Publié le 12 mars 2020

ÉNERGIE

600 milliards de dollars d’actifs charbon menacés à cause de la compétitivité des énergies renouvelables

Le think tank Carbon Tracker International a comparé les coûts de l'éolien et du photovoltaïque à celui du charbon. Il en conclut qu'il est d'ores et déjà plus rentable d'investir dans nouvelles capacités renouvelables que dans de nouvelles centrales à charbon. Investir dans les énergies renouvelables est aussi plus rentable que de faire tourner plus de la moitié des centrales existantes.

Charbon vs eolien solaire istock
Dans 90 % des centrales européennes et 70 % des centrales chinoises, il est plus rentable de construire de nouvelles capacités renouvelables que de faire tourner ces centrales.
@iStock /tibu

Il ne fait plus bon investir dans le charbon. C’est un fait incontestable pour les défenseurs du climat, mais cela va très rapidement devenir un argument implacable pour les investisseurs. Selon une étude de Carbon Tracker International (1), publiée ce jeudi 12 mars, il va être plus rentable d’investir dans des nouvelles infrastructures d’énergie renouvelable que de faire tourner les centrales à charbon existantes dans tous les marchés d’ici 2030 au plus tard. Et c’est déjà le cas aujourd’hui pour 90 % des centrales européennes, 70 % des centrales chinoises et la moitié des centrales américaines, indiennes et australiennes.

En outre, il est déjà plus rentable d’investir dans des nouvelles capacités renouvelables que dans des nouvelles capacités charbon dans les principaux marchés mondiaux, à savoir, la Chine, les États-Unis, l’Union européenne, la Turquie, l’Inde, l’Indonésie, la Russie, le Japon ou encore l’Australie. L’étude a comparé le coût actualisé de l'éolien terrestre et du solaire photovoltaïque au coût de fonctionnement de 95 % des centrales à charbon en exploitation, en construction ou prévues.

Risque extrême en Chine 

Il en ressort que les nouvelles capacités de charbon déjà en construction ou planifiées (499 gigawatts) feraient peser un risque sur 638 milliards de dollars d’actifs. Les pays où le risque est extrême sont la Chine (158 milliards), l’Inde (80 milliards), les États-Unis (où une nouvelle faillite dans le charbon a été annoncée cette semaine) et l’Union européenne (16 milliards). Le risque est également élevé en Turquie et au Japon. Il est modéré dans les pays d’Asie du Sud-Est en raison d’une forte régulation du marché, d’absence de prix carbone et de politiques peu incitatives pour les renouvelables.

Le rapport appelle les gouvernements à déréglementer le secteur de l’électricité afin que les énergies renouvelables puissent concurrencer le charbon. "Le non-respect de ces mesures aggravera le risque lié aux actifs échoués et pourrait entraîner des surcapacités. Cela entraînera à son tour une baisse des prix de l’électricité, enverra un signal d’investissement négatif pour les énergies renouvelables et ralentira la transition vers une économie sobre en carbone", expliquent les auteurs.

Selon les estimations du think tank Ember (ex-Sandbag), publiées cette semaine (2), la production mondiale d’électricité à base de charbon a chuté de 3 % en 2019. Cette baisse — la plus importante enregistrée depuis 1990 — résulte d’un moindre recours au charbon dans l’Union européenne (-24 %) et aux États-Unis (-16%), tandis qu’il continue d’augmenter en Chine. Or, selon le rapport spécial du GIEC sur l’objectif 1,5°C, l’atteinte de ce seuil de réchauffement global passe par une réduction de 80 % de la part du charbon dans le mix électrique entre 2010 et 2030.

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir l'étude de Carbon Tracker International

(2) Voir l'étude du think tank Ember


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Baisse historique du charbon dans la production électrique mondiale en 2019

C'est un premier signal positif de la mutation qu'est entrée d'opérer le secteur énergétique vers un monde bas-carbone. Le charbon est en passe de connaître un recul historique dans la production électrique mondiale en 2019, selon les premières estimations de Carbon Brief. L'Union...

Plus renouvelable et plus nucléaire, l’énergie mondiale voit ses émissions de CO2 se stabiliser en 2019

Après deux années de hausse, les émissions de CO2 liées à l'usage de l'énergie se sont stabilisées dans le monde en 2019. Une évolution expliquée par le développement des énergies renouvelables dans les économies développées, a indiqué le 11 février l'Agence internationale de l'énergie...

Les assureurs et les banques se sont engagés à sortir du charbon mais sont encore loin du compte

À quelques jours du Climate Finance Day, trois ONG interpellent les banques, assurances et sociétés de gestion sur leurs stratégies d’exclusion des entreprises du charbon. Selon un rapport des Amis de la Terre, Banktrack et Unfriend Coal, ces trajectoires demeurent encore insuffisantes et...

La Chine appuie largement le charbon hors de ses frontières

Les banques et entreprises chinoises continuent de miser sur le charbon... hors de leurs frontières. Alors que Pékin a pris des mesures restrictives sur l'utilisation du charbon, sur son territoire, le pays finance plus de 100 gigawatts de nouvelles capacités au Banglasdeh, en Afrique du...

Quatre centrales au charbon sur cinq dans l’Union européenne ne sont pas rentables

Les centrales à charbon n'ont plus d'avenir en Europe. C'est en somme ce qu'affirme l'ONG Carbon Tracker dans un nouveau rapport. En cause, la compétitivité des énergies renouvelables et les normes sur la qualité de l'air. Les pertes sont considérables. 1,9 milliard d'euros pour...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

LNG Boat Shell

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la...

Petrole de schiste ETats Unis Californie DavidMcNews GettyImage AFP

L’Europe va rapidement devoir se sevrer du pétrole (et pas seulement pour des raisons climatiques)

Une nouvelle étude du Shift Project alerte sur le manque de pétrole qui pourrait frapper l'Union européenne d'ici 2030. Le think tank recommande d'accélérer la sortie des énergies fossiles et la transition énergétique, au risque sinon d'être rattrapé par une autre crise, non plus climatique mais...

Pipeline BP en Azerbadjian

BP déprécie 17,5 milliards de dollars d’actifs afin de refléter la réalité du marché pétrolier

Le pétrole cher ne reviendra pas, la demande pétrolière va se réduire et la taxe carbone va peser lourd sur les prix. Voici ce qu’il faut comprendre de la dernière annonce du pétrolier BP qui revoit la valeur de son portefeuille d’actifs pour l’aligner sur l’état du marché pétrolier durement touché...

Forage petrolier BP en Egypte sur le champs de Maersk

Face aux difficultés du secteur pétrolier, le géant BP annonce la suppression de 10 000 emplois

Au premier trimestre, le pétrolier BP a perdu plus de quatre milliards de dollars. L’effondrement de la demande pendant la crise sanitaire et l’effondrement des cours a mis à mal tout le secteur. Chez le pétrolier BP, c’est un plan drastique qui a été annoncé. L’entreprise va se séparer de 10 000 de...