Publié le 11 octobre 2020

ÉNERGIE

[Bonne nouvelle] La Pologne fermera ses dernières mines de charbon en 2049

La Pologne fait un pas de plus vers la neutralité carbone. Seul état membre de l'Union européenne à ne pas avoir endossé cet objectif, Varsovie multiplie les signaux positifs. Face aux pertes colossales subies par l'industrie du charbon, le gouvernement a annoncé la fin des mines de charbon pour 2049. Il prévoit également d'investir massivement dans le nucléaire et les renouvelables, conditions sine die pour bénéficier du Fonds de transition juste. 

Mine machine vide pixabay
Quelque 80 000 mineurs travaillent toujours dans le secteur.
@CC0

La Pologne, seul pays membre de l'Union européenne à ne pas avoir adopté la neutralité carbone, annonce qu'elle fermera sa dernière mine de charbon en 2049, selon un accord conclu entre le gouvernement conservateur polonais et les syndicats. "Nous avons signé la liquidation de l'une des industries les plus importantes de l'histoire de la République de Pologne", a déclaré aux journalistes Dominik Kolorz, président régional du syndicat Solidarité.

Du côté du gouvernement, Artur Sobon, vice-ministre des actifs de l'État, a qualifié le plan d'élimination du charbon de "voie juste et équitable vers la transformation de l'industrie minière et énergétique polonaise". Les syndicats réclamaient à l'origine de repousser la date de la fermeture des mines à 2060, craignant des effets économiques et sociaux désastreux pour le bassin houiller de Silésie, dans le sud-ouest de la Pologne. "Aucun employé des mines de charbon ne perdra son emploi. C'était l'élément le plus important de cet accord pour nous", a assuré Dominik Kolorz.

Nucléaire et renouvelables 

La question de l'emploi dans le secteur du charbon est politiquement sensible en Pologne, où les mineurs et leurs familles constituent toujours un électorat important. Quelque 80 000 mineurs travaillent toujours dans le secteur. Mais le secteur a souffert ces dernières années de la baisse des prix et ses problèmes ont été aggravés par un repli de la demande lié à la pandémie de Covid-19. L'une des plus grandes entreprises de charbon en Europe, la société publique polonaise PGG, a enregistré plus de 100 millions d'euros de pertes en 2019, tandis que cette année ses recettes ont encore diminué.

La Pologne est dépendante à 77 % du charbon dans sa production d'électricité. Selon une étude de BloombergNEF, la trajectoire la moins coûteuse pour le pays consisterait à réduire cette part à moins de 30 % d'ici 2030, alors que 80 % des mines de charbon polonaises n'étaient pas rentables en 2017. Pour accélérer sa sortie du charbon, le gouvernement polonais a également annoncé début septembre vouloir investir 33 milliards d'euros dans le nucléaire et les renouvelables (éolien offshore notamment) avec à la clé la création de 300 000 emplois.

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Trans Alaska Pipeline

Les fuites de méthane ont augmenté de 32 % depuis le début de l’année dans le secteur de l’énergie

62 entreprises pétrolières et gazières ont annoncé cette semaine qu'elles s'engageaient à plus de transparence sur leurs émissions de méthane. Ce gaz à effet de serre continue son inquiétante progression dans l'atmosphère avec des fuites en augmentation de 32 % depuis le début de l'année. Cette...

Sous la pression de l’État et des ONG, Engie renonce à un gros contrat d'importation de gaz de schiste américain

Suite à la pression de l'État actionnaire et des ONG, Engie vient de renoncer à un contrat d'importation de gaz de schiste américain. Vivement contesté, ce projet ne cadrait pas avec les ambitions de la France sur les hydrocarbures non conventionnels. En outre, il aurait permis de financer le projet...

Manifestation contre forages petroliers ile de france seine et marne EBG

Nouveaux forages pétroliers en Île-de-France : Paris craint pour son alimentation en eau potable

Au sud de Paris, l'entreprise française Bridgeoil souhaite porter de deux à dix le nombre de puits pétroliers à exploiter. Mais la mairie de Paris, la régie Eau de Paris et les villes avoisinantes font part de leur opposition. Elles pointent du doigt les risques liés à l'approvisionnement en eau...

Capture debat Trump biden 22 octobre CaptureTV

Élection US : Joe Biden promet l’arrêt de l’industrie pétrolière une fois élu, un coup de poker à haut risque

Être candidat à la présidence du premier pays producteur de pétrole de la planète et promettre d’y mettre fin à moyen terme. Telle est la proposition de Joe Biden pour s’emparer de la Maison blanche, en engageant un discours de transition énergétique laissant espérer un vrai monde d’après. Un...