Publié le 16 mars 2018

ÉNERGIE

Le gouvernement veut mesurer l'impact social de la fermeture des centrales à charbon en France

Le gouvernement a lancé une mission afin d'évaluer l'impact socio-économique de l'arrêt des centrales à charbon en France. La fermeture des quatre dernières tranches est prévue pour 2022. La reconversion des salariés concernés va demander la mise en place d'accords entre les régions et l'État pour les aider à mener cette transition, à travers des aides techniques et financières.

Centrale au charbon de Cordemais opérée par EDF.
@EDF

"L'objet de cette mission est d'évaluer l'impact socio-économique de l'arrêt de la production d'électricité à partir de charbon d'ici 2022", décrit une lettre signée par le secrétaire d'Etat à la Transition écologique Sébastien Lecornu. Il reste quatre centrales à charbon en activité en France, situées à Cordemais (Loire-Atlantique), Le Havre (Seine-Maritime), Gardanne (Bouches-du-Rhône) et Saint-Avold (Moselle).

Cette mission interministérielle doit également permettre de "proposer des actions d'accompagnement tant économiques que sociales, qui trouveront leur concrétisation au travers de contrats de transition écologique sur les territoires concernés", ajoute Sébastien Lecornu.

Les conclusions de la mission seront transmises au gouvernement en avril. Les contrats de transition écologique sont censés accompagner des territoires qui ont connu des difficultés industrielles, qui nécessitent un accompagnement social de la transition énergétique, mais aussi des territoires "vertueux" en avance sur la transition.

Des contrats locaux

L'État doit leur fournir un soutien politique, technique, financier avec des crédits provenant notamment du grand plan d'investissement du gouvernement. Les contrats seront noués au niveau des établissements publics de coopération intercommunale (communautés de communes ou d'agglomération, métropoles) avec la possibilité pour les régions ou départements de s'y joindre. Il est prévu que les entreprises soient associées à la démarche.

Le dispositif "qui concernera progressivement une vingtaine de territoires en 2018, partira des projets concrets portés par les acteurs locaux, publics et privés, dans une logique nouvelle d'adaptation et sur mesure", détaille la lettre.

Au mois de janvier, le gouvernement avait lancé des négociations à Arras (Pas-de-Calais) et dans le département de la Corrèze pour les premiers contrats de transition écologique, qui devraient être signés au cours du deuxième trimestre.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

2021 : difficile clap de fin pour le charbon en France

Conformément à la promesse de campagne d'Emmanuel Macron, les quatre dernières centrales à charbon françaises doivent fermer leurs portes d’ici la fin de l’année, sur fond d’exception à Cordemais et de projets de transition contestés ailleurs. En outre, le gestionnaire du réseau électrique RTE a...

080 HL FVANNIER AFP

Raffinage : la transformation verte de Grandpuits ne plaît ni aux salariés, ni aux écologistes

Raffineurs, syndicats et ONG se sont mobilisés contre le projet de Total de reconvertir la raffinerie de Grandpuits, en Ile-de-France, en plateforme "zéro pétrole". Du greenwashing pour les écologistes. Le manque de compétitivité et les impératifs de réduction de gaz à effet de serre dressent...

Shell neutralite carbone 2050

Shell annonce que son pic de production de pétrole est dépassé

Le temps est au changement pour nombre de pétroliers. Après que Total ait décidé de changer de nom pour traduire la diversification de son mix, Shell annonce une réduction de sa production de pétrole et de son intensité carbone. Il y a bien un avant et un après Covid pour Shell. La principale...

"TotalEnergies" : un nouveau nom, pour promouvoir un nouveau mix énergétique

Le PDG de Total ne voit plus son entreprise comme un pétrolier mais comme un énergéticien. La société va investir massivement d’ici 2030 dans les renouvelables, bien plus que n’importe quelles autres majors et que bon nombre d’électriciens. Aussi, à l’occasion de l’annonce des résultats 2020 en...