Publié le 19 janvier 2017

ÉNERGIE

Sûreté nucléaire : le parc français dans un état "préoccupant"

Manque de moyens financiers, réacteurs approchant les 40 ans d’exploitation… Le président de l’Autorité de sûreté nucléaire pointe le "contexte préoccupant" du parc nucléaire français. Il appelle à une réforme globale du système de contrôle.

Des membres de Greenpeace inscrivent "EPR = DANGER" sur une cheminée de la centrale de Belleville-sur-Loire.
ALAIN JOCARD / AFP

L’an passé, le "contexte" de sûreté nucléaire était "préoccupant à moyen terme". Cette année, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet le juge "préoccupant". Exit la notion de moyen-terme.

La situation générale présente selon lui de réelles inquiétudes. D’abord parce que la majorité des 58 réacteurs nucléaires approchent les 40 ans d’exploitation. Un parc dont le vieillissement soulève des questions quant à son bon fonctionnement, en particulier sur la sûreté, c'est à dire les conditions d'exploitation, la prévention et la gestion des incidents.

À ce sujet l’ASN rendra un avis sur la prolongation de chaque réacteur en 2019.

 

Manque de moyens

 

Est également pointé un manque de moyens. Pierre-Franck Chevet réclame 20 millions d’euros supplémentaires pour son organisme et son bras droit, l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire). Cette augmentation de budget lui permettrait d’embaucher davantage de personnel.

En toile de fond, les falsifications de dossiers découvertes dans l’usine d’Areva du Creusot et des anomalies des cuves d’EPR (réacteur nucléaire à eau pressurisée) en construction. "Nous ne les avions pas vues", avoue Pierre-Franck Chevet. "Il faut amender notre système pour détecter des falsifications, notamment sur des objets plus courants tels que les robinets ou les cartes informations".

 

EDF et Areva en cause 

 

Le plus grave, estime-t-il, reste le manque de moyens financiers d’EDF et d’Areva. "Un exploitant qui n’aurait pas assez d’argent aura de la peine à avoir une sûreté à niveau", a-t-il expliqué au Parisien.

C’est pour cette raison que, le mois dernier, des militants de Greenpeace avaient bloqué l’entrée du siège d’EDF à Paris. Ils dénonçaient le "scandale de la faillite financière et technique d’EDF", accusant le groupe de n’avoir plus les moyens d’investir dans la sûreté du parc. 

Marina Fabre
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Piscine de refroidissement la hague CA

Déchets nucléaires : en Europe, 60 000 tonnes de combustibles usés hautement radioactifs attendent un stockage définitif

Le premier réacteur nucléaire a été mis en service en 1954. Pourtant, près de 70 ans plus tard, aucune solution de stockage définitif n'a encore été mise en place pour accueillir les déchets les plus radioactifs. Ceux-ci représentent plus de 60 000 tonnes rien qu'en Europe, dont un quart se trouve...

Premier ministre Suga Japon Fukushima Tepco

À Fukushima, l’eau contaminée va bientôt être rejetée en mer

Fukushima déborde. Les centaines de milliers de mètres cubes d’eau contaminée s’accumulent sur le site de la centrale nucléaire détruite. Neuf ans après la catastrophe, l’opérateur Tepco arrive au bout de ses capacités de stockage. Depuis des années, des experts appellent à diluer cette eau...

Rejets de futs de dechets radioactifs manche INA

[Les monstres des abysses] Quand l’humanité noyait ses déchets nucléaires au fond de l’océan

La gestion des déchets nucléaires est un vrai casse-tête. Lors du déploiement de l’atome civil sur la planète, la solution de l’immersion de déchets en mer a été employée par plus d’une dizaine du pays. Ce sont des milliers de tonnes de ces bombes à retardement qui reposent aujourd’hui sur le...

Centrale nucleaire de Barakah Qatar AIEA

Le premier réacteur nucléaire du monde arabe entre en service

Les Émirats arabes unis ont annoncé, le 1er août, la mise en service de leur premier réacteur dans la centrale de Barakah. Une première dans cette région du monde dont les besoins énergétiques ont été assurés historiquement par le pétrole et le gaz. Mais le démarrage de cette unité interroge alors...