Publié le 20 avril 2020

ÉNERGIE

Crise du Coronavirus : le pétrole s’échange à moins de zéro dollar aux États-Unis en raison de l'effondrement de la demande

Lundi 20 avril, si vous achetiez du pétrole sur le marché américain, on vous donnait de l’argent en plus. En effet, en raison de la faiblesse de la demande et la saturation des centres de stockage américains, les cours du WTI, le pétrole de référence outre-Atlantique, ont atteint 36 dollars en dessous de zéro. La situation ne sera que très temporaire mais elle va faire de considérables dégâts dans le secteur.

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP
De snombreuses faillites sont attendues dans le secteur du pétrole de schiste aux États-Unis.
@DavidMcNews-GettyImage-AFP

Beaucoup ont rêvé du jour où le pétrole ne vaudrait plus rien et où ses cours ne feraient plus tourner la tête du monde. Mais ce que les réglementations carbone et la menace climatique feront peut-être en quelques dizaines d’années, le Coronavirus l’a accompli en quelques semaines. Lundi 20 avril, le baril américain de pétrole, le WTI, a connu une véritable descente aux enfers. Il a enregistré une baisse record. Il est passé sous les 10 dollars, puis 5, puis 2 pour tomber à 1 cent et poursuivre sa chute sous le seuil de zéro dollar pour atteindre -37,63 dollars. C’est son niveau le plus bas niveau jamais enregistré depuis la création de ce contrat en 1983.

Concrètement, les livraisons prévues pour mai s’échangeaient à des prix négatifs, les investisseurs cherchant désespérément à se débarrasser de certains barils de pétrole américain dans un marché saturé. Ils étaient prêts à payer pour trouver preneur. Il y a "Trop de pétrole, avec nulle part où le mettre", résume simplement, dans le Financial Times, Kit Juckes, un analyste senior de la Société Générale basé à Londres. Cette chute est due à deux raisons.

Baisse de la consommation de 20 à 30 %

La première est la saturation des capacités de stockages américains, due à la baisse de la consommation mondiale. Celle-ci , prévue à un peu plus de 100 millions de barils par jour en 2020, a baissé de 20 à 30 millions de barils par jour, dont près de 5 millions de barils pour les seuls États-Unis. Or les États-Unis sont un marché relativement fermé. Le pétrole produit s’accumule rapidement dans les sites de stockages et les terminaux d’exportation sans pouvoir circuler. À l’inverse le Brent, le pétrole de la mer du Nord, beaucoup plus mobile, résiste mieux, même s’il a tout de même perdu 6 %, à 20 dollars, le même jour.

La deuxième est la guerre des prix engagée en mars par l’Arabie Saoudite et la Russie. Cela a massivement accentué la tendance baissière des cours. Depuis le cartel pétrolier et ses alliés, tout comme d’autres grands producteurs comme la Norvège, le Royaume-Uni ou le Canada, ont annoncé une forte baisse de la production - environ 10 millions de barils par jour jusqu’en 2021 - mais cela n’a pas suffi à soutenir les prix.

Même si cet épisode de prix négatifs aux États-Unis est temporaire, il va être sanglant pour le secteur pétrolier américain, en particulier pour les entreprises spécialistes du pétrole de schiste. Ce milieu, déjà coutumier des faillites en série (une trentaine ces deux dernières années), risque de perdre encore de nombreux acteurs. Même les grandes sociétés vont en pâtir. Le premier a en donner un avant-goût est l’un des plus grands parapétroliers au monde Haliburton. Il a annoncé plus d’un milliard de dollars de pertes au premier trimestre 2020 et un plan d’économie de plus d’un milliard en conséquence.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...