Publié le 03 novembre 2017

ÉNERGIE

COP23 : Les banques ont accru leurs financements aux sables bitumineux en 2017

Sur les 9 premiers mois de l’année, les banques ont accru leurs financements de 50 % pour l’exploitation des sables bitumineux par rapport à 2016. Les ONG appellent à suivre l’exemple de BNP Paribas qui a annoncé le désinvestissement complet des énergies fossiles non conventionnelles. 

Sables bituminieux Canada Suncor MARK RALSTON AFP
L'exploitation des sables bitumineux fait partie des activités du secteur pétroliers les plus émettrices de gaz à effet de serre.
Mark Ralston/AFP

Trente-trois grandes banques ont accordé "plus de 115 milliards de dollars de financement" à des entreprises actives dans la production et le transport de sables bitumineux entre 2014 et fin septembre 2017, déplorent jeudi une douzaine d'ONG.

Les financements qu'elles ont accordés à ce secteur sur les trois premiers trimestres de 2017 "sont déjà 50 % supérieurs à ceux engagés en 2016", affirment-elles dans un rapport publié à quelques jours de la 23e conférence de l'ONU sur le changement climatique, la COP23, qui s'ouvre lundi à Bonn.

Les sables bitumineux sont décriés pour le coût économique et environnemental de leur extraction. Présent sous forme sablonneuse dans le sous-sol, le pétrole est produit au terme d'un long processus polluant et énergivore.

Banktrack, Rainforest Action Network, Les Amis de la Terre France…

"Beaucoup de grandes banques" avaient pourtant "exprimé leur soutien" à l'accord de Paris par lequel la communauté internationale s'est engagée à limiter à 2°C la hausse de la température mondiale par rapport à l'ère pré-industrielle, rappellent les ONG.

Mais malgré ce soutien affiché, elles "continuent de financer le secteur des sables bitumineux à des niveaux bien supérieurs à ceux nécessaires pour respecter l'objectif climatique de 1,5°C à 2°C", ajoutent-elles. Banktrack, Rainforest Action Network, Les Amis de la Terre France, Oil Change International figurent parmi les signataires du rapport.

Sans surprise, les quatre banques les plus impliquées sont canadiennes (TD, RBS, CIBC, Bank of Montreal), ce pays étant engagé dans l'exploitation de sables bitumineux dans l'ouest de son territoire. Elles sont suivies par des banques américaines et britanniques.

Suivre l'exemple de BNP Paribas

Les sables bitumineux sont "très émetteurs de gaz à effet de serre, extrêmement coûteux à produire et difficilement reliés aux marchés", rappellent les ONG. Ils font aussi "partie des énergies fossiles les plus dévastatrices pour le climat et les populations autochtones", accusent-elles.

Sur les 33 banques citées, "seules cinq ont commencé à restreindre certains financements aux projets de sables bitumineux et seules trois ont également pris des engagements portant sur les entreprises du secteur", affirme le rapport.

Les ONG appellent les grandes banques privées toujours impliquées dans le financement des sables bitumineux à suivre l'exemple de BNP Paribas et d'ING, "seules banques internationales à avoir adopté des politiques d'exclusion portant non seulement sur les projets mais aussi sur les entreprises du secteur".

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...