Publié le 31 juillet 2021

ÉNERGIE

Climat : le Groenland met fin à l’exploration pétrolière sur son territoire

Le gouvernement écologiste du Groenland a annoncé interdire l'exploration pétrolière sur son territoire, marquant un tournant dans la politique économique et climatique du pays. Un projet de loi interdisant l'extraction de l'uranium est également en réflexion. Deux décisions qui sont notamment motivées par la lutte contre la destruction de l'environnement alors que la région regorge de ressources précieuses. 

Groenland petrole Tina Rolf on Unsplash
Les eaux groenlandaises contiendraient 51 milliards de barils de pétrole
Tina Rolf on Unsplash

C’est une décision inédite pour une région si convoitée. Le Groenland, sous pavillon danois, a annoncé à la mi-juillet "suspendre la stratégie pétrolière actuelle et mettre fin à l’exploration future du pétrole au Groenland". Selon l’Institut de géophysique américaine, plus d’un cinquième des réserves d’hydrocarbures non découvertes se situent au nord du cercle polaire. Elles représenteraient 13 % des ressources mondiales de pétrole. Les eaux groenlandaises contiendraient ainsi 51 milliards de barils de pétrole.

Mais le gouvernement écologiste est prêt à faire une croix sur l’exploitation de ses ressources. Il avance deux éléments. D’abord la faible rentabilité de l’exploration pétrolière. "Une nouvelle analyse économique de la rentabilité de l’exploration pétrolière (au Groenland) montre clairement que la rentabilité est faible, avec des rendements en réalité deux fois inférieurs à ce qu’attendent les compagnies pétrolières", indique Naalakkersuisut, le gouvernement local. Ensuite, son impact sur le climat et l’environnement. "C’est une étape logique, car le gouvernement prend la crise climatique au sérieux. La décision a également été prise dans l’intérêt de notre nature, dans l’intérêt de notre pêche et pour concentrer notre économie sur les potentiels réels", a affirmé la ministre des matières premières Naaja Nathanielsen.

"Les activités commerciales doivent tenir de l'environnement"

Cette décision est avant tout symbolique. Si ces immenses réserves ont attiré les compagnies pétrolières, l’exploration était déjà au point mort ces dernières années au Groenland. La principale campagne d’exploration offshore, menée par l’écossais Cairn Energy vers 2010-2011, n’avait pas débouché sur une découverte et les deux stratégies pétrolières présentées par les précédents gouvernements depuis 2014 avaient "échoué" à attirer des entreprises.

Et le gouvernement ne compte pas s’arrêter là. Conformément à sa promesse électorale, il mène actuellement des consultations en vue de l’adoption d’un projet de loi interdisant la prospection et l’exploitation de l’uranium au Groenland. "La population groenlandaise a basé sa subsistance sur les ressources naturelles du pays pendant des siècles, et l'interdiction de l'extraction de l'uranium est enracinée dans la conviction profonde que les activités commerciales doivent tenir compte de la nature et de l'environnement", indique le gouvernement. 

S’il peut s’appuyer sur un solide secteur de la pêche, le territoire arctique reste largement dépendant des subventions danoises pour boucler son budget. De nouvelles ressources issues des matières premières faciliteraient l’indépendance de l’immense île arctique, seulement peuplée de 56 000 habitants pour plus de 2 millions de km2. Le nouveau gouvernement n’a d’ailleurs pas fermé la porte à d’autres projets miniers, hors uranium et pétrole.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...