Publié le 11 mai 2017

ÉNERGIE

Des actionnaires activistes appellent BHP Billiton à sortir du schiste et à investir dans les batteries

Deux fonds viennent d’appeler le géant minier BHP Billiton à désinvestir des hydrocarbures aux États-Unis. Si leurs motivations sont plus financières qu'environnementales, elles n’en sont pas moins un signal fort.

Un fonds australien appelle BHP Billiton à investir dans les matériaux nécessaires aux batteries.
@BHP Billiton

Le fond australien Tribeca Global Natural Resources, l’un des plus performants au niveau mondial en 2016, a décidé de s’attaquer à un mastodonte : BHP Billiton. Actionnaire de l’entreprise (sans préciser à quelle hauteur), le fonds a adressé une lettre de huit pages à ses clients, intitulée "Making BHP Great Again" ("rendre BHP grand à nouveau"). Une référence au slogan du candidat Donald Trump "Make America Great Again".

Ces actionnaires activistes souhaitent que la direction désinvestisse des pétrole et gaz de schiste américains. "Nous ne soutenons pas l'investissement continu dans les actifs onshores américains, ils ne devraient pas fournir de flux de trésorerie disponible significatifs. Et nous ne parvenons pas à identifier quelle compétence particulière possède BHP qui le différencie de ses pairs. Il s’agit pour nous d’un actif secondaire qui s'inscrit dans un marché irrationnel", écrivent-ils.

 

Des fonds gaspillés

 

Selon le Tribeca, 10 milliards de dollars pourrait être tirés de la vente de ces activités aux États-Unis. Une somme qui pourrait profiter aux actionnaires sous forme de dividendes exceptionnels. Une demande appuyée par le fait que, selon le fonds, 30 milliards de dollars de capitaux ont été "gaspillés" ces dernières années.

"Le PDG (Jac Nasser) se retire prochainement. Cela offre une occasion unique de repenser toute la culture (de l’entreprise) pour améliorer le rendement des capitaux et la croissance", ajoutent ces actionnaires qui appellent à des changements plus larges dans toute la direction afin "de remettre BHP sur le chemin du succès".

 

Elliott Management Corp, favorable au désinvestissement

 

Pour cela, Tribeca Global Natural Ressources a une proposition. Le géant de la mine devrait, selon le fonds, réfléchir à des acquisitions dans le lithium, le graphite et le cobalt. Car ce sont des matériaux utilisés dans les batteries pour les terminaux numériques et les véhicules électriques. Des marchés jugés plus porteurs que le schiste américain. Des propositions auxquelles le géant minier n’a pas encore répondu.

C’est la deuxième fois en quelques semaines que des actionnaires exigent que la multinationale diminue son exposition aux hydrocarbures. En avril, le grand fond Elliott Management Corp (31 milliards de dollars) et qui détient 4,1 % de BHP Billiton, a appelé le groupe à céder l’intégralité de ses actifs pétroliers américains, ce qui permettrait d’accroître la valorisation de l’entreprise. BHP s’y était cette fois-ci fermement opposée.

 

 

Ludovic Dupin
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les minerais du conflit : un fléau à l’heure du tout numérique

Smartphones, tablettes, télévisions et ordinateurs portables… De nombreux objets de notre quotidien sont fabriqués à partir de minerais du conflit, tels que le tungstène ou le tantale, provenant de mines contrôlées par des groupes armés majoritairement présents dans la région des Grands...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Charbon vs eolien solaire istock

[Bonne Nouvelle] Engie se fixe un calendrier pour sortir du charbon d’ici 2027

Engie veut se débarrasser de ses dernières centrales à charbon. À l’occasion de la présentation de ses résultats annuels, Catherine MacGregor, directrice générale, a affirmé que le groupe sortirait totalement du charbon d’ici 2025 en Europe et 2027 dans le reste du monde. Entre reconversion de...

IStock kruwt centrale charbon RWE allemagne

Une pétition appelle l’Europe à sortir du Traité sur la charte de l’énergie qui "protège les pollueurs"

Plusieurs organisations lancent une pétition pour demander la sortie collective de l'Union européenne du Traité de la Charte Energie (TCE). Un traité peu connu, qui pour les ONG et la nouvelle enquête publiée par le collectif de journaliste Investigate Europe freine la transition énergétique en...

2021 : difficile clap de fin pour le charbon en France

Conformément à la promesse de campagne d'Emmanuel Macron, les quatre dernières centrales à charbon françaises doivent fermer leurs portes d’ici la fin de l’année, sur fond d’exception à Cordemais et de projets de transition contestés ailleurs. En outre, le gestionnaire du réseau électrique RTE a...

080 HL FVANNIER AFP

Raffinage : la transformation verte de Grandpuits ne plaît ni aux salariés, ni aux écologistes

Raffineurs, syndicats et ONG se sont mobilisés contre le projet de Total de reconvertir la raffinerie de Grandpuits, en Ile-de-France, en plateforme "zéro pétrole". Du greenwashing pour les écologistes. Le manque de compétitivité et les impératifs de réduction de gaz à effet de serre dressent...