Publié le 19 février 2014

ÉNERGIE

Bataille politique autour des choix énergétiques du fonds norvégien

Au nom de la lutte contre le changement climatique, le fonds norvégien alimenté par l'exploitation pétrolière, pourrait se voir interdire d'investir dans la production de charbon. Le débat est porté par les travaillistes devant le parlement du pays qui pourrait se prononcer début mars. Le fonds norvégien est à la fois le plus gros investisseur institutionnel mondial avec plus de 600 milliards d'euros d'encours et un acteur dont la politique éthique fait école auprès de nombreux autres investisseurs dans le monde.

142216_GF.jpg

© istock

Deux mois après leur passage dans l'opposition, les travaillistes norvégiens qui s'étaient jusque-là peu souciés du problème, se sont emparés de la lutte contre le changement climatique. Reprenant les revendications des ONG environnementales, ils demandent au fonds souverain du pays de cesser d'investir dans le charbon. « Au-delà de la bataille politique entre le gouvernement actuel et son opposition, les questions posées sont importantes » estime Idar Kreutzer, directeur de Finance Norvège association qui rassemble les institutions financières du pays et membre de la mission qui a travaillé sur la gouvernance du fonds il y a quelques mois.

« Le fonds norvégien est l'investisseur d'un royaume pétrolier, intensif en production de carbone. Cela signifie-t-il qu'il doit être particulièrement attentif à cette question dans ces choix d'investissement ? C'est tout l'enjeu du débat », précise estime Idar Kreutzer. Un vote sur le rapport annuel du fonds devrait intervenir le 4 mars prochain et conduire le gouvernement à trancher entre trois scenarios possibles : évacuer le débat et renvoyer les ONG environnementales dans les cordes, faire du charbon un nouveau critère d'exclusion du fonds qui en a déjà d'autres comme les armes nucléaires (voir « Le fonds pétrolier norvégien fait des vagues ») ou les entreprises responsables catastrophes environnementales ou enfin établir une politique nuancée sur le sujet. Elle consisterait d'abord à évaluer jusqu'où le fonds investit aujourd'hui dans le charbon, quels risques financiers et surtout quelle contribution au changement climatique cela représente, avant de décider ou non de réduire ses investissements.

Le précédent Storebrand

Un investisseur norvégien a déjà fait cela : l'assureur Storebrand. En 2013, il a décidé de réduire ses investissements dans des industries présentant ce qu'on appelle un risque carbone (voir « Les investisseurs croient-ils au risque carbone ? ») « Pour nous cela participe d'une politique d' investissement responsable de veiller à limiter l'impact de ses placements sur le réchauffement climatique» explique Christine Tørklep Meisingset , responsable de la recherche ESG (Environnement, Social, Gouvernance) de Storebrand. « Nous pensons qu'un investisseur de long terme comme nous doit aussi prendre ses précautions face aux risques financiers que présentent le charbon ou les sables bitumineux. » C'est pourquoi sur les 176 entreprises exclues par Storebrand une quarantaine le sont pour des raisons climatiques dont 13 compagnies productrices de charbon. Elle ajoute «Cela n'a aucune conséquence sur nos performances financières. »

Le fonds norvégien n'en est pas à sa première crise environnementale. Dès 2008, un rapport du WWF, réalisé avec l'aide de l'agence de notation extra-financière Innovest. démontrait qu'il ne jouait pas le rôle clef qui devrait être le sien, à la fois en tant que fonds pétrolier et plus gros investisseur institutionnel mondial avec plus de 600 milliards d'euros d'encours, pour lutter contre le réchauffement climatique. Cela avait permis le lancement deux ans plus tard du premier programme ambitieux de financement verts tous azimuts par le fonds norvégien. Il a investi 2,5 milliards d'euros dans plusieurs secteurs : énergies renouvelables, eau, adaptation au changement climatique et technologies vertes.

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...