Publié le 20 avril 2020

ÉNERGIE

Crise du Coronavirus : le pétrole s’échange à moins de zéro dollar aux États-Unis en raison de l'effondrement de la demande

Lundi 20 avril, si vous achetiez du pétrole sur le marché américain, on vous donnait de l’argent en plus. En effet, en raison de la faiblesse de la demande et la saturation des centres de stockage américains, les cours du WTI, le pétrole de référence outre-Atlantique, ont atteint 36 dollars en dessous de zéro. La situation ne sera que très temporaire mais elle va faire de considérables dégâts dans le secteur.

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP
De snombreuses faillites sont attendues dans le secteur du pétrole de schiste aux États-Unis.
@DavidMcNews-GettyImage-AFP

Beaucoup ont rêvé du jour où le pétrole ne vaudrait plus rien et où ses cours ne feraient plus tourner la tête du monde. Mais ce que les réglementations carbone et la menace climatique feront peut-être en quelques dizaines d’années, le Coronavirus l’a accompli en quelques semaines. Lundi 20 avril, le baril américain de pétrole, le WTI, a connu une véritable descente aux enfers. Il a enregistré une baisse record. Il est passé sous les 10 dollars, puis 5, puis 2 pour tomber à 1 cent et poursuivre sa chute sous le seuil de zéro dollar pour atteindre -37,63 dollars. C’est son niveau le plus bas niveau jamais enregistré depuis la création de ce contrat en 1983.

Concrètement, les livraisons prévues pour mai s’échangeaient à des prix négatifs, les investisseurs cherchant désespérément à se débarrasser de certains barils de pétrole américain dans un marché saturé. Ils étaient prêts à payer pour trouver preneur. Il y a "Trop de pétrole, avec nulle part où le mettre", résume simplement, dans le Financial Times, Kit Juckes, un analyste senior de la Société Générale basé à Londres. Cette chute est due à deux raisons.

Baisse de la consommation de 20 à 30 %

La première est la saturation des capacités de stockages américains, due à la baisse de la consommation mondiale. Celle-ci , prévue à un peu plus de 100 millions de barils par jour en 2020, a baissé de 20 à 30 millions de barils par jour, dont près de 5 millions de barils pour les seuls États-Unis. Or les États-Unis sont un marché relativement fermé. Le pétrole produit s’accumule rapidement dans les sites de stockages et les terminaux d’exportation sans pouvoir circuler. À l’inverse le Brent, le pétrole de la mer du Nord, beaucoup plus mobile, résiste mieux, même s’il a tout de même perdu 6 %, à 20 dollars, le même jour.

La deuxième est la guerre des prix engagée en mars par l’Arabie Saoudite et la Russie. Cela a massivement accentué la tendance baissière des cours. Depuis le cartel pétrolier et ses alliés, tout comme d’autres grands producteurs comme la Norvège, le Royaume-Uni ou le Canada, ont annoncé une forte baisse de la production - environ 10 millions de barils par jour jusqu’en 2021 - mais cela n’a pas suffi à soutenir les prix.

Même si cet épisode de prix négatifs aux États-Unis est temporaire, il va être sanglant pour le secteur pétrolier américain, en particulier pour les entreprises spécialistes du pétrole de schiste. Ce milieu, déjà coutumier des faillites en série (une trentaine ces deux dernières années), risque de perdre encore de nombreux acteurs. Même les grandes sociétés vont en pâtir. Le premier a en donner un avant-goût est l’un des plus grands parapétroliers au monde Haliburton. Il a annoncé plus d’un milliard de dollars de pertes au premier trimestre 2020 et un plan d’économie de plus d’un milliard en conséquence.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Garanties à l’export : le gouvernement annonce l’arrêt du soutien public pour les projets de pétrole et de gaz

À partir de 2025, la France n’apportera plus aucune garantie publique pour les projets pétroliers portés à l’étranger par des entreprises tricolores. Ce sera 2035 pour le gaz. Pour Bruno Le Maire, c’est une avancée majeure pour faire du pays la première grande économie décarbonée. En revanche, les...

Mine machine vide pixabay

[Bonne nouvelle] La Pologne fermera ses dernières mines de charbon en 2049

La Pologne fait un pas de plus vers la neutralité carbone. Seul état membre de l'Union européenne à ne pas avoir endossé cet objectif, Varsovie multiplie les signaux positifs. Face aux pertes colossales subies par l'industrie du charbon, le gouvernement a annoncé la fin des mines de charbon pour...

Installation solaire de Total au Chili Total

Pour la première fois, Total ne mise plus tout son avenir sur le pétrole

La croissance de Total ne se fera plus dans la production pétrolière, mais dans l’exploitation du gaz et celle des énergies renouvelables. Ce n’est pas l’opinion d’un analyste ou d’un expert, mais la stratégie affichée par le PDG de l’entreprise, Patrick Pouyanné. Une vraie remise en cause du...

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.