sanctions américaines, le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Europe se retrouve face à un avenir incertain après l'empoisonnement d'Alexeï Navalny. Son principal promoteur, l'Allemagne, n'exclut plus de lui retirer son soutien en raison du refus de Moscou de...

Ours Blanc CC0

Feu vert pour des forages pétroliers dans une zone naturelle protégée en Alaska

Le gouvernement de Donald Trump a approuvé lundi 18 août un programme ouvrant la voie à des forages pétroliers et gaziers dans la plus grande zone naturelle protégée du pays, en Alaska, où vivent des ours polaires.