Publié le 18 octobre 2019

ÉNERGIE

[Édito Vidéo] "Il n’y a pas d’autres choix que d’investir dans le pétrole"

Après une longue séquence internationale sur le climat en septembre, octobre sonne l'heure de la contre-attaque pour les pétroliers. Lors de leur grande réunion "Oil and Money", bientôt rebaptisée en Energy Intelligence Forum, les pétroliers assurent que la transition énergétique est leur première préoccupation. Mais quelques jours plus tard, le patron de Shell estimait qu'il n'y avait pas d'autres choix que d'investir dans le pétrole. 

ExxonMobil Australia
Plateforme pétrolière d'ExxonMobil
@Exxon

L’information m’a fait sourire. Depuis 40 ans, se tient à Londres une grand-messe pétrolière baptisée Oil & Money, littéralement "pétrole et argent". Un nom frappant qui aurait très bien fonctionné pour, disons, une série télévisée américaine des années 80 sur une famille de riches exploitants pétroliers qui se déroulerait par exemple à Dallas ! Mais en 2019, ce nom n’est plus vraiment à la mode.

Lors de la dernière édition de ce sommet qui s’est déroulé du 8 au 10 octobre, les organisateurs ont annoncé un changement de nom. Exit Oil and Money et bienvenue au Energy Intelligence Forum, un patronyme jugé plus ecofriendly, marquant la volonté du secteur de développer des technologies bas carbone. Amin Nasser, le PDG de Saudi Armaco, le plus grand pétrolier du monde, l’assure : "le combat contre le changement climatique est d’importance cruciale et oblige l’ensemble du secteur à penser différemment".

Demande croissante

L’acte de bonne intention n’a pas convaincu les ONG, qui ont immédiatement appelé au greenwashing… sans surprise. Il n’a pas convaincu non plus le prestigieux New York Times, partenaire historique, qui a préféré s’éloigner. Il faut dire que le réel engagement des pétroliers vers un nouveau business model est à interroger, alors que Global Witness assurent que ceux-ci ont d’ores et déjà engagé 5 000 milliards de dollars d’investissements dans des projets incompatibles avec l’Accord de Paris.

Dans ce contexte, accordons la palme de l’honnêteté à Ben van Beurden, PDG de Shell et dont le groupe est loin d’être le moins engagé en matière de transition énergétique. Dans une interview à Reuters, il assure : "Il n’y a pas d’autres choix que d’investir dans le pétrole". Il explique que la demande de pétrole et de plastique continue à croître. Dès lors, "il est légitime d’investir dans le pétrole et le gaz parce que le monde le demande".

Il va plus loin en dénonçant la diabolisation du secteur pétrolier qui "fait peur aux gestionnaires d’actifs". Pour lui, "le risque le plus important n’est pas tant que nous devenions des dinosaures car nous investissons toujours dans le pétrole et le gaz. Un risque plus important est de tourner le dos prématurément au pétrole et au gaz". Alors, selon vous, qui reflète le mieux la pensée du secteur pétrolier ? Le Energy Intelligence Forum et sa vision d'un secteur pétrolier bas carbone ou celle de Ben van Beurden et sa volonté de répondre à la demande croissante ? 

Ludovic Dupin @LudovicDupin

 

 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Conseil extraordinaire UE reduction consommation de gaz russie penurie hiver MTE

L’Union européenne trouve un accord sur la réduction de la demande en gaz, face au risque d’approvisionnement russe

C’est la solidarité qui l’a emportée à Bruxelles. Un nouveau plan a été adopté mardi 26 juillet par les 27 États membres pour réduire la consommation de gaz de 15 % en cas de pénurie cet hiver. Si des dérogations et des exemptions sont prévues, notamment pour la France, l’objectif est bel et bien de...

Station essence istock JBorruel

Pouvoir d'achat : toujours pas de mesures ciblées pour les travailleurs les plus modestes

La remise de 18 centimes par litre de carburant va passer à 30 centimes à la rentrée. C'est le fruit d’un compromis à l’Assemblée nationale entre la majorité et le groupe les Républicains. Le gouvernement, qui souhaitait la mise en place d’une indemnité carburant plus spécifique ciblant les...

Simon cossus maison durable Mathieu BAY

Vivre sans énergies fossiles : Cette famille y est (presque) arrivée

Avec la hausse des prix de l’énergie, la crise climatique et les canicules à répétition, les Français sont de plus en plus nombreux à se demander comment se passer des énergies fossiles. Certains ont franchi le pas, en investissant dans des maisons durables, qui produisent leur propre énergie, en...

Conseil europeen embargo petrole russe commission europeenne

Embargo sur le pétrole russe : les importations européennes réduites de 90 % d’ici la fin de l’année

Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne, réunis en sommet, ont entériné un sixième train de sanctions contre la Russie. Ils ont enfin trouvé un accord pour réduire de 90 % leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou...