Publié le 21 juillet 2008

ÉNERGIE

Vers une coalition anti-nucléaire européenne ?

La lutte anti-nucléaire européenne s'organise. Après une période d'accalmie dans les années 90, due au recul relatif du nucléaire, les militants se mobilisent à l'occasion de la présidence française de l'UE et de l'Union méditérranénne. Objectif : sensibiliser les populations des pays en voie de nucléarisation.

default

«On a face à nous un lobbying de plus en plus important ! » Le 11 juillet 2008, Didier Anger, membre du réseau "Sortir du nucléaire," dressait le tableau de la situation nucléaire française. Autour de la table, des militants allemands, autrichiens, turcs, anglais, venus partager leurs constatations et objectifs respectifs. Et tous s'accordent sur la conclusion du français : « Nous réussirons si nous sommes tous ensemble au niveau européen ». Si cette tentative de coalition anti-nucléaire européenne n'est pas la première, elle n'en reste pas moins farouchement portée par des militants toujours plus inquiets. La mobilisation, qui avait un peu décliné dans les années 90, est aujourd'hui dopée par le lobbying nucléaire « qui exploite les crises du pétrole et du climat pour communiquer. » Présidence française de l'Union, sommet de l'Union Méditerranéenne, l'actualité de Nicolas Sarkozy, grand promoteur de l'énergie à base d'uranium, a donc convaincu les ONG de se réunir pour établir un projet commun. Au terme de cette journée de discussion, les militants se sont accordés sur deux priorités : améliorer la communication en créant un journal à dimension européenne, et étendre la campagne française « Ni nucléaire, ni effet de serre » à l'international.

Les habitants des zones stratégiques à mobiliser

La bête noire des militants européens ? Le leader mondial du nucléaire civil, Areva, « une pieuvre dont le corps est français mais qui étend ses tentacules un peu partout dans le monde » dixit Didier Anger. Les ONG ont convié des Touaregs nigériens à donner leur point de vue sur les pratiques de l'entreprise, présente dans le nord du pays depuis plus de quarante ans. Ils dénoncent la spoliation des terres agricoles, des bénéfices sans retombées pour les populations locales, une contamination radiologique des faibles ressources en eau et surtout, les conditions de travail qu'ils jugent déplorables. Par ailleurs, les militants craignent que l'Union pour la Méditerranée encourage les pays pétroliers du bassin à s'engouffrer dans le nucléaire civil, pour pouvoir esperer disposer, un jour, du nucléaire militaire. Pour contrer les intentions d'Areva de s'implanter dans cette zone stratégique, Didier Anger entend mobiliser les troupes antinucléaires : «A nous de nous organiser pour être plus présents dans la région. »
Soutenir la lutte qui s'organise dans les pays en voie de nucléarisation, tel est l'objectif des militants européens. D'autant que le nucléaire séduit de plus en plus. Les pays de l'Europe de l'Est, notamment, envisagent le recours à ce type d'énergie comme un moyen de s'émanciper de la tutelle russe. En dehors des questions de sécurité, se pose aussi la question du financement des projets de ce type. A la table des discussions, une déléguée bulgare a d'ailleurs alerté les militants européens sur les risques liés au projet de centrale nucléaire de Belene, sous-traité notamment par Areva. (voir article lié)

Anne FARTHOUAT
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Accident de Fukushima sky

[2010-2020] Le jour où l’accident nucléaire de Fukushima a forcé à repenser l’énergie mondiale

Le 11 mars 2011, un gigantesque tsunami ravageait la côte est de l’archipel japonais. Quatre des six réacteurs de Fukushima allaient être très gravement endommagés. Et le monde assistera, stupéfait, à trois explosions qui allaient changer la place de l’atome civil sur toute la planète. À l'occasion...

Jean Bernard Levy PDG d EDF EDF

EDF lance un plan d’urgence sur la filière nucléaire à l’heure où se joue l’avenir de l’atome

EDF a présenté, vendredi 13 décembre, un plan destiné à améliorer la filière industrielle nucléaire et va nommer un responsable chargé de son application, en réponse à un rapport accablant sur le chantier de l'EPR de Flamanville remis au gouvernement en octobre dernier. Au-delà de la situation...

Fondation de l EPR de Flamanville en Normandie en 2007 N BMychelleDaniau ConvertImage

[À l’origine] L’EPR, la naissance difficile d’un réacteur nucléaire pensé pour rapprocher la France et l’Allemagne

L’EPR a été pensé comme un grand projet franco-allemand marquant l’alliance des deux pays après la chute du mur de Berlin. Mais l’entente entre Framatome et Siemens sera difficile alors que l’Allemagne va peu à peu s’éloigner de l’atome et que la filière nucléaire française va se déchirer.

EPR Flamanville EDF 01

Le gouvernement fait plancher EDF sur six nouveaux réacteurs EPR

Officiellement rien n’est arrêté mais ce courrier envoyé par le gouvernement à la direction d'EDF a mis leu feu aux poudres. Les ministres de l'Économie et de la Transition écologique demandent à l'énergéticien de présenter d'ici mi-2021 un dossier complet sur les forces et les faiblesses de la...