Publié le 19 mai 2019

ÉNERGIE

[Bonne Nouvelle] Centrales à charbon : l’excellent bilan CO2 de Donald Trump !

Donald Trump avait promis de relancer l’industrie du charbon aux États-Unis, grande pourvoyeuse d’emplois. Mais face à la concurrence du gaz de schiste et des renouvelables, les incitations n’ont pas suffi et 50 tranches ont déjà fermé leurs portes depuis 2015 et 289 depuis 2010.

Pendant la campagne de 2017, Donald Trump avait promis de relancer l'industrie du charbon aux États-Unis.
@SauelLoeb/AFP

Pendant la campagne présidentielle américaine de 2016, Donald Trump n’a pas hésité à mettre un casque de chantier sur la tête et à aller militer pour le charbon sur les sites de mine en danger. Celles-ci étaient alors mises sous pression par la compétitivité du gaz de schiste et par les réglementations environnementales mise en place par l’administration Obama pour aligner le pays sur l’Accord de Paris.

Pourtant, depuis l’arrivée au pouvoir de l’homme d’affaires, cinquante centrales thermiques au charbon ont fermé aux États-Unis. C'est le bilan établi par l'organisation écologiste américaine Sierra Club qui a recensé 50 fermetures, et 51 annonces de fermeture depuis janvier 2017.

40 % de capacités fermées

Début mai encore, les opérateurs de deux centrales au charbon, en Floride et dans l'Utah, ont annoncé leur fermeture d'ici quelques années. Au total, 289 centrales ont engagé leur fermeture depuis 2010, calcule le Sierra Club, soit 40 % de la capacité de production électrique des centrales au charbon. Il en reste 241 qui n'ont pas annoncé de fermeture.

Sous la présidence Trump, une seule nouvelle centrale au charbon a ouvert, en Alaska, il y a quelques semaines, selon l'ONG. "L'industrie du charbon et les opérateurs se précipitent vers la sortie, car économiquement, le charbon n'a plus de sens", dit à l'AFP Jonathan Levenshus, du Sierra Club. "Les tentatives de l'administration Trump pour sauver l'industrie ne marchent pas", dit-il. Le charbon est devenu depuis les années 2010 plus coûteux à exploiter que le gaz naturel, qui connaît une forte croissance.

Outre-Atlantique, le charbon ne devrait être la source que de 25 % de l'électricité l'été prochain (contre 35% en 2015), et le gaz naturel va monter à 40 %, selon une analyse publiée jeudi par l'administration d'information énergétique américaine (EIA). Dans le monde, le charbon compte toujours pour environ 40 % de la production d’électricité.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

LNG Boat Shell

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la...

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

L’Europe va rapidement devoir se sevrer du pétrole (et pas seulement pour des raisons climatiques)

Une nouvelle étude du Shift Project alerte sur le manque de pétrole qui pourrait frapper l'Union européenne d'ici 2030. Le think tank recommande d'accélérer la sortie des énergies fossiles et la transition énergétique, au risque sinon d'être rattrapé par une autre crise, non plus climatique mais...

Pipeline BP en Azerbadjian

BP déprécie 17,5 milliards de dollars d’actifs afin de refléter la réalité du marché pétrolier

Le pétrole cher ne reviendra pas, la demande pétrolière va se réduire et la taxe carbone va peser lourd sur les prix. Voici ce qu’il faut comprendre de la dernière annonce du pétrolier BP qui revoit la valeur de son portefeuille d’actifs pour l’aligner sur l’état du marché pétrolier durement touché...

Forage petrolier BP en Egypte sur le champs de Maersk

Face aux difficultés du secteur pétrolier, le géant BP annonce la suppression de 10 000 emplois

Au premier trimestre, le pétrolier BP a perdu plus de quatre milliards de dollars. L’effondrement de la demande pendant la crise sanitaire et l’effondrement des cours a mis à mal tout le secteur. Chez le pétrolier BP, c’est un plan drastique qui a été annoncé. L’entreprise va se séparer de 10 000 de...