Publié le 26 février 2018

ÉNERGIE

BP prévoit la fin de la suprématie du pétrole pour 2040

En 2040, il n’y aura plus d’énergie dominante dans le monde comme le sont aujourd’hui le pétrole et le charbon. À cette date, renouvelables, gaz, pétrole et charbon représenteront chacun un quart de la production d’énergie primaire.

La demande mondiale de pétrole va croître moins vite que la demande en énergie d'ici 2040
AdamBalint

Le marché mondial de l'énergie sera le plus diversifié jamais observé d'ici 2040, réparti à parts égales entre le pétrole, le gaz, le charbon et les renouvelables, selon une étude du géant BP publiée fin février. Cette diversification s'accompagne d'une demande en énergie qui va aller crescendo, précise le groupe pétrolier dans son rapport annuel sur les grandes tendances du marché, dévoilé le jour de l'ouverture de l'International Petroleum Week à Londres, qui réunit des professionnels du secteur.

"Nous constatons une concurrence accrue entre les différences sources d'énergie, en raison d'offres abondantes et de l'amélioration de l'efficacité énergétique", relève Spencer Dale, économiste en chef chez BP. "Alors que le monde apprend à faire plus avec moins, la demande en énergie va être satisfaite avec les sources les plus diverses jamais vues", a-t-il complété.

BP s'attend à ce que d'ici 2040, le pétrole, le gaz, le charbon et les énergies renouvelables représentent chacun un quart du marché. Cette diversification est due pour une bonne part à l'essor spectaculaire des énergies propres, grâce à une meilleur compétitivité de l'éolien et du solaire et à l'apport de la Chine et de l'Inde.

Une demande de pétrole croissante

La hausse de la consommation d'énergies renouvelables, attendue autour de 7 % en moyenne par an sur la période 2016-2040, va être beaucoup plus vive que celle de gaz (+1,6 %) et surtout de pétrole (+0,5 %) et de charbon (stable).

Concernant le pétrole, BP prévoit que l'utilisation pour les transports, aujourd'hui dominante, va être dépassée après 2030 par des usages non-combustibles, comme dans la pétrochimie.

L'offre de pétrole est quant à elle soutenue par la production américaine, mais BP estime que les pays de l'Opep prendront le relais vers la fin des années 2020 en raison d'une stratégie des producteurs du Moyen-Orient d'augmenter leur part de marché.

15 % de voitures électriques en 2040

BP estime par ailleurs que la rapide croissance du nombre de voitures électriques ne se traduira pas par une baisse de la demande de pétrole, qui restera plus élevée en 2040 qu'elle ne l'est aujourd'hui.

Les véhicules électriques devraient représenter 15 % du parc mondial en 2040, souligne le pétrolier, qui reconnaît que le rythme de développement de ce nouveau marché dépendra de la volonté des gouvernements d'interdire ou non à terme les moteurs à combustion.

Le Royaume-Uni et la France projettent par exemple de mettre fin aux ventes de voitures essence ou diesel d'ici à 2040.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

[Coronavirus, le jour d’après] De l’urgence de sevrer la planète des énergies fossiles pour éviter de nouvelles crises

Alors que la baisse du prix du pétrole pourrait inciter certains à freiner la transition énergétique, plusieurs experts rappellent l’urgence de se tourner vers les énergies renouvelables. Outre le risque climatique, il s’agit aussi d’éviter une nouvelle crise planétaire due à des tensions sur l'or...

Baleine franche australe grande baie australienne Dr Haus Wikipedia

Le pétrolier norvégien Equinor renonce à chercher du pétrole dans la Grande Baie australienne, sanctuaire de biodiversité

Après BP et Chevron, le Norvégien Equinor annonce l’abandon de ses projets d’exploration pétrolière dans la Grande baie australienne, au sud du pays, où vivent baleines, requins blancs et cachalots. Le groupe met en avant un manque de rentabilité mais il s’agit aussi de se mettre en cohérence avec...

Charbon vs eolien solaire istock

600 milliards de dollars d’actifs charbon menacés à cause de la compétitivité des énergies renouvelables

Le think tank Carbon Tracker International a comparé les coûts de l'éolien et du photovoltaïque à celui du charbon. Il en conclut qu'il est d'ores et déjà plus rentable d'investir dans nouvelles capacités renouvelables que dans de nouvelles centrales à charbon. Investir dans les énergies...

Instalation photovoltaique Johnson et johnson Sunpower

Plus renouvelable et plus nucléaire, l’énergie mondiale voit ses émissions de CO2 se stabiliser en 2019

Après deux années de hausse, les émissions de CO2 liées à l'usage de l'énergie se sont stabilisées dans le monde en 2019. Une évolution expliquée par le développement des énergies renouvelables dans les économies développées, a indiqué le 11 février l'Agence internationale de l'énergie (AIE).