Publié le 02 avril 2014

ÉNERGIE

Coup de frein sur les énergies fossiles : Exxon écarte le risque carbone

Une hypothèse «extrêmement improbable». C'est ainsi qu'Exxon juge le « risque » que les gouvernements s'engagent sur la voie d'une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre. La première compagnie pétrolière mondiale n'a donc aucune inquiétude sur la valeur de ses réserves, même les plus coûteuses à exploiter ou les plus décriées sur le plan environnemental.

C'est un rapport long d'une trentaine de pages. Son titre : « Energie et carbone: gérer les risques ». 30 pages, publiées sur le site Internet de la firme qui balayent l'hypothèse d'une baisse de la consommation des énergies fossiles pour les 25 prochaines années.

Face à la croissance de la population mondiale, et des besoins en énergie, « toutes les réserves actuelles d'Exxon Mobil seront utiles », estime la compagnie pétrolière et « nous pensons qu'aucune de nos réserves d'hydrocarbures n'ont perdu ou perdront de leur valeur ».

Les actionnaires qui avaient fait pression pour qu'Exxon analyse de manière détaillée les conséquences pour l'entreprise d'un scénario « bas carbone » en sont donc pour leur frais.

Mais ils ne regrettent pas la démarche, explique Natasha Lamb, du gestionnaire de patrimoine Arjuna Fund qui a coordonné la pression sur Exxon avec l'ONG As you sow (Ce que tu auras semé).

Le simple fait qu'Exxon ait été contraint de s'exprimer publiquement et en détail sur le risque carbone, « est un grand pas en avant », explique-t-elle.

« Maintenant, tous les investisseurs peuvent voir qu'Exxon n'est pas préparé à un scénario bas carbone, le pire risque pour ses actifs, et en tirer toutes les conclusions, indique-t-elle. Nous allons continuer le dialogue avec Exxon (...) qui doit devenir une entreprise énergétique du 21ème siècle, en désinvestissant les ressources fossiles et en investissant dans des énergies renouvelables. Ou alors il faut qu'Exxon rende de l'argent aux actionnaires », ajoute-t-elle.

Exxon n'est pas la seule entreprise énergétique à avoir été visée. La démarche d'Arjuna Fund et d'As you sow fait partie d'une campagne sur le «risque carbone» menée par Carbon tracker, une ONG britannique, et le Ceres, une coalition américaine d'ONG, de caisses de retraites et d'investisseurs durables, qui affirment ensemble peser près de 3.000 milliards d dollars d'investissements financiers.

Bertrand Stocker
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...