Publié le 18 octobre 2019

ÉNERGIE

[Édito Vidéo] "Il n’y a pas d’autres choix que d’investir dans le pétrole"

Après une longue séquence internationale sur le climat en septembre, octobre sonne l'heure de la contre-attaque pour les pétroliers. Lors de leur grande réunion "Oil and Money", bientôt rebaptisée en Energy Intelligence Forum, les pétroliers assurent que la transition énergétique est leur première préoccupation. Mais quelques jours plus tard, le patron de Shell estimait qu'il n'y avait pas d'autres choix que d'investir dans le pétrole. 

ExxonMobil Australia
Plateforme pétrolière d'ExxonMobil
@Exxon

L’information m’a fait sourire. Depuis 40 ans, se tient à Londres une grand-messe pétrolière baptisée Oil & Money, littéralement "pétrole et argent". Un nom frappant qui aurait très bien fonctionné pour, disons, une série télévisée américaine des années 80 sur une famille de riches exploitants pétroliers qui se déroulerait par exemple à Dallas ! Mais en 2019, ce nom n’est plus vraiment à la mode.

Lors de la dernière édition de ce sommet qui s’est déroulé du 8 au 10 octobre, les organisateurs ont annoncé un changement de nom. Exit Oil and Money et bienvenue au Energy Intelligence Forum, un patronyme jugé plus ecofriendly, marquant la volonté du secteur de développer des technologies bas carbone. Amin Nasser, le PDG de Saudi Armaco, le plus grand pétrolier du monde, l’assure : "le combat contre le changement climatique est d’importance cruciale et oblige l’ensemble du secteur à penser différemment".

Demande croissante

L’acte de bonne intention n’a pas convaincu les ONG, qui ont immédiatement appelé au greenwashing… sans surprise. Il n’a pas convaincu non plus le prestigieux New York Times, partenaire historique, qui a préféré s’éloigner. Il faut dire que le réel engagement des pétroliers vers un nouveau business model est à interroger, alors que Global Witness assurent que ceux-ci ont d’ores et déjà engagé 5 000 milliards de dollars d’investissements dans des projets incompatibles avec l’Accord de Paris.

Dans ce contexte, accordons la palme de l’honnêteté à Ben van Beurden, PDG de Shell et dont le groupe est loin d’être le moins engagé en matière de transition énergétique. Dans une interview à Reuters, il assure : "Il n’y a pas d’autres choix que d’investir dans le pétrole". Il explique que la demande de pétrole et de plastique continue à croître. Dès lors, "il est légitime d’investir dans le pétrole et le gaz parce que le monde le demande".

Il va plus loin en dénonçant la diabolisation du secteur pétrolier qui "fait peur aux gestionnaires d’actifs". Pour lui, "le risque le plus important n’est pas tant que nous devenions des dinosaures car nous investissons toujours dans le pétrole et le gaz. Un risque plus important est de tourner le dos prématurément au pétrole et au gaz". Alors, selon vous, qui reflète le mieux la pensée du secteur pétrolier ? Le Energy Intelligence Forum et sa vision d'un secteur pétrolier bas carbone ou celle de Ben van Beurden et sa volonté de répondre à la demande croissante ? 

Ludovic Dupin @LudovicDupin

 

 


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

BNP PARIBAS flickr

Devoir de vigilance : la pression monte sur BNP Paribas après sa mise en demeure

C'est désormais à travers le devoir de vigilance que les ONG ont décidé de s'attaquer aux grandes entreprises. Après Total Energies, dont le procès s'est tenu en décembre, BNP Paribas a été mise en demeure de cesser ses financements dans les nouveaux projets d'énergies fossiles. A deux jours de la...

Mine souterraine charbon UK west cumbria mining

Le Royaume-Uni envoie un très mauvais signal en validant l'ouverture d'une mine de charbon

Pays hôte de la COP26, le Royaume-Uni s'est imposé comme l'un des leaders sur le climat, faisant la guerre aux énergies fossiles et enjoignant les pays du Sud à en sortir. Mais le gouvernement britannique vient d'envoyer un bien mauvais signal en validant un projet de mine de charbon dans le...

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...