Publié le 14 avril 2011

ÉNERGIE

Gaz de schiste : « On se pliera à ce que décidera le gouvernement »

Alors que l'exploration des gaz de schiste devrait être sérieusement freinée par l'examen en urgence de la proposition de loi de 124 députés de l'UMP visant à interdire l'exploitation du gaz de schiste et l'annulation des permis accordés par l'Etat, réaction de Bruno Courme, le directeur général Europe des gaz de schiste de Total.

133525_GF.jpg
Bruno Courme
© Cédric Helsly - Quatre Vents

Que pensez vous des dernières décisions gouvernementales : d'abord un moratoire sur les forages jusqu'en juin et maintenant l'examen en urgence d'une proposition de loi demandant l'annulation des permis déjà attribués ?

Bruno Courme : en fait, le moratoire avait pour nous relativement peu d'impact car nous n'avions pas prévu de réaliser des travaux ni de demander l'autorisation d'en faire dans le laps de temps indiqué. Nous en avions pris acte et globalement nous pensons que c'est une bonne chose que le gouvernement reprenne la main sur cette question. Concernant la proposition de loi, ce n'est pas à une compagnie pétrolière de se prononcer sur les décisions gouvernementales. Ce que l'on peut dire, c'est que la présidentielle étant dans un an, il y a énormément de pressions de part et d'autre...Il est donc difficile d'établir un pronostic sur ce qu'il adviendra. On ne peut pas dire que cela nous facilite le travail, mais ce sont des choses qui arrivent dans notre métier et l'on se pliera à ce que décidera le gouvernement.
Par ailleurs, nous voyons très positivement les travaux de la commission interministérielle et de la mission parlementaire auxquelles nous collaborons. Cela nous donne une opportunité de nous exprimer alors que nous ne sommes pas très audibles sur le sujet...

Mais vous comprenez les inquiétudes des élus, riverains, militants qui craignent de voir leur environnement se dégrader avec cette exploitation ? Allez-vous à leur rencontre ?

Bruno Courme. Les questions sont entièrement justifiées, même si je pense que les motivations ne sont pas uniquement environnementales et servent les intérêts politiques de certains. Mais nous avons l'intention de répondre aux interrogations le plus complètement possible. Il faut simplement que l'on nous laisse la parole pour expliquer nos techniques et que l'on puisse explorer pour savoir s'il existe bien un sujet.
Pour le moment, nous avons vu des préfets, des élus et de responsables de la DREAL ou encore les personnes qui sollicitent des avis techniques, comme les universitaires. Mais rencontrer les maires serait aujourd'hui perçu comme une provocation. Cependant, il faut bien comprendre que nous sommes très très en amont de l'exploration et que, normalement, nous contactons les populations dès lors que nous savons où nous allons implanter un puits. Or, nous en sommes encore loin aujourd'hui, car notre permis couvre une surface énorme, de plus de 4000 km2. Les gens ont l'impression, à tort, que les choses se sont faites de façon cachée alors que nous avons l'habitude d'organiser des consultations publiques pour nos projets, d'impliquer les gens localement, comme pour notre projet de stockage de CO2 à La Rousse.

Vous êtes le directeur des gaz de schiste pour l'Europe. Comment cela se passe-t-il ailleurs ?

Bruno Courme. Au Danemark, où nous sommes également en phase d'étude, la situation est très différente. Sans doute, en partie, parce que le pays produit des hydrocarbures depuis longtemps. Le gouvernement voit le bénéfice de cette production, que ce soit en termes de budget ou de ressource énergétique, car leur production décline. Localement, il y aura certainement le même besoin d'explication pour les populations, mais il semble que le mouvement d'opposition ne sera pas aussi fort qu'en France. Dans le reste de l'Europe, certains pays sont très favorables à cette exploitation, comme la Pologne - qui présidera bientôt l'Union européenne- qui y voit une alternative à sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et qui accepte mieux la notion de risque industriel. Aux Pays Bas, le conseil de l'énergie s'est également prononcé en faveur de l'exploration. Quand à la Grande Bretagne, elle a permis le forage tout en disant qu'elle regarderait les choses de près.

propos recueillis par Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Gaz de schiste : le gouvernement demande finalement une mission sur les risques

Alors que la contestation contre les gaz de schiste bat son plein, le ministère de l'Ecologie, jusque là très discret sur le sujet, vient de demander une mission sur les enjeux environnementaux de l'exploitation des gaz de schiste.

Quel avenir pour les gaz de schiste ?

Les gaz de schiste n'en finissent pas de susciter la polémique. Après les nombreuses manifestations et actions des militants et élus locaux contre l'exploration de cette ressource controversée au plan environnemental, celle-ci est conditionnée aux conclusions de deux rapports. Mais pour...

Gaz de schiste : les Québécois aussi veulent un moratoire

En France, la mobilisation contre les gaz de schistes prend de plus en plus d'ampleur et suit le chemin de celle qui est organisée au Québec. Interview d'André Bélisle, président de l'AQLPA, l'association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, première association à être...

Le gaz de schiste, entre eldorado stratégique et risque environnemental

Depuis quelques mois, la France commence à s'intéresser aux gaz de schistes que l'on pourrait trouver dans le Sud-est. Mais l'exploitation de cette nouvelle ressource, déjà bien avancée aux Etats-Unis, et qui pourrait se révéler stratégique pour de nombreux pays, pose de gros problèmes...

Gaz de schiste : quelles conséquences pour l'économie locale?

La polémique autour de l'éventuelle exploration des gisements de gaz de schiste dans le sud-est de la France inquiète les acteurs économiques locaux. Tourisme, immobilier et agriculture pourraient pâtir fortement de la mauvaise réputation de ces gaz non-conventionnels. Sur place, la...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Forage petrolier BP en Egypte sur le champs de Maersk

Seuls 1 % des investissements des pétroliers vont vers d’autres énergies que les fossiles

Les grands pétroliers ont entamé un virage vers des énergies alternatives aux fossiles, mais bien trop timidement assure l’Agence Internationale de l’énergie. Pour ces experts, les entreprises privées et publiques doivent aller beaucoup plus vite. Pour l’heure, les investissements hors cœur de...

Manifestations Siemens Adani JulianStratenschulte DPA AFP

Le PDG de Siemens confirme "à regret" sa participation à la mine de charbon d’Adani en Australie

Au moment où l’Australie est en feu, Siemens a signé un contrat pour équiper l’une des plus grandes mines de charbon dans le pays, celle de Carmichael développé par l’indien Adani. Mis sous pression par la jeunesse écologiste allemande pour quitter le projet, le PDG Joe Kaeser assure qu’il n’a...

Fracturation hydraulique gaz de schiste pixabay

Gaz de schiste : craignant des séismes, l'Angleterre fait marche arrière sur la fracturation hydraulique

Contrairement aux États-Unis, où l'industrie du schiste a connu un boom spectaculaire, en Angleterre, les projets ont vite tourné court. Après plusieurs secousses sismiques et un rapport officiel faisant le lien entre risques de séismes et fracturation hydraulique, le gouvernement britannique a fait...

Baril de petrole annavaczi

[À l’origine] Le pétrole se mesure en baril… comme le whisky

Le système métrique a depuis bien longtemps conquis le monde des échanges commerciaux, y compris dans les pays anglo-saxons. Pourtant le monde continue à parler de la consommation, des réserves et de la cotation du pétrole en termes de baril. Un volume de 42 gallons qui remonte à l’époque où le...