Publié le 03 août 2018

ÉNERGIE

[Décryptage] La crise est passée pour les producteurs d’or noir… dans l’attente d’un futur choc pétrolier

Pas sûr que la transition énergétique mondiale apprécie la nouvelle. Le deuxième trimestre 2018 marque une hausse importante des bénéfices des grands pétroliers mondiaux. De 28 % chez Total, à 235 % chez Chevron ! C’est la remontée des cours qui fait son effet. Désormais, un choc pétrolier n’est pas à exclure à moyen terme.

Transport GNL Shell
Bateau de transport de gaz liquéfié de gaz naturel liquéfié (GNL).
@Shell

C’est un paradoxe presque incompréhensible. Alors que l’été 2018 nous montre un changement climatique bien réel avec des températures extrêmes et des incendies jusqu’en Laponie… Alors que la Terre nous hurle de stopper nos émissions de CO2, les pétroliers ne se sont jamais aussi bien portés. Les résultats publiés par les plus grandes majors montrent des hausses inédites des bénéfices.

Le Français Total affiche ainsi un bénéfice de 6,4 milliards de dollars pour le premier semestre 2018, en hausse de 28 %.  Sur le deuxième trimestre, Shell a engrangé 4,7 milliards de dollars, en hausse de 30 %. BP, qui est libérée de la marée noire dans le golfe du Mexique, enregistre un bénéfice multiplié par 19 à 2,8 milliards de dollars. Exxon progresse de 18 %...  et Chevron de 235 %.

72 % de croissance

En moyenne, la banque suisse UBS attend des bénéfices pour l'ensemble du secteur pétrolier en progression de 72 % pour le seul deuxième trimestre. Les analystes soulignent qu'il s'agit du septième trimestre consécutif de hausse.

Une conjoncture due à la hausse des cours du baril.  Il est désormais installé entre 70 et 75 dollars. Or depuis la crise de 2014, les pétroliers ont œuvré à mettre en place des plans d’économies pour abaisser leur point mort, le prix du baril à partir duquel ils gagnent de l’argent. En quatre ans, il est passé de 80 dollars à moins de 30 dollars.

Un baril à 120 dollars

Le baril devrait maintenant se renchérir rapidement. À court terme, les analystes d’UBS voient un prix à 85 dollars. Puis un pic à 120 dollars pourrait survenir à moyen terme et entraîner une nouvelle crise économique. La prévision des cours pétroliers est, certes, un jeu hasardeux sur lequel bien des experts ont trébuché. Mais trois facteurs semblent soutenir ces deux hypothèses.

Premièrement, il y a l’accord entre l’OPEP et la Russie pour limiter la production et soutenir les prix. Une politique à l’œuvre depuis plus d’un an et qui porte ses fruits. Deuxièmement, les tensions entre les États-Unis et l’Iran sur l’accord nucléaire inquiètent les marchés. D’autant plus que, face au blocus de Washington, l’Ayatollah Ali Khamenei a menacé de fermer le détroit d’Ormuz par où transite 30 % du pétrole mondial…. Et Téhéran n’a pas hésité à déjà mettre en branle ses navires de guerre.

Tensions sur la production

Troisièmement, et c’est l’indicateur le plus fiable, il y a un risque de tensions sur l’approvisionnement. Pour encaisser la baisse des cours, les pétroliers ont coupé leur budget d’exploration-production. Les investissements sont passés de 733 milliards de dollars en 2013 à 389 milliards en 2017.

Aussi l’année dernière, seuls 11 milliards de barils ont été découverts, 13 % de moins qu’en 2016, rapporte l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Elle rappelle dans le même temps que la demande pétrolière continue à croître. Il faudra 1,3 million de barils supplémentaires par jour en 2018 pour atteindre une consommation quotidienne de 99,1 millions de barils.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[LE CHIFFRE] Les pays du G7 ont encore accordé 100 milliards de dollars d'aides aux énergies fossiles

En amont du sommet du G7, qui s’est achevé hier au Canada, plusieurs ONG ont publié un rapport pour évaluer les efforts des sept États membres en matière de réduction des subventions aux énergies fossiles. Malgré l’Accord de Paris signé il y a bientôt deux ans, ces sept pays ont continué à...

[Décryptage] Quand les pétroliers mettent eux-mêmes le climat à l'ordre du jour de leurs Assemblées Générales

La stratégie des pétroliers de la planète est loin d’être alignée sur un réchauffement climatique limité à 2°C comme l’exige l’Accord de Paris. Pourtant, les mentalités et la transparence des majors en matière de stratégie climatique évoluent. Pour exemple, Shell s’est engagé à diminuer...

Pétrole : Ryad et Moscou veulent augmenter la production pour enrayer la hausse des cours

Après une remontée spectaculaire des cours de l’or noir ces dernières semaines, stimulés par les tensions américano-iraniennes, l’OPEP et la Russie envisage d’ouvrir un peu plus leurs vannes pour stopper la flambée. Vladimir Poutine vise un baril à 60 dollars, alors que celui-ci est...

[Décryptage] Shell fait valider sa stratégie climat par ses actionnaires

Lors de l’Assemblée générale de Shell, la résolution de Follow This pour imposer au pétrolier d’adopter une stratégie climat ambitieuse n’a réuni que 5 % des voix des actionnaires. Mais au-delà des chiffres, plusieurs observateurs y voient un signal fort envoyé à l’industrie pétrolière...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Donald Trump Energie Charbon Coal SaulLoeb AFP

[Bonne Nouvelle] Centrales à charbon : l’excellent bilan CO2 de Donald Trump !

Donald Trump avait promis de relancer l’industrie du charbon aux États-Unis, grande pourvoyeuse d’emplois. Mais face à la concurrence du gaz de schiste et des renouvelables, les incitations n’ont pas suffi et 50 tranches ont déjà fermé leurs portes depuis 2015 et 289 depuis 2010.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail

Les projets d’investissement des compagnies pétrolières et gazières mettent en péril les objectifs climatiques

L’industrie pétrolière et gazière prévoit d’investir près de 5000 milliards de dollars dans les dix ans pour explorer de nouvelles ressources potentielles. Des projets qui sont "aux antipodes" des objectifs climatiques définis par l’Accord de Paris, selon un rapport de l’ONG Global Witness. Selon le...

Extraction gaz Saudi Aramco Arabie Saoudite champs de Shaybah SaudiAramco

Et l’entreprise la plus rentable au monde en 2018 est… le pétrolier Saudi Aramco

111,1 milliards de dollars, tels sont les bénéfices enregistrés par le plus grand pétrolier de la planète en 2018, Saudi Aramco. Soit un tiers de plus que les autres grands pétroliers cumulés ! La plus grande entreprise d’Arabie Saoudite a pour la première fois ouvert ses comptes aux agences de...

Castle Gate Power Plant Utah CC0 David Jolley

Le nombre de centrales à charbon recule partout dans le monde sauf en Chine

C'est une bonne nouvelle en demi-teinte. Selon un tout nouveau rapport, le charbon continue de reculer dans le monde : le nombre de projets a baissé de 60 % depuis 2015 et le nombre de centrales en développement s'est même réduit de 84 % depuis trois ans. Y compris les États-Unis de Donald Trump...