Publié le 26 février 2018

ÉNERGIE

BP prévoit la fin de la suprématie du pétrole pour 2040

En 2040, il n’y aura plus d’énergie dominante dans le monde comme le sont aujourd’hui le pétrole et le charbon. À cette date, renouvelables, gaz, pétrole et charbon représenteront chacun un quart de la production d’énergie primaire.

La demande mondiale de pétrole va croître moins vite que la demande en énergie d'ici 2040
AdamBalint

Le marché mondial de l'énergie sera le plus diversifié jamais observé d'ici 2040, réparti à parts égales entre le pétrole, le gaz, le charbon et les renouvelables, selon une étude du géant BP publiée fin février. Cette diversification s'accompagne d'une demande en énergie qui va aller crescendo, précise le groupe pétrolier dans son rapport annuel sur les grandes tendances du marché, dévoilé le jour de l'ouverture de l'International Petroleum Week à Londres, qui réunit des professionnels du secteur.

"Nous constatons une concurrence accrue entre les différences sources d'énergie, en raison d'offres abondantes et de l'amélioration de l'efficacité énergétique", relève Spencer Dale, économiste en chef chez BP. "Alors que le monde apprend à faire plus avec moins, la demande en énergie va être satisfaite avec les sources les plus diverses jamais vues", a-t-il complété.

BP s'attend à ce que d'ici 2040, le pétrole, le gaz, le charbon et les énergies renouvelables représentent chacun un quart du marché. Cette diversification est due pour une bonne part à l'essor spectaculaire des énergies propres, grâce à une meilleur compétitivité de l'éolien et du solaire et à l'apport de la Chine et de l'Inde.

Une demande de pétrole croissante

La hausse de la consommation d'énergies renouvelables, attendue autour de 7 % en moyenne par an sur la période 2016-2040, va être beaucoup plus vive que celle de gaz (+1,6 %) et surtout de pétrole (+0,5 %) et de charbon (stable).

Concernant le pétrole, BP prévoit que l'utilisation pour les transports, aujourd'hui dominante, va être dépassée après 2030 par des usages non-combustibles, comme dans la pétrochimie.

L'offre de pétrole est quant à elle soutenue par la production américaine, mais BP estime que les pays de l'Opep prendront le relais vers la fin des années 2020 en raison d'une stratégie des producteurs du Moyen-Orient d'augmenter leur part de marché.

15 % de voitures électriques en 2040

BP estime par ailleurs que la rapide croissance du nombre de voitures électriques ne se traduira pas par une baisse de la demande de pétrole, qui restera plus élevée en 2040 qu'elle ne l'est aujourd'hui.

Les véhicules électriques devraient représenter 15 % du parc mondial en 2040, souligne le pétrolier, qui reconnaît que le rythme de développement de ce nouveau marché dépendra de la volonté des gouvernements d'interdire ou non à terme les moteurs à combustion.

Le Royaume-Uni et la France projettent par exemple de mettre fin aux ventes de voitures essence ou diesel d'ici à 2040.

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Mine charbon relance Noel Celis AFP

La hausse de la demande d’électricité en 2021 a largement été comblée par le charbon, entraînant un record d’émissions de CO2

Les centrales à charbon ont tourné à plein régime en 2021. Selon un nouveau rapport de l'Agence internationale de l'énergie, le charbon, énergie la plus polluante, a répondu à plus de la moitié de la hausse de la demande d'électricité l'an dernier. Les prévisions de l'AIE pour les deux prochaines...

Stop Cambo projet petrolier Ecosse Shell greenpeace UK

Un champ pétrolier en mer du Nord mis à l'arrêt après le retrait de Shell

Le projet de champ pétrolier Cambo au large de l'Écosse a pris un sérieux coup dans l'aile. Le géant Shell, qui détenait 30 % des parts, a décidé de se retirer pour des raisons économiques, mettant le chantier à l'arrêt. Ce projet est dénoncé par les ONG environnementales qui exigent son abandon par...

Greenpeace artwashing louvre joconde total greenpeace paris

Artwashing : quand les multinationales de l’industrie fossile financent les musées

Après les universités, les banques ou encore les compagnies d'assurance, ce sont désormais les institutions culturelles qui sont visées par le mouvement de désinvestissement des fossiles. En France, Greenpeace dénonce l'artwashing pratiqué par Total Énergies au travers de sa fondation qui finance un...

Arctic LNG2 Total projet gazier arctique Novatek RU

La France ne soutient pas le projet gazier TotalEnergies en Arctique

C'est une victoire en demi-teinte. La France a finalement décidé de ne pas soutenir le projet gazier de TotalEnergies en Arctique, de même qu'aucune banque française. Mais l'énergéticien vient d'annoncer avoir quand même bouclé son tour de table. Le projet est situé dans une région déjà largement...