Publié le 28 novembre 2016

ÉNERGIE

Climat : les compagnies pétrolières américaines hors des clous

Dans un nouveau classement du secteur pétrolier et gazier, le CDP (ex Carbon Disclosure Project) pointe un très net écart entre les majors pétrolières et gazières européennes et américaines en matière de stratégie climatique.  

L’industrie du pétrole et du gaz fait partie des secteurs les plus intensifs du monde. Le Canadien Suncor, par exemple, prend la dernière place du classement sectoriel du CDP à sa forte exploitation des sables bitumineux de l’Alberta.
Mark Ralston / AFP

En matière de lutte contre le changement climatique, les majors pétrolières et gazières européennes tiennent le haut du classement. C’est ce que révèle un nouveau rapport sectoriel du CDP, une organisation qui analyse les performances environnementales (concernant le climat, la gestion de l’eau et des forêts) soutenue par près de 830 investisseurs représentant près du tiers des actifs placés dans le monde.

Le rapport a analysé 11 majors (1) sur la façon dont elles répondent aux objectifs climatiques, fixés par l’Accord de Paris, en prenant en compte 5 critères : le mix énergétique dans les actifs, la flexibilité du capital, la stratégie et gouvernance climatique, la gestion des ressources et des émissions, la résilience liée à l’eau.

C’est Statoil, la compagnie de l'État norvégien, qui tient le haut du pavé des majors avec des émissions de gaz à effet de serre très faibles pour le secteur. Viennent ensuite l'Italien ENI et le Français Total. En revanche, les Américains Exxon et Chevron ou le Canadien Suncor ferment le peloton. Quant à Saudi Aramco (Arabie Saoudite), Rosnet (Russie) ou Petrochina (Chine), elles sont hors classement, n’ayant pas répondu au questionnaire. 

 

La moitié des émissions mondiales

 

Ce qui différencie les compagnies européennes de leurs collègues américaines ? Plus d’investissements dans les technologies bas carbone et les énergies alternatives. Moins d’expositions aux énergies risquées (ex : sables bitumineux, off-shore profond ou gaz de schiste). Et une transition vers le gaz.

À l’inverse, le Canadien Suncor, par exemple, doit sa dernière place à sa forte exploitation des sables bitumineux de l’Alberta. Rappelons que l’industrie du pétrole et du gaz fait partie des secteurs les plus intensifs du monde : en comptabilisant l’utilisation de ses produits, elle est responsable de près de la moitié des émissions mondiales de CO2, selon le CDP. Rappelons également que les actionnaires des majors pétrolières sont de plus en plus demandeurs d’informations sur leur façon d’anticiper les risques et les législations découlant de l’Accord de Paris.

 

(1) 11 majors parmi les 14 majors mondiales ont répondu au CDP. 

Béatrice Héraud
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Comment les compagnies pétrolières utilisent les scénarios énergétiques pour défendre leurs intérêts

Les énergies fossiles resteront-elles indispensables dans le mix énergétique mondial dans quelques décennies ? C’est en tout cas ce que veulent faire croire les prévisions énergétiques des majors pétrolières. Des scénarios pourtant incompatibles avec l’objectif d’une hausse des...

Risque carbone : un baril de brut sous les 120 dollars plus rentable pour les majors pétrolières

Limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici la fin du siècle serait rentable pour les majors pétrolières si le prix du baril ne dépassait pas les 120 dollars... C’est ce que tend à démontrer une étude que publie ce jeudi Carbon Tracker Initiative. Édifiante, la publication devrait...

45 entreprises épinglées pour leur lien avec des lobbies néfastes pour le climat

Près de la moitié des 100 plus grandes entreprises au monde contribue à bloquer ou ralentir les politiques climatiques. C’est ce que révèle ce mercredi 16 septembre l’ONG

Réchauffement climatique : Exxon savait depuis… 1981 !

La plus grande firme pétrolière au monde, ExxonMobil, connaît les liens entre réchauffement climatique et combustion des énergies fossiles depuis 1981. Ce n’est qu'en 1988 pourtant, soit sept ans plus tard, que la question a émergé dans le débat public. Pour autant, la major américaine n’a...

Face au lobby gazier, la société civile résiste

Depuis quelques semaines, le lobby gazier se fait entendre. Les entreprises du secteur affirment que le gaz est le combustible de la transition énergétique. Mais les ONG veillent. Le 10 juin, dans le cadre de la conférence sur le climat de Bonn, plusieurs d’entre elles ont milité pour que...

Energies fossiles : 6 compagnies pétrolières interpellent l’ONU sur la tarification du carbone

Six compagnies pétrolières et gazières européennes (Total, Statoil, Shell, Eni, BP et BG) ont publié le 1er juin une lettre ouverte dans le Financial Times. Elles demandent aux États et à la CCNUCC (organisme des Nations Unies chargé du climat) de mettre en place des mécanismes de...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...