Publié le 05 décembre 2019

ÉNERGIE

Baisse historique du charbon dans la production électrique mondiale en 2019

C'est un premier signal positif de la mutation qu'est entrée d'opérer le secteur énergétique vers un monde bas-carbone. Le charbon est en passe de connaître un recul historique dans la production électrique mondiale en 2019, selon les premières estimations de Carbon Brief. L'Union européenne, les États-Unis et l'Inde participent à ce recul tandis que la Chine continue d'ouvrir de nouvelles centrales.

Le charbon devrait connaître un recul de 3 % dans la production électrique mondiale en 2019.
@CC0

Alors que les rapports d’alerte sur l’état de notre planète se suivent et se ressemblent, voici enfin une bonne nouvelle – à relativiser toutefois. La production électrique à partir de charbon, au niveau mondial, devrait connaître une baisse de 3 % (300 térawattheures), selon les estimations de Carbon Brief sur les sept à dix premiers mois de l’année. C’est la plus forte baisse jamais enregistrée, après deux premiers reculs en 2009 et 2015.

Production électrique charbon monde carbon brief

Les raisons de cette baisse varient en fonction des pays mais s’expliquent globalement par l’augmentation de la production électrique à partir d’autres sources d’énergie (renouvelables, gaz et nucléaire) et la stagnation voire la baisse de la demande énergétique dues au ralentissement économique. Le charbon reste toutefois la première source d’électricité au monde devant les renouvelables et contribue à 30 % des émissions du secteur énergétique.

Les États-Unis ont fermé 57 centrales depuis janvier

À contre-courant de la politique anti-environnementale de Trump et son soutien affiché au secteur, les États-Unis ont fermé cette année 57 centrales à charbon - la plus forte baisse en valeur absolue -, représentant 14 gigawatts et près de 6 % du parc charbon du pays. Cela s’explique en très grande partie par l’explosion du gaz qui a petit à petit remplacé le charbon. La baisse de la production électrique à partir de charbon pour les premiers mois de 2019 est ainsi estimée à 14 %.

Dans l’Union européenne, la situation est plus contrastée entre l’est et l’ouest du continent. Globalement, le charbon a chuté de 19 % dans la première moitié de l’année, et devrait chuter de 23 % sur l'année 2019, en raison de la croissance des renouvelables et du gaz et d'un prix carbone qui a atteint 20 euros la tonne. En Allemagne, la baisse est de 22 %. Elle est de 79 % en Irlande où le charbon est passé sous la barre des 2 % du mix électrique. C’est le cas aussi en France et au Royaume-Uni.

En revanche, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie et la Bulgarie sont à la traîne en raison de la faible percée des renouvelables dans des territoires historiquement très charbonneux mais la production électrique à partir de charbon a quand même baissé de 6 % en Pologne. Dans le tableau des mauvais élèves, on trouve aussi les pays d’Asie du Sud-Est où la production à partir de charbon va augmenter de 10 % cette année, portée notamment par le Vietnam où les importations de charbon ont doublé. L’Inde sort du lot avec un premier recul du charbon en trente ans.

La Chine continue d’ouvrir des centrales à charbon

La situation la plus délicate reste celle de la Chine où on observe un ralentissement de la croissance de la demande énergétique. Celle-ci est passée de 6,7 % ces deux dernières années à 3 % en 2019. Le pays a néanmoins ouvert en moyenne une grosse centrale à charbon toutes les deux semaines. "C’est le talon d’Achille de la bataille pour le climat", souligne Fatih Birol, le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Selon un rapport publié mi-novembre par le Global Energy Monitor, le pays a accru ses capacités charbon de 43 gigawatts en seulement un an et demi, annihilant les efforts du reste du monde. Le gouvernement prévoit en outre 148 gigawatts (GW) de nouvelles capacités d’ici 2030, soit l’équivalent de la production électrique à partir de charbon en Europe, et au-dessus même des nouvelles capacités en construction dans le reste du monde (105 GW).  

"L'augmentation des capacités charbon ne signifie pas forcément une hausse équivalente de la production de charbon ou des émissions liées", explique le Dr Yann Robiou du Pont, chercheur climat à l'Iddri. "De fait, les centrales sont de moins en moins utilisées individuellement". Depuis quatre ans, les centrales à charbon chinoises tournent en effet à moins de 50 % de leurs capacités. "Il en reste que la Chine fait l'inverse de ce qu'elle devrait faire pour respecter l'Accord de Paris" poursuit le chercheur. Pour tenir les engagements pris dans l'Accord de Paris, il faudrait que la production de charbon baisse de 6 % par an, selon l'AIE. 

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Infographie] En 2020, l’éolien terrestre et le solaire seront moins chers que le charbon, le pétrole ou le gaz

Mardi 25 juin, le projet de loi Énergie-Climat passe en première lecture à l'Assemblée nationale. L'enjeu pour la France est d'accélérer sur les énergies renouvelables alors que leur coût de production est en baisse continue. Selon un nouveau rapport de l'Irena, dès 2020, l’énergie...

À la veille de la COP25, la Chine pointée du doigt pour son addiction au charbon

Après la sortie officielle des Etats-Unis de l'Accord de Paris, c'est un bien mauvais signal envoyé à la communauté internationale à quelques jours de la COP25. Dans un nouveau rapport du Global Energy Monitor, la Chine est de nouveau pointée du doigt pour sa production électrique au...

[LE CHIFFRE] La consommation de charbon, en recul de 4 % depuis 2014, est historiquement basse

C’est un avenir bien noir qui se dessine pour le charbon. Depuis 2014, la demande mondiale a baissé de 4,2 %. C’est le niveau le plus bas depuis le début des années 90. Et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit que sa consommation stagnera jusqu’en 2022. Une bonne nouvelle si...

[INFOGRAPHIE] Les dernières braises du charbon s'éteignent (très) lentement

L'année 2017 aura vraiment marqué un tournant dans la mise au ban du charbon. Les grands acteurs financiers ont accentué leur désinvestissement du secteur. Ils ont été rejoint par une coalition d'États qui s'engagent à sortir complètement de cette énergie extrêmement polluante dans les dix...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Forage petrolier BP en Egypte sur le champs de Maersk

Seuls 1 % des investissements des pétroliers vont vers d’autres énergies que les fossiles

Les grands pétroliers ont entamé un virage vers des énergies alternatives aux fossiles, mais bien trop timidement assure l’Agence Internationale de l’énergie. Pour ces experts, les entreprises privées et publiques doivent aller beaucoup plus vite. Pour l’heure, les investissements hors cœur de...

Manifestations Siemens Adani JulianStratenschulte DPA AFP

Le PDG de Siemens confirme "à regret" sa participation à la mine de charbon d’Adani en Australie

Au moment où l’Australie est en feu, Siemens a signé un contrat pour équiper l’une des plus grandes mines de charbon dans le pays, celle de Carmichael développé par l’indien Adani. Mis sous pression par la jeunesse écologiste allemande pour quitter le projet, le PDG Joe Kaeser assure qu’il n’a...

Fracturation hydraulique gaz de schiste pixabay

Gaz de schiste : craignant des séismes, l'Angleterre fait marche arrière sur la fracturation hydraulique

Contrairement aux États-Unis, où l'industrie du schiste a connu un boom spectaculaire, en Angleterre, les projets ont vite tourné court. Après plusieurs secousses sismiques et un rapport officiel faisant le lien entre risques de séismes et fracturation hydraulique, le gouvernement britannique a fait...

Baril de petrole annavaczi

[À l’origine] Le pétrole se mesure en baril… comme le whisky

Le système métrique a depuis bien longtemps conquis le monde des échanges commerciaux, y compris dans les pays anglo-saxons. Pourtant le monde continue à parler de la consommation, des réserves et de la cotation du pétrole en termes de baril. Un volume de 42 gallons qui remonte à l’époque où le...