Publié le 19 mai 2019

ÉNERGIE

[Bonne Nouvelle] Centrales à charbon : l’excellent bilan CO2 de Donald Trump !

Donald Trump avait promis de relancer l’industrie du charbon aux États-Unis, grande pourvoyeuse d’emplois. Mais face à la concurrence du gaz de schiste et des renouvelables, les incitations n’ont pas suffi et 50 tranches ont déjà fermé leurs portes depuis 2015 et 289 depuis 2010.

Pendant la campagne de 2017, Donald Trump avait promis de relancer l'industrie du charbon aux États-Unis.
@SauelLoeb/AFP

Pendant la campagne présidentielle américaine de 2016, Donald Trump n’a pas hésité à mettre un casque de chantier sur la tête et à aller militer pour le charbon sur les sites de mine en danger. Celles-ci étaient alors mises sous pression par la compétitivité du gaz de schiste et par les réglementations environnementales mise en place par l’administration Obama pour aligner le pays sur l’Accord de Paris.

Pourtant, depuis l’arrivée au pouvoir de l’homme d’affaires, cinquante centrales thermiques au charbon ont fermé aux États-Unis. C'est le bilan établi par l'organisation écologiste américaine Sierra Club qui a recensé 50 fermetures, et 51 annonces de fermeture depuis janvier 2017.

40 % de capacités fermées

Début mai encore, les opérateurs de deux centrales au charbon, en Floride et dans l'Utah, ont annoncé leur fermeture d'ici quelques années. Au total, 289 centrales ont engagé leur fermeture depuis 2010, calcule le Sierra Club, soit 40 % de la capacité de production électrique des centrales au charbon. Il en reste 241 qui n'ont pas annoncé de fermeture.

Sous la présidence Trump, une seule nouvelle centrale au charbon a ouvert, en Alaska, il y a quelques semaines, selon l'ONG. "L'industrie du charbon et les opérateurs se précipitent vers la sortie, car économiquement, le charbon n'a plus de sens", dit à l'AFP Jonathan Levenshus, du Sierra Club. "Les tentatives de l'administration Trump pour sauver l'industrie ne marchent pas", dit-il. Le charbon est devenu depuis les années 2010 plus coûteux à exploiter que le gaz naturel, qui connaît une forte croissance.

Outre-Atlantique, le charbon ne devrait être la source que de 25 % de l'électricité l'été prochain (contre 35% en 2015), et le gaz naturel va monter à 40 %, selon une analyse publiée jeudi par l'administration d'information énergétique américaine (EIA). Dans le monde, le charbon compte toujours pour environ 40 % de la production d’électricité.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Garanties à l’export : le gouvernement annonce l’arrêt du soutien public pour les projets de pétrole et de gaz

À partir de 2025, la France n’apportera plus aucune garantie publique pour les projets pétroliers portés à l’étranger par des entreprises tricolores. Ce sera 2035 pour le gaz. Pour Bruno Le Maire, c’est une avancée majeure pour faire du pays la première grande économie décarbonée. En revanche, les...

Mine machine vide pixabay

[Bonne nouvelle] La Pologne fermera ses dernières mines de charbon en 2049

La Pologne fait un pas de plus vers la neutralité carbone. Seul état membre de l'Union européenne à ne pas avoir endossé cet objectif, Varsovie multiplie les signaux positifs. Face aux pertes colossales subies par l'industrie du charbon, le gouvernement a annoncé la fin des mines de charbon pour...

Installation solaire de Total au Chili Total

Pour la première fois, Total ne mise plus tout son avenir sur le pétrole

La croissance de Total ne se fera plus dans la production pétrolière, mais dans l’exploitation du gaz et celle des énergies renouvelables. Ce n’est pas l’opinion d’un analyste ou d’un expert, mais la stratégie affichée par le PDG de l’entreprise, Patrick Pouyanné. Une vraie remise en cause du...

Bernard Loomey PDG BP BP

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.