Publié le 26 janvier 2020

ÉNERGIE

[Bonne Nouvelle] Equinor, le pétrolier norvégien, annonce une stratégie de réduction de ses émissions

La major pétrolière veut atteindre la quasi neutralité carbone de ses opérations en Norvège d’ici 2050. Elle prévoit d’investir près de cinq milliards d’euros d’ici 2030 pour réduire les émissions de ses sites en mer et à terre, mais se contente d’agir sur ses propres émissions, omettant celles des produits qu’elle commercialise.

Equinor Sleipner Field
Le pétrolier norvégien veut réduire les émissions de ses plates-formes off-shore, comme de ses sites à terre.
@Equinor

La pression monte sur les pétroliers. Equinor est le dernier en date à s’être fixé des objectifs de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre. La compagnie pétrolière norvégienne a annoncé qu’elle réduirait de 40 % les émissions de ses opérations à terre ou en mer d’ici 2030, soit 5 millions de tonnes de CO2 en moins par an. Le plan d’Equinor prévoit ensuite de les réduire de 70 % d’ici 2040 et d’atteindre la quasi neutralité d’ici 2050.

Tous les champs pétroliers et les sites opérationnels de la compagnie norvégienne sont concernés par l’annonce. Equinor prévoit un investissement de l’ordre de cinq milliards d’euros (50 milliards de couronnes norvégiennes) d’ici 2030 pour décarboner ses process. Des projets d’amélioration de l’efficacité énergétique, d’utilisation d’outils numériques, d’électrification d’anciens procédés au gaz, etc., vont ainsi progressivement voir le jour dans les prochaines années.

Il prévoit également de poursuivre la diversification de ses activités et de s’orienter vers les énergies renouvelables, comme l’éolien offshore, ou encore le stockage de carbone. Cette décision prise par les dirigeants d’Equinor répond à la pression des ONG et des citoyens sur le risque climatique engendré par les énergies fossiles.

Un risque financier

Elle répond aussi à un risque financier pour ces grandes entreprises qui risquent de voir leur activité principale se dérober sous leurs pieds. Récemment, de grandes majors pétrolières ont ainsi dû enregistrer de sévères dépréciations d’actifs. Equinor reconnaît lui-même qu’à horizon 2050, la production norvégienne de pétrole et gaz sera divisée par deux par rapport aux niveaux actuels.

La stratégie du Norvégien reste toutefois cantonnée à ses émissions directes et indirectes liées à ses activités (scope 1 et 2). Elle omet les émissions indirectes du scope 3, liées notamment à la chaîne de valeur complète du groupe. Cette annonce ne devrait donc pas suffire à lever la résolution actionnariale déposée en novembre dernier par le groupe d’actionnaires Follow This.

Le texte de la résolution lui demande en effet de publier des objectifs alignés sur ceux de l’Accord de Paris sur le climat, en spécifiant bien que "ces objectifs doivent couvrir les émissions de gaz à effet de serre des opérations de l’entreprise et de l’utilisation de ses produits énergétiques (scopes 1, 2 et 3)". L’assemblée générale du groupe, le 14 mai 2020, devrait donc voir le sujet refaire surface.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Repsol, Chevron, BP, les majors pétrolières touchées au portefeuille par le risque d’actifs échoués

Trois grands groupes pétroliers ont dû dévaloriser des actifs pétroliers et gaziers ces derniers mois. Le risque de "stranded assets", ces projets liés aux énergies fossiles qui perdent de la valeur du fait du changement climatique, se matérialise dans les comptes de ces grandes majors....

Chevron, Shell, Total… Ces 20 entreprises qui émettent un tiers des émissions de CO2 mondiales

Elles sont seulement vingt et émettent 35 % des émissions mondiales depuis 1965. Le Guardian vient de publier une vaste enquête révélant le nom de ces vingt entreprises, toutes du secteur de l'énergie, qui ont émis 480 milliards de tonnes de CO2. Dans le top 3 on retrouve Saudi Aramco,...

Statoil ne veut plus "pétrole" dans son nom et se rebaptise Equinor

À l’occasion de sa dernière Assemblée générale, le pétrolier Statoil a officialisé son changement de nom en Equinor. En éliminant "Oil" (pétrole en anglais) de son nom, la major, qui extrait plus de deux millions de barils par jour, veut souligner les efforts de l’entreprise pour se...

La Norvège recule sur la sortie du pétrole de son fonds souverain

Il y a deux ans, le fonds souverain norvégien a marqué les esprits en annonçant un désinvestissement des hydrocarbures, un message fort venant du fonds qui a bâti sa richesse sur le pétrole de la mer du nord. Mais le plan final qui se dessine ne concernerait que 5,7 milliards de dollars...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Mizuho banque japon centrale NoCoalJapan

[Bonne Nouvelle] Le Japon envisage d'arrêter 100 vieilles centrales à charbon d'ici 2030

Le gouvernement japonais s'est engagé début juillet à étudier des mesures concrètes pour réduire sa dépendance énergétique au charbon d'ici 2030, alors que des médias ont annoncé qu'il prévoyait d'arrêter 100 vieilles centrales à charbon d'ici cette date.

Dakota Access Pipeline Sioux Transferenergy Greenpeace

[Bonne Nouvelle] La justice américaine stoppe le projet de l'oléoduc Dakota Access Pipeline, contesté par les Sioux

Un tribunal américain a ordonné lundi 6 juillet la fermeture temporaire du Dakota Access Pipeline, un oléoduc dont le tracé est contesté depuis des années par des tribus amérindiennes et des associations de protection de l'environnement. Deux autres oléoducs ont été mis à l'arrêt au même moment.

LNG Boat Shell

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la...

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

L’Europe va rapidement devoir se sevrer du pétrole (et pas seulement pour des raisons climatiques)

Une nouvelle étude du Shift Project alerte sur le manque de pétrole qui pourrait frapper l'Union européenne d'ici 2030. Le think tank recommande d'accélérer la sortie des énergies fossiles et la transition énergétique, au risque sinon d'être rattrapé par une autre crise, non plus climatique mais...